Le corbeau diffusant des documents confidentiels dans le but de nuire au Maroc est de retour sur Twitter. Ses premières publications avaient eu le mérite de pointer du doigt certaines failles de sécurité informatique du MAE mais les nouveaux documents publiés ne présentent aucun intérêt stratégique.

A l’approche de la réunion de l’ONU qui devra décider du maintien ou pas de la Minurso