Menu
facebook twitter youtube
 
.
.
Page d'accueil 

Marketing. Comment Nacer Ibn Abdeljalil est devenu un média 

Vendredi 20 décembre 2013 à 11h28
Marketing. Comment Nacer Ibn Abdeljalil est devenu un média
Nacer Ibn Abdeljalil fédère autour de lui plusieurs marques commerciales. 

Après avoir été le premier marocain à atteindre le sommet de l’Everest, Nacer Ibn Abdeljalil devient lui-même une marque et un média. Les entreprises en tirent parti mais pas suffisamment.

 

Dépassement de soi, authenticité, amour du pays et ambition, tels sont les valeurs du média «Nacer».

La conférence, initiée par le groupement des annonceurs du Maroc (GAM) en marge de son assemblée générale ordinaire ce 17 décembre, a porté sur un thème marketing inédit.

Nacer Ibn Abdeljalil qui a su «transformer son aventure et son défi personnel en actualité intéressant le public, s’ériger en marque puis en média, et réussir à faire adhérer une communauté fidèle», a souligné Mounir Jazouli, vice-président du GAM.

Nacer a réussi à créer autour de lui une communauté marocaine fidèle, même au-delà des frontières. Il a su transformer son aventure en histoire attrayante pour le public. La communication autour de l’ascension de l’Everest par Nacer Ibn Abdeljallil a bénéficié des techniques du marketing digital appuyée par une approche de storytelling.

En effet, c’est le fruit du travail des deux agences conseil bénévoles. Il s’agit de WBC, agence digitale qui a créé et géré les médias de Nacer et EOS agence de communication éditoriale et producteur contenu rédactionnel.

Ensemble, elles ont créé un blog qui suivait et informait continuellement à propos de l’aventure de Nacer vers l’Everest. Une popularité a été générée par l’exploit de Nacer, bien que l’alpinisme soit considéré comme anonyme au Maroc. C’est un choix stratégique.

Smael Sebti, CEO à WBC a affirmé que cette popularité est le résultat de choix stratégiques, ayant permis une médiatisation de Nacer qui n’est pas resté cantonnée à ses premiers cercles de réseaux naturels. Cela a permis de créer une «marque» communautaire «Maroc Everest» auxquelles ont adhéré massivement les internautes.

Nacer est donc un média puisqu’il produit du contenu et fédère autour de lui une ou plusieurs marques commerciales. En effet, elles peuvent transmettre la puissance de leur insight à travers son histoire.   Toute marque a intérêt à associer son image et ses valeurs à un beau récit.

«Une marque forte ne l’est pas forcément par des investissements média, souligne Mounir Jazouli, elle doit par ailleurs développer du contenu séduisant, raconter des histoires intéressantes et faire adhérer sa communauté».

Un buzz digital réussi avec 383 euros

Selon Smael Sebti, l’originalité de la démarche réside dans l’utilisation des nouveaux canaux de communication pour médiatiser un exploit, aux côté des médias classiques. Il a affirmé que «Maroc Everest» a misé prioritairement sur une stratégie orientée web. De fait, il estime qu’Internet est le canal par excellence pour les marques leur permettant de créer leurs propres médias et une relation directe avec les consommateurs.

Sa médiatisation a suivi l’évolution de son ascension avec un pic en terme d’audience et d’engagement dans les 2 semaines ayant suivi l’arrivée au sommet. Chiffres à l’appui, il ajoute que la campagne a connu un engagement moyen des internautes de 4,22%, plus de 6.700 partages en Mai et un Reach maximum de plus de 300.000 le 22 Mai. Ces résultats jugés performants n’ont été exécutés qu’avec un investissement média de 383 dollars sur les 8 mois qu’a duré la campagne. Selon Smael Sebti, ce qui est remarquable c'est que l'attention du public est restée très forte plus d'un mois après le retour et que la communauté reste très dynamique aujourd'hui encore. Et d’ajouter que pour les prochaines aventures de Nacer, il prévoit d’accélérer la présence digitale et de s’ouvrir à de nouveaux médias.

… le volet sponsoring à développer

L’aventure de Nacer Ibn Abdeljalil a suivi une démarche de sponsoring classique. Mounir Jazouli souligne que dans le cadre d’une expérience pareille, «la marque n’est plus uniquement un sponsor, elle entre directement dans le cœur du système et influence les pratiques».

Smael Sebti  rejoint cet avis et encourage par ailleurs les annonceurs à se lancer dans des démarches innovantes de sponsoring.

Il donne ici l’exemple de la mission de Red BullStratos où la marque de boisson énergisante a sponsorisé le parachutiste autrichien Felix Baumgartner pour son saut historique de 39 045 mètres d’altitude. Red Bull a créé en parallèle des médias web pour faire vivre le saut à des millions de personnes en live.

«C’est ce genre de dispositif que nous souhaitons mettre en place», affirme le CEO de WBC. Pour cela, il estime que les sponsors doivent s’assurer que ce type sponsoring est intégré dans leur stratégie et plan marketing, ainsi que d’anticiper leur investissement au maximum pour bénéficier des retombées.  

«Internet leur permet en effet de discuter avec leurs environnement (clients, salariés, partenaires) et de créer ainsi une relation avec le public autour de leur engagement professionnel, sportif, humain ou citoyen », conclut-il.
 

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close