Les Marocains sont critiques vis-à-vis de leur pays. Ils n'hésitent pas à recommander la Turquie plus que leur propre pays, notamment quand il s’agit d’étudier, de travailler ou de faire du shopping. La réputation du Maroc a fortement baissé aux yeux de sa population.

L'image du Maroc s'est dégradée aux yeux des Marocains. C'est ce que révèle le dernier rapport de l'Institut royal des études stratégiques (IRES) sur la répuation du Maroc dans le monde, qui contient également une partie réservée à la réputation interne du pays. 

"La réputation interne du Maroc, celle constituée de l’ensemble des perceptions qu’ont les Marocains de leur propre pays, a enregistré une forte baisse (4 points), en 2018, par rapport à son niveau de 2017 (70,9)", explique-t-on au niveau du rapport 2018. L’indice de réputation interne du Maroc s'est établi en 2018 à 66,9 points. Les entretiens du rapport 2018 ont eu lieu de janvier à mars de cette année.

"Ce repli n’est pas dû aux différents mouvements sociaux qu’a connus le Maroc puisque ces derniers ont débuté après la période d’administration de l’enquête. Le recul de la réputation interne a concerné, principalement, les attributs "Respect international", "Loisirs et distractions" et "Sécurité", est-il précisé. 

Les Marocains se montrent critiques vis-à-vis de leur pays, néanmoins leur perception reste plus positive que celle qu’en ont les étrangers. "En effet, l’indice de réputation interne du Maroc est de 66,9 points, soit 8,8 points de plus que l’indice de réputation externe", précise le rapport de l'IRES. 

Après avoir accusé une baisse entre 2015 et 2016, la réputation interne du Maroc s’était nettement améliorée en 2017, avant de retrouver en 2018 sa tendance à la baisse, pour atteindre 66,9 points.

Les raisons de la baisse

"Environnement naturel", "Population aimable et sympathique" et "Sécurité", sont pour les Marocains les points forts de leur pays. "Il convient de rappeler que ces trois attributs sont les piliers de la réputation d’un pays", insiste le rapport.  

Cela dit, selon les citoyens, ces attributs "ne sont pas suffisants pour forger les bases d'une réputation solide du Royaume, à l'échelle internationale."

Sur 17 attributs analysés, 7 affichent des scores faibles qui n'atteignent même pas le seuil des 34 points. Il s'agit de:

- Ethique et transparence (33,6).

- Bien-être social (32,8).

- Marques et entreprises reconnues (30).

- Environnement institutionnel et politique (28).

- Système éducatif (27,3).

- Usage efficace des ressources (24,1).

- Technologie et innovation (18,3).

Même s'il est connu que les Marocains se plaignent de la corruption qui gangrène l'administration et de la faiblesse de l'offre éducative, la réputation interne sur ces deux volets a connu une amélioration par rapport à 2017. 

Elle a, en revanche, enregistré une baisse au niveau des attributs "Loisirs et distractions", "Sécurité" et "Respect international". Elle est restée stable, entre temps, pour les autres attributs.

Pour les experts de l'IRES, "la perception positive des Marocains à l'égard des caractéristiques "Sécurité", "Population aimable et sympathique", "Environnement naturel" et "Respect international" constituent des opportunités de communication pour le Maroc". Ils recommandent donc l'organisation d'actions de promotion pour mettre davantage en valeur l'attractivité d'ensemble du Royaume.

La Turquie mieux perçue que le Maroc par les Marocains 

Le rapport s'est attelé à faire un comparatif de la réputation du Maroc en interne avec celles d'autres pays: le Chili, le Mexique, l'Afrique du Sud et la Turquie. Il en ressort que "contrairement au Chili, au Mexique et à l’Afrique du Sud, la Turquie a une bonne réputation au Maroc".

Selon l'IRES, "les citoyens marocains perçoivent mieux la Turquie, comparativement à leur propre pays, pour l’ensemble des attributs de la réputation, à l’exception de l’attribut "Population aimable et sympathique" pour lequel les Marocains considèrent que la population de leur pays est plus aimable et sympathique que la population turque". Il faut dire aussi que le Mexique, le Chili et l'Afrique du sud ne sont pas vraiment connus du large public marocain.

Par ailleurs, le travail effectué par l'IRES s'est intéressé aussi au comportement des Marocains vis-à-vis de leur pays. Ainsi, les personnes interrogées recommandent "fortement que leur pays soit visité. Mais, en raison de l'image négative qu'elles ont du système éducatif, elles recommandent très faiblement d’étudier au Maroc."

Alors que les personnes interrogées dans le cadre de cette étude soutiennent, à l'évidence, leur pays beaucoup plus qu’ils ne le font à l’égard de l’Afrique du Sud, du Mexique et du Chili, la situation est différente vis-à-vis de la Turquie.

"Les Marocains sont davantage favorables à soutenir la Turquie que leur propre pays, notamment, quand il s’agit d’étudier, de travailler dans le pays ou d'acheter ses produits et services", révèle le rapport de l'IRES. 

