La grève générale, demi-succès ou demi-échec

La grève générale n’a pas paralysé le pays, seulement l’enseignement (!) et une partie des transports. Elle a par ailleurs perturbé différentes activités de services. Politiquement, la grève n’a pas atteint ses objectifs mais a constitué un coup de semonce non négligeable.

La CDT, la FDT et l’UMT ont publié un communiqué avec des accents de triomphe, annonçant un succès de 83,7% pour la grève générale (admirez la précision).

Comme s’il y avait de quoi être fiers, les trois syndicats qui sont à l’origine de la grève, annoncent une "paralysie totale" de la production industrielle, des transports, du tourisme dans plusieurs villes du Maroc comme Marrakech, Agadir, Casablanca, Rabat. Ils annoncent également une interruption de la production de pain, ce qui est faux selon nos constats.

Et puis en quoi est-il glorieux de paralyser la production de Renault au maroc, un investissement international qui a créé des emplois, rapporte des devises et forme des jeunes Marocains?

2% à 60% de taux de grève selon le gouvernement

Une source gouvernementale autorisée évoque un taux de grève de 2% à 60% dans la fonction publique, selon les secteurs. Par exemple, dans le ministère de la fonction publique, le taux est de 31% selon une source officielle au ministère contactée par nos soins. Des syndicalistes contactés par Médias 24, de l'ODT notamment, ont annoncé une "presque-paralysie" du travail dans ce ministère.

Médias 24 a essayé de mesurer le succès de la grève, à travers ses propres constats, car il y a aura entre le gouvernement d’un côté, l’opposition et les syndicats de l’autre, une guerre des chiffres et des communiqués.

Notre conclusion est que la grève est en deçà des objectifs annoncés à travers une mobilisation politique très large et inédite, qui a largement dépassé le cadre de ses initiateurs. Elle a cependant constitué un vrai coup de semonce au gouvernement dont on a perçu l’inquiétude et une certaine fébrilité. Demi-échec ou demi-succès mais en tous les cas, c’est un pistolet à un coup.

Après cette grève, le gouvernement va inviter les syndicats à un nouveau round de dialogue social et reprendra le cours de la réforme des retraites. Le CESE publiera son avis ce jeudi 30 octobre.

Autant que nous puissions en juger, le secteur privé n’était pas du tout content de se voir "prendre en otage" pour des revendications catégorielles, celles des fonctionnaires pour leurs retraites.

Fonction publique

Fonction publique

S'il n'y a pas de pourcentage définitif concernant le taux de participation à la grève au niveau national, Hassan Sahraoui, chef de la direction des ressources humaines au ministère de la Fonction publique, indique que le taux de participation à la grève dans son ministère s'élève à 31%. Des syndicalistes contactés par nos soins, de l'ODT notamment, nous ont annoncé une "presque paralysie" du travail dans ce ministère.

Contacté par Médias 24, Mohamed Moubdii, ministre de la fonction publique, a déclaré que le taux de participation national à la grève, dans la fonction publique, est de 46%. En revanche, il prévient que ce pourcentage est temporaire, les chiffres définitifs devant arriver jeudi à 8 H, et qu'il est fondé sur des données dont la fiabilité n'est pas totalement garantie.

-Collectivités locales

Abid Ziadi, le responsable de la cellule de communication du ministère de l'Intérieur, dément un quelconque impact sur le fonctionnement des collectivités.

Par contre, tous les syndicats que nous avons contactés (ODT, UMT, FDT, CDT, UGTM) tablent sur une grande participation des employés des collectivités locales.

Industrie

-Renault Maroc: la production fortement impactée

Mohamed Tazi, le directeur de communication de Renault Maroc, a appris à Médias 24 que 70% des employés l'usine Renault de Tanger ont participé à la grève, tandis que le taux de participation à Casablanca (Somaca) est de 100%.

Si la production a été fortement impactée, les services commerciaux fonctionnent normalement, et les ventes n'ont pas été touchées. Les postes sensibles, eux, ont été maintenus, selon la même source. 

