Sélectionnée dans la compétition internationale Webit 2014, la startup d’e-learning Kezakoo qui représente le Maroc figure à quelques heures du résultat en 1ère place. L’illustre fondateur Youssef Ghalem promet le lancement d’une nouvelle version en faisant le plein de nouveautés.

Kezakoo est la seule startup marocaine à être sélectionnée au Webit 2014, l’un des événements internationaux du digital, de la technologie, des telco et de l’écosystème entrepreneurial, organisé cette année en Turquie.

La compétition sélectionne les 300 meilleures startups à une échelle internationale et les soumet au vote des internautes pour deux semaines. Ce vendredi 5 septembre, les votes seront clôturés. Les 5 startups ayant reçu le plus grand nombre de votes iront en finale avec 1 million d’euros à la clé.

“Nous avons affronté un double blocage des votes par les organisateurs qui ont douté de la provenance des votes, vu le nombre impressionnant que nous avons pu collecter en deux semaines’’, s’indigne le jeune fondateur de 27 ans, Youssef Ghalem, dans une déclaration à Médias 24. Avant de fièrement ajouter : “Nous avons malgré tout pu récupérer aujourd’hui la 1ère place avec plus de 7.000 votes. Les Marocains se sont montrés très solidaire avec le projet’’. Effectivement, l’incident a suscité trouble et remous dans la webosphère marocaine.

Il précise spontanément que lors du 1er blocage, la startup est passée de la 1ère à la 6ème place ; et qu’après la relance des votes, elle a pu décrocher la 2ème place. Ensuite, le second blocage de votes pour la même raison, la startup a gardé sa seconde place pour remonter ensuite à la 1ère place suite au second déblocage.

Par ailleurs, Youssef Ghalem estime que “Webit est parfaitement en phase avec contexte dans lequel Kezakoo est placé’’.

>Kezakoo promet une version prometteuse: compétition mensuelle, design, communication…

L’entrepreneur en herbe promet une version finale prometteuse de Kezakoo. Il considère que challenge est la “vulgarisation de création de contenu éducatif’’.

En ce sens, il considère que la principale avancée est l’organisation d’une compétition de création de contenu mensuelle. Suivant des formations (tutoriels) disponibles sur le site, les participants créeront du contenu dans les matières qu’ils souhaitent et les soumettront dans une rubrique dédiée afin d’être évalué et validé par une équipe d’inspecteurs et modérateurs de contenu.

Dès validation, le document ou vidéo créé sera disponible sur le site dans “une logique de Crowdlearning’’, nous dit-il. De plus, 10 créateurs de contenu seront distingués chaque mois et récompensés par des cadeaux fournis par “deux sponsors partageant les mêmes valeurs de Kezakoo’’, nous confie Youssef.

Ce qui ressemble aujourd’hui à un milieu Youtube éducatif, que Youssef qualifie de version test, connaîtra des améliorations au niveau du design, de l’ergonomie et sera décliné en langues française et arabe

En outre, de nouvelles fonctionnalités sont à pourvoir. Comme la création d’un blog pour l’orientation, un forum éducatif, des quizz, la possibilité de télécharger des documents…

Youssef Ghalem nous déclare que Kezakoo table sur un objectif de 100.000 vidéos disponibles sur le site d’ici 3 ans, ce qui nécessite des efforts colossaux, notamment en termes de communication. Celle-ci inclura non seulement les réseaux sociaux, mais également une chaîne connue de radio et la création de club Kezakoo au sein des grandes écoles d’ingénieur, de commerce, les facultés… notamment pour la formation dans la création de contenu, ce qui aura un effet efficace de bouche à oreille. Ainsi, si le nombre d’inscrits sur la plateforme frôle aujourd’hui les 15.000, Youssef Ghalem nous confie que dans 3 ans, il souhaite atteindre 400.000 membres.

Aujourd’hui, une dizaine de professeurs, ingénieurs, amis ou collègues créent du contenu pour le site d’e-learning, l’objectif est d’atteindre des “milliers de collaborateurs’’. Des objectifs, certes ambitieux, mais que Youssef pense pouvoir atteindre grâce à l’investissement prévu.

>Multiples distinctions en une année

En moins de 2 ans d’existence, la startup a collectionné une multitude de trophées et de distinctions. Et, vraisemblablement, ce n’est que le début d’un palmarès. On n’en cite que les plus marquants.

Kezakoo s’est démarquée lors du Maroc Web Awards comme étant la startup Web de l’année en février de l’année courante. “C’était notre première distinction officielle’’, se rappelle Youssef Ghalem. En 2013, la plateforme d’e-learning a remporté le 2ème prix du Maroc Startup Cup.