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Les Marocains sont critiques vis-à-vis de leur pays. Ils n'hésitent pas à recommander la Turquie plus que leur propre pays, notamment quand il s’agit d’étudier, de travailler ou de faire du shopping. La réputation du Maroc a fortement baissé aux yeux de sa population.

L'image du Maroc s'est dégradée aux yeux des Marocains. C'est ce que révèle le dernier rapport de l'Institut royal des études stratégiques (IRES) sur la répuation du Maroc dans le monde, qui contient également une partie réservée à la réputation interne du pays. 

"La réputation interne du Maroc, celle constituée de l’ensemble des perceptions qu’ont les Marocains de leur propre pays, a enregistré une forte baisse (4 points), en 2018, par rapport à son niveau de 2017 (70,9)", explique-t-on au niveau du rapport 2018. L’indice de réputation interne du Maroc s'est établi en 2018 à 66,9 points. Les entretiens du rapport 2018 ont eu lieu de janvier à mars de cette année.

"Ce repli n’est pas dû aux différents mouvements sociaux qu’a connus le Maroc puisque ces derniers ont débuté après la période d’administration de l’enquête. Le recul de la réputation interne a concerné, principalement, les attributs "Respect international", "Loisirs et distractions" et "Sécurité", est-il précisé. 

Les Marocains se montrent critiques vis-à-vis de leur pays, néanmoins leur perception reste plus positive que celle qu’en ont les étrangers. "En effet, l’indice de réputation interne du Maroc est de 66,9 points, soit 8,8 points de plus que l’indice de réputation externe", précise le rapport de l'IRES. 

Après avoir accusé une baisse entre 2015 et 2016, la réputation interne du Maroc s’était nettement améliorée en 2017, avant de retrouver en 2018 sa tendance à la baisse, pour atteindre 66,9 points.

Les raisons de la baisse

"Environnement naturel", "Population aimable et sympathique" et "Sécurité", sont pour les Marocains les points forts de leur pays. "Il convient de rappeler que ces trois attributs sont les piliers de la réputation d’un pays", insiste le rapport.  

Cela dit, selon les citoyens, ces attributs "ne sont pas suffisants pour forger les bases d'une réputation solide du Royaume, à l'échelle internationale."

Sur 17 attributs analysés, 7 affichent des scores faibles qui n'atteignent même pas le seuil des 34 points. Il s'agit de:

- Ethique et transparence (33,6).

- Bien-être social (32,8).

- Marques et entreprises reconnues (30).

- Environnement institutionnel et politique (28).

- Système éducatif (27,3).

- Usage efficace des ressources (24,1).

- Technologie et innovation (18,3).

Même s'il est connu que les Marocains se plaignent de la corruption qui gangrène l'administration et de la faiblesse de l'offre éducative, la réputation interne sur ces deux volets a connu une amélioration par rapport à 2017. 

Elle a, en revanche, enregistré une baisse au niveau des attributs "Loisirs et distractions", "Sécurité" et "Respect international". Elle est restée stable, entre temps, pour les autres attributs.

Pour les experts de l'IRES, "la perception positive des Marocains à l'égard des caractéristiques "Sécurité", "Population aimable et sympathique", "Environnement naturel" et "Respect international" constituent des opportunités de communication pour le Maroc". Ils recommandent donc l'organisation d'actions de promotion pour mettre davantage en valeur l'attractivité d'ensemble du Royaume.

La Turquie mieux perçue que le Maroc par les Marocains 

Le rapport s'est attelé à faire un comparatif de la réputation du Maroc en interne avec celles d'autres pays: le Chili, le Mexique, l'Afrique du Sud et la Turquie. Il en ressort que "contrairement au Chili, au Mexique et à l’Afrique du Sud, la Turquie a une bonne réputation au Maroc".

Selon l'IRES, "les citoyens marocains perçoivent mieux la Turquie, comparativement à leur propre pays, pour l’ensemble des attributs de la réputation, à l’exception de l’attribut "Population aimable et sympathique" pour lequel les Marocains considèrent que la population de leur pays est plus aimable et sympathique que la population turque". Il faut dire aussi que le Mexique, le Chili et l'Afrique du sud ne sont pas vraiment connus du large public marocain.

Par ailleurs, le travail effectué par l'IRES s'est intéressé aussi au comportement des Marocains vis-à-vis de leur pays. Ainsi, les personnes interrogées recommandent "fortement que leur pays soit visité. Mais, en raison de l'image négative qu'elles ont du système éducatif, elles recommandent très faiblement d’étudier au Maroc."

Alors que les personnes interrogées dans le cadre de cette étude soutiennent, à l'évidence, leur pays beaucoup plus qu’ils ne le font à l’égard de l’Afrique du Sud, du Mexique et du Chili, la situation est différente vis-à-vis de la Turquie.

"Les Marocains sont davantage favorables à soutenir la Turquie que leur propre pays, notamment, quand il s’agit d’étudier, de travailler dans le pays ou d'acheter ses produits et services", révèle le rapport de l'IRES. 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.