44% de la population n’a jamais fréquenté un établissement scolaire ou est illettrée. Ces chiffres interpellent davantage d’efforts à déployer par les différents intervenants afin de parvenir à éradiquer l'analphabétisme à l’horizon de l’an 2030.

Le HCP vient de mettre en ligne un rapport relatif aux indicateurs sociaux au Maroc en 2018. Démographie, santé, éducation... tout y est. Dans cet article, nous nous intéresserons à l'alphabétisation. Les autres secteurs feront l'objet d'autres articles. 

La publication du HCP se réfère au recensement général de la population et de l'habitat de 2014. Concernant les données sur la scolarisation et l’enseignement, elles sont issues du ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Ainsi, selon le rapport, 8,5% de la population âgée de 25 ans et plus, ont atteint le niveau supérieur des études en 2016, contre 7,9% en 2015. Cette proportion est plus élevée chez les hommes (10,6% contre 9,8% en 2015) que chez les femmes (6,6% contre 6,2% en 2015).

Pour ceux qui ont atteint le niveau secondaire (collégial ou qualifiant ou post secondaire) ils représentent 24,0% contre 23,8% en 2015. Le reste de la population, soit 44,0% n’a jamais fréquenté un établissement scolaire ou est illettré (57,9% pour les femmes et 28,2% pour les hommes).

Alphabétisme: les femmes plus touchées dans le monde rural

L’analyse des données du dernier recensement de 2014 relève une baisse du taux d’analphabétisme de la population âgée de 10 ans et plus, rappelle le rapport. En effet, cette baisse de 43,0% en 2004 à 32,2% en 2014 est un peu plus accentuée chez les femmes (de 54,7% à 42,1%) que chez les hommes (de 30,8% à 22,2%).

Par milieu de résidence, cette baisse est plus prononcée chez les femmes en milieu rural, soit de 74,5% en 2004 à 60,1% en 2014, qu’en milieu urbain soit seulement de 39,5% à 31,0%.

Le taux d’analphabétisme analysé par région montre que les régions de Beni Mellal-Khénifra et de Marrakech-Safi, marquent les taux d’analphabétisme les plus élevés (39,1% et 37,8% respectivement).

Quant aux régions de Laâyoune-Sakia El Hamra et Ed Dakhla-Oued Ed Dahab, elles enregistrent par contre les taux les plus bas (21,5% et 22,3%).

Par ailleurs, selon les données annuelles de l’enquête nationale sur l’emploi, l’examen de l’évolution durant la dernière décennie (entre 2004 et 2014) montre un net recul de l’analphabétisme des jeunes et à un rythme plus prononcé (trois fois) comparé à celui des adultes.

Qui bénéficie des programmes d'alphabétisation?

Au terme de l’année 2016/17, le nombre de bénéficiaires des programmes d'alphabétisation a atteint 734.974 personnes, soit une augmentation de 12,7% par rapport à l’année précédente (652.207 en 2015-2016, contre 674.551 en 2014/2015).

Ces chiffres interpellent davantage d’efforts à déployer par les différents intervenants afin de parvenir à éradiquer le phénomène à l’horizon de l’an 2030. 

L’analyse des effectifs des inscrits à ces programmes selon le sexe montre que les femmes bénéficient à raison de 89% de l’ensemble des inscrits et ce, durant la période de 2012 à 2017 (soit en total 3.081.561 femmes). Les hommes quant à eux semblent moins intéressés par ces programmes, puisque leur nombre s’établit à 365.995 bénéficiaires (soit une part de 11% seulement).

Par milieu de résidence, les ruraux profitent de plus des programmes d’alphabétisation et d’une proportion étant égale à 50,8% (soit 1.780.504 bénéficiaires). Les citadins représentent pour leur part 49,2% (soit 1.697.048 individus) et ce toujours durant la même période. 

Un diagnostique par âge durant les deux dernières années 2015/16 et 2016/17 révèle que la première catégorie profitant des programmes se sont les personnes âgées de 35 à 49 ans (38% de l’ensemble des bénéficiaires), suivi en deuxième positon par les individus dépassant les 50 ans (31%), puis la catégorie d’âge 25 à 34 ans (22%) et finalement les plus jeunes ayant l’âge de 15 à 24 ans (11% de l’effectif global).

Taux d’abandon scolaire selon le sexe et le niveau

L’abandon scolaire est un acte expliqué par plusieurs causes notamment le déplacement des élèves d’une commune à l’autre ou même l’envie de ne plus continuer les études. Les taux d’abandon varie selon le niveau et le sexe. 

En 2015/16 et au primaire ces taux sont plus élevé chez les filles (2,5%), la proportion des garçons quittant l’école est de 1,5%. Par contre cette situation est renversée aux autres niveaux: se sont les garçons (12,7%) qui abandonnent plus que les filles leurs études.

En effet, on relève 12,7% au secondaire collégial comme taux d’abandon chez les garçons contre 8,5% enregistré chez les filles, et au secondaire qualifiant 12,7% et 10,3% enregistrés respectivement chez les garçons et les filles. 