Tourisme

Le ministre du tourisme Lahcen Haddad a indiqué à Médias 24 que le taux de participation à la grève dans le secteur, chez le privé, était de "2% à Marrakech, de 0% à Tanger et de 0% à Casablanca". Dans le public, il y a eu "46% de participation dans les écoles de tourisme, 12% dans les délégations et 2% dans les établissements publics", précise-t-il.

-Transport touristique: infos contradictoires

Khalid Mouhib, secrétaire générale de la Fédération nationale transport touristique du Maroc, estime que "le transport touristique, à Casablanca, n'a pas été impacté par la grève". Les syndicalistes, eux, ont annoncé que l'appel à la grève a ralenti l'activité touristique à Marrakech.

-Hôtellerie: pas touchée

Said Tahiri, secrétaire générale de la Confédération nationale du tourisme, nous a déclaré qu'à partir des informations dont il dispose, "l’hôtellerie n'a pas été touchée. Les hôtels ont fonctionné normalement aujourd'hui". Le ministre du Tourisme Lahcen Haddad a annoncé, sur Twitter, que seuls deux hôtels de Casablanca ont participé à la grève, enregistrant respectivement 10 et 50% de participation. 

Transport et logistique

La direction des ressources humaines du ministère de l'Equipement et du transport a informé Médias 24 que le taux national de participation à la grève est de 30%. 70% des employés du secteur du transport, de la logistique et de l'équipement n'y ont donc pas participé, d'après le décompte établi à midi. Autoroutes, trains, aéroports, gares routières et ports ont, selon le ministère, fonctionné normalement.

-Port de Casablanca: fortes perturbations

Tandis que certaines sources annoncent un gel des activités au port de Casablanca, Mohamed Benabdeljalil, DG de Marsa Maroc, a déclaré à Médias 24 que certains terminaux n'ont pas été touchés par la grève et qu'un employé sur deux de Marsa a travaillé. 

- RAM: service normal

Hakim Challot, porte-parole de la RAM, a assuré à Médias 24 que toutes les opérations se déroulent normalement, sans blocages, et que le service est assuré à 100%.

- ONCF: service normal

Contacté par Médias 24, Ali Lotfi, SG de l'ODT, à laquelle est affilié le l'un des plus importants syndicats de cheminots du Maroc, a expliqué qu'il "était prévu qu'il y ait grève, mais la dispersion des syndicalistes, et les pressions exercées par l'ONCF ont fait qu'elle n'a pas eue lieu". En revanche, certains cadres et employés administratifs de l'ONCF ont observé la grève, toujours selon lui.

Finances

- Banques

Les opérations bancaires de Bank Al-Maghrib sont assurées. C'est le plus important.

"Bank Al Maghrib n'est pas touchée par le mouvement de grève," a indiqué à Médias 24 une source officielle à la Banque Centrale. La même source précise qu'aucune opération à traiter du ressort de l'établissement ne sera donc ajournée.

Dans les banques commerciales, des perturbations étaient notées, plus ou moins importantes selon les banques et les agences dont certaines étaient fermées. Les centres d’affaires des grandes banques étaient pour la plupart opérationnels. Mais le plus important est la non-participation du personnel de la Banque centrale. C’est cet élément qui fait que les opérations de la journée, compensation ou transferts de et vers l’étranger, se déroulent normalement.

Dans un communiqué diffusé en milieu d'après-midi, l'USIB-UMT, principal syndicat du secteur bancaire, annonce que la grève a été suivie à 81% dans le secteur bancaire et les métiers connexes tels que les services financiers. Le GPM n'a pas souhaité répondre à nos demandes de recoupement.

Selon le syndicat, le taux de grève se situait entre 90% et 100% dans les villes de Tétouan, Larache, Khouribga, Fès, Nador, Oujda, Guercif, Hoceima, Berkane, Essaouira et Berrechid. De même source, elle était de 60% à Wafasalaf, 70% à Eqdom, 100% à CMI, 90% à Sogelease, 100% à Brink's, 35% à Méditel, 58% à Inwi.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
La grève générale, demi-succès ou demi-échec

La grève générale n’a pas paralysé le pays, seulement l’enseignement (!) et une partie des transports. Elle a par ailleurs perturbé différentes activités de services. Politiquement, la grève n’a pas atteint ses objectifs mais a constitué un coup de semonce non négligeable.