La première collaboration BtoB de la startup s’est opérée avec Inwi dans le cadre du projet lancé par l’opérateur intitulé i-madrassa. Une centaine de vidéos ont été créées par le soin de Kezakoo.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Sélectionnée dans la compétition internationale Webit 2014, la startup d’e-learning Kezakoo qui représente le Maroc figure à quelques heures du résultat en 1ère place. L’illustre fondateur Youssef Ghalem promet le lancement d’une nouvelle version en faisant le plein de nouveautés.
 

Kezakoo est la seule startup marocaine à être sélectionnée au Webit 2014, l’un des événements internationaux du digital, de la technologie, des telco et de l’écosystème entrepreneurial, organisé cette année en Turquie.

La compétition sélectionne les 300 meilleures startups à une échelle internationale et les soumet au vote des internautes pour deux semaines. Ce vendredi 5 septembre, les votes seront clôturés. Les 5 startups ayant reçu le plus grand nombre de votes iront en finale avec 1 million d’euros à la clé.

“Nous avons affronté un double blocage des votes par les organisateurs qui ont douté de la provenance des votes, vu le nombre impressionnant que nous avons pu collecter en deux semaines’’, s’indigne le jeune fondateur de 27 ans, Youssef Ghalem, dans une déclaration à Médias 24. Avant de fièrement ajouter : “Nous avons malgré tout pu récupérer aujourd’hui la 1ère place avec plus de 7.000 votes. Les Marocains se sont montrés très solidaire avec le projet’’. Effectivement, l’incident a suscité trouble et remous dans la webosphère marocaine.

Il précise spontanément que lors du 1er blocage, la startup est passée de la 1ère à la 6ème place ; et qu’après la relance des votes, elle a pu décrocher la 2ème place. Ensuite, le second blocage de votes pour la même raison, la startup a gardé sa seconde place pour remonter ensuite à la 1ère place suite au second déblocage.

Par ailleurs, Youssef Ghalem estime que “Webit est parfaitement en phase avec contexte dans lequel Kezakoo est placé’’.

>Kezakoo promet une version prometteuse: compétition mensuelle, design, communication…

L’entrepreneur en herbe promet une version finale prometteuse de Kezakoo. Il considère que challenge est la “vulgarisation de création de contenu éducatif’’.

En ce sens, il considère que la principale avancée est l’organisation d’une compétition de création de contenu mensuelle. Suivant des formations (tutoriels) disponibles sur le site, les participants créeront du contenu dans les matières qu’ils souhaitent et les soumettront dans une rubrique dédiée afin d’être évalué et validé par une équipe d’inspecteurs et modérateurs de contenu.

Dès validation, le document ou vidéo créé sera disponible sur le site dans “une logique de Crowdlearning’’, nous dit-il. De plus, 10 créateurs de contenu seront distingués chaque mois et récompensés par des cadeaux fournis par “deux sponsors partageant les mêmes valeurs de Kezakoo’’, nous confie Youssef.

Ce qui ressemble aujourd’hui à un milieu Youtube éducatif, que Youssef qualifie de version test, connaîtra des améliorations au niveau du design, de l’ergonomie et sera décliné en langues française et arabe

En outre, de nouvelles fonctionnalités sont à pourvoir. Comme la création d’un blog pour l’orientation, un forum éducatif, des quizz, la possibilité de télécharger des documents…

Youssef Ghalem nous déclare que Kezakoo table sur un objectif de 100.000 vidéos disponibles sur le site d’ici 3 ans, ce qui nécessite des efforts colossaux, notamment en termes de communication. Celle-ci inclura non seulement les réseaux sociaux, mais également une chaîne connue de radio et la création de club Kezakoo au sein des grandes écoles d’ingénieur, de commerce, les facultés… notamment pour la formation dans la création de contenu, ce qui aura un effet efficace de bouche à oreille. Ainsi, si le nombre d’inscrits sur la plateforme frôle aujourd’hui les 15.000, Youssef Ghalem nous confie que dans 3 ans, il souhaite atteindre 400.000 membres.

Aujourd’hui, une dizaine de professeurs, ingénieurs, amis ou collègues créent du contenu pour le site d’e-learning, l’objectif est d’atteindre des “milliers de collaborateurs’’. Des objectifs, certes ambitieux, mais que Youssef pense pouvoir atteindre grâce à l’investissement prévu.

>Multiples distinctions en une année

En moins de 2 ans d’existence, la startup a collectionné une multitude de trophées et de distinctions. Et, vraisemblablement, ce n’est que le début d’un palmarès. On n’en cite que les plus marquants.

Kezakoo s’est démarquée lors du Maroc Web Awards comme étant la startup Web de l’année en février de l’année courante. “C’était notre première distinction officielle’’, se rappelle Youssef Ghalem. En 2013, la plateforme d’e-learning a remporté le 2ème prix du Maroc Startup Cup.

La première collaboration BtoB de la startup s’est opérée avec Inwi dans le cadre du projet lancé par l’opérateur intitulé i-madrassa. Une centaine de vidéos ont été créées par le soin de Kezakoo.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.