Lire aussi:

Le vieillissement de la population marocaine se confirme davantage

Les maladies de l’appareil circulatoire sont la première cause de mortalité chez les Marocains
 

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

44% de la population n’a jamais fréquenté un établissement scolaire ou est illettrée. Ces chiffres interpellent davantage d’efforts à déployer par les différents intervenants afin de parvenir à éradiquer l'analphabétisme à l’horizon de l’an 2030.

Le HCP vient de mettre en ligne un rapport relatif aux indicateurs sociaux au Maroc en 2018. Démographie, santé, éducation... tout y est. Dans cet article, nous nous intéresserons à l'alphabétisation. Les autres secteurs feront l'objet d'autres articles. 

La publication du HCP se réfère au recensement général de la population et de l'habitat de 2014. Concernant les données sur la scolarisation et l’enseignement, elles sont issues du ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique.

Ainsi, selon le rapport, 8,5% de la population âgée de 25 ans et plus, ont atteint le niveau supérieur des études en 2016, contre 7,9% en 2015. Cette proportion est plus élevée chez les hommes (10,6% contre 9,8% en 2015) que chez les femmes (6,6% contre 6,2% en 2015).

Pour ceux qui ont atteint le niveau secondaire (collégial ou qualifiant ou post secondaire) ils représentent 24,0% contre 23,8% en 2015. Le reste de la population, soit 44,0% n’a jamais fréquenté un établissement scolaire ou est illettré (57,9% pour les femmes et 28,2% pour les hommes).

Alphabétisme: les femmes plus touchées dans le monde rural

L’analyse des données du dernier recensement de 2014 relève une baisse du taux d’analphabétisme de la population âgée de 10 ans et plus, rappelle le rapport. En effet, cette baisse de 43,0% en 2004 à 32,2% en 2014 est un peu plus accentuée chez les femmes (de 54,7% à 42,1%) que chez les hommes (de 30,8% à 22,2%).

Par milieu de résidence, cette baisse est plus prononcée chez les femmes en milieu rural, soit de 74,5% en 2004 à 60,1% en 2014, qu’en milieu urbain soit seulement de 39,5% à 31,0%.

Le taux d’analphabétisme analysé par région montre que les régions de Beni Mellal-Khénifra et de Marrakech-Safi, marquent les taux d’analphabétisme les plus élevés (39,1% et 37,8% respectivement).

Quant aux régions de Laâyoune-Sakia El Hamra et Ed Dakhla-Oued Ed Dahab, elles enregistrent par contre les taux les plus bas (21,5% et 22,3%).

Par ailleurs, selon les données annuelles de l’enquête nationale sur l’emploi, l’examen de l’évolution durant la dernière décennie (entre 2004 et 2014) montre un net recul de l’analphabétisme des jeunes et à un rythme plus prononcé (trois fois) comparé à celui des adultes.

Qui bénéficie des programmes d'alphabétisation?

Au terme de l’année 2016/17, le nombre de bénéficiaires des programmes d'alphabétisation a atteint 734.974 personnes, soit une augmentation de 12,7% par rapport à l’année précédente (652.207 en 2015-2016, contre 674.551 en 2014/2015).

Ces chiffres interpellent davantage d’efforts à déployer par les différents intervenants afin de parvenir à éradiquer le phénomène à l’horizon de l’an 2030. 

L’analyse des effectifs des inscrits à ces programmes selon le sexe montre que les femmes bénéficient à raison de 89% de l’ensemble des inscrits et ce, durant la période de 2012 à 2017 (soit en total 3.081.561 femmes). Les hommes quant à eux semblent moins intéressés par ces programmes, puisque leur nombre s’établit à 365.995 bénéficiaires (soit une part de 11% seulement).

Par milieu de résidence, les ruraux profitent de plus des programmes d’alphabétisation et d’une proportion étant égale à 50,8% (soit 1.780.504 bénéficiaires). Les citadins représentent pour leur part 49,2% (soit 1.697.048 individus) et ce toujours durant la même période. 

Un diagnostique par âge durant les deux dernières années 2015/16 et 2016/17 révèle que la première catégorie profitant des programmes se sont les personnes âgées de 35 à 49 ans (38% de l’ensemble des bénéficiaires), suivi en deuxième positon par les individus dépassant les 50 ans (31%), puis la catégorie d’âge 25 à 34 ans (22%) et finalement les plus jeunes ayant l’âge de 15 à 24 ans (11% de l’effectif global).

Taux d’abandon scolaire selon le sexe et le niveau

L’abandon scolaire est un acte expliqué par plusieurs causes notamment le déplacement des élèves d’une commune à l’autre ou même l’envie de ne plus continuer les études. Les taux d’abandon varie selon le niveau et le sexe. 

En 2015/16 et au primaire ces taux sont plus élevé chez les filles (2,5%), la proportion des garçons quittant l’école est de 1,5%. Par contre cette situation est renversée aux autres niveaux: se sont les garçons (12,7%) qui abandonnent plus que les filles leurs études.

En effet, on relève 12,7% au secondaire collégial comme taux d’abandon chez les garçons contre 8,5% enregistré chez les filles, et au secondaire qualifiant 12,7% et 10,3% enregistrés respectivement chez les garçons et les filles. 

Lire aussi:

Le vieillissement de la population marocaine se confirme davantage

Les maladies de l’appareil circulatoire sont la première cause de mortalité chez les Marocains
 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.