 

La CDT, la FDT et l’UMT ont publié un communiqué avec des accents de triomphe, annonçant un succès de 83,7% pour la grève générale (admirez la précision).

Comme s’il y avait de quoi être fiers, les trois syndicats qui sont à l’origine de la grève, annoncent une "paralysie totale" de la production industrielle, des transports, du tourisme dans plusieurs villes du Maroc comme Marrakech, Agadir, Casablanca, Rabat. Ils annoncent également une interruption de la production de pain, ce qui est faux selon nos constats.

Et puis en quoi est-il glorieux de paralyser la production de Renault au maroc, un investissement international qui a créé des emplois, rapporte des devises et forme des jeunes Marocains?

2% à 60% de taux de grève selon le gouvernement

Une source gouvernementale autorisée évoque un taux de grève de 2% à 60% dans la fonction publique, selon les secteurs. Par exemple, dans le ministère de la fonction publique, le taux est de 31% selon une source officielle au ministère contactée par nos soins. Des syndicalistes contactés par Médias 24, de l'ODT notamment, ont annoncé une "presque-paralysie" du travail dans ce ministère.

Médias 24 a essayé de mesurer le succès de la grève, à travers ses propres constats, car il y a aura entre le gouvernement d’un côté, l’opposition et les syndicats de l’autre, une guerre des chiffres et des communiqués.

Notre conclusion est que la grève est en deçà des objectifs annoncés à travers une mobilisation politique très large et inédite, qui a largement dépassé le cadre de ses initiateurs. Elle a cependant constitué un vrai coup de semonce au gouvernement dont on a perçu l’inquiétude et une certaine fébrilité. Demi-échec ou demi-succès mais en tous les cas, c’est un pistolet à un coup.

Après cette grève, le gouvernement va inviter les syndicats à un nouveau round de dialogue social et reprendra le cours de la réforme des retraites. Le CESE publiera son avis ce jeudi 30 octobre.

Autant que nous puissions en juger, le secteur privé n’était pas du tout content de se voir "prendre en otage" pour des revendications catégorielles, celles des fonctionnaires pour leurs retraites.

Fonction publique

Fonction publique

S'il n'y a pas de pourcentage définitif concernant le taux de participation à la grève au niveau national, Hassan Sahraoui, chef de la direction des ressources humaines au ministère de la Fonction publique, indique que le taux de participation à la grève dans son ministère s'élève à 31%. Des syndicalistes contactés par nos soins, de l'ODT notamment, nous ont annoncé une "presque paralysie" du travail dans ce ministère.

Contacté par Médias 24, Mohamed Moubdii, ministre de la fonction publique, a déclaré que le taux de participation national à la grève, dans la fonction publique, est de 46%. En revanche, il prévient que ce pourcentage est temporaire, les chiffres définitifs devant arriver jeudi à 8 H, et qu'il est fondé sur des données dont la fiabilité n'est pas totalement garantie.

-Collectivités locales

Abid Ziadi, le responsable de la cellule de communication du ministère de l'Intérieur, dément un quelconque impact sur le fonctionnement des collectivités.

Par contre, tous les syndicats que nous avons contactés (ODT, UMT, FDT, CDT, UGTM) tablent sur une grande participation des employés des collectivités locales.

Industrie

-Renault Maroc: la production fortement impactée

Mohamed Tazi, le directeur de communication de Renault Maroc, a appris à Médias 24 que 70% des employés l'usine Renault de Tanger ont participé à la grève, tandis que le taux de participation à Casablanca (Somaca) est de 100%.

Si la production a été fortement impactée, les services commerciaux fonctionnent normalement, et les ventes n'ont pas été touchées. Les postes sensibles, eux, ont été maintenus, selon la même source. 

Tourisme

Le ministre du tourisme Lahcen Haddad a indiqué à Médias 24 que le taux de participation à la grève dans le secteur, chez le privé, était de "2% à Marrakech, de 0% à Tanger et de 0% à Casablanca". Dans le public, il y a eu "46% de participation dans les écoles de tourisme, 12% dans les délégations et 2% dans les établissements publics", précise-t-il.

-Transport touristique: infos contradictoires

Khalid Mouhib, secrétaire générale de la Fédération nationale transport touristique du Maroc, estime que "le transport touristique, à Casablanca, n'a pas été impacté par la grève". Les syndicalistes, eux, ont annoncé que l'appel à la grève a ralenti l'activité touristique à Marrakech.

-Hôtellerie: pas touchée

Said Tahiri, secrétaire générale de la Confédération nationale du tourisme, nous a déclaré qu'à partir des informations dont il dispose, "l’hôtellerie n'a pas été touchée. Les hôtels ont fonctionné normalement aujourd'hui". Le ministre du Tourisme Lahcen Haddad a annoncé, sur Twitter, que seuls deux hôtels de Casablanca ont participé à la grève, enregistrant respectivement 10 et 50% de participation. 

Transport et logistique

La direction des ressources humaines du ministère de l'Equipement et du transport a informé Médias 24 que le taux national de participation à la grève est de 30%. 70% des employés du secteur du transport, de la logistique et de l'équipement n'y ont donc pas participé, d'après le décompte établi à midi. Autoroutes, trains, aéroports, gares routières et ports ont, selon le ministère, fonctionné normalement.

-Port de Casablanca: fortes perturbations

Tandis que certaines sources annoncent un gel des activités au port de Casablanca, Mohamed Benabdeljalil, DG de Marsa Maroc, a déclaré à Médias 24 que certains terminaux n'ont pas été touchés par la grève et qu'un employé sur deux de Marsa a travaillé. 

- RAM: service normal

Hakim Challot, porte-parole de la RAM, a assuré à Médias 24 que toutes les opérations se déroulent normalement, sans blocages, et que le service est assuré à 100%.

- ONCF: service normal

Contacté par Médias 24, Ali Lotfi, SG de l'ODT, à laquelle est affilié le l'un des plus importants syndicats de cheminots du Maroc, a expliqué qu'il "était prévu qu'il y ait grève, mais la dispersion des syndicalistes, et les pressions exercées par l'ONCF ont fait qu'elle n'a pas eue lieu". En revanche, certains cadres et employés administratifs de l'ONCF ont observé la grève, toujours selon lui.

Finances

- Banques

Les opérations bancaires de Bank Al-Maghrib sont assurées. C'est le plus important.

"Bank Al Maghrib n'est pas touchée par le mouvement de grève," a indiqué à Médias 24 une source officielle à la Banque Centrale. La même source précise qu'aucune opération à traiter du ressort de l'établissement ne sera donc ajournée.

Dans les banques commerciales, des perturbations étaient notées, plus ou moins importantes selon les banques et les agences dont certaines étaient fermées. Les centres d’affaires des grandes banques étaient pour la plupart opérationnels. Mais le plus important est la non-participation du personnel de la Banque centrale. C’est cet élément qui fait que les opérations de la journée, compensation ou transferts de et vers l’étranger, se déroulent normalement.

Dans un communiqué diffusé en milieu d'après-midi, l'USIB-UMT, principal syndicat du secteur bancaire, annonce que la grève a été suivie à 81% dans le secteur bancaire et les métiers connexes tels que les services financiers. Le GPM n'a pas souhaité répondre à nos demandes de recoupement.

Selon le syndicat, le taux de grève se situait entre 90% et 100% dans les villes de Tétouan, Larache, Khouribga, Fès, Nador, Oujda, Guercif, Hoceima, Berkane, Essaouira et Berrechid. De même source, elle était de 60% à Wafasalaf, 70% à Eqdom, 100% à CMI, 90% à Sogelease, 100% à Brink's, 35% à Méditel, 58% à Inwi.

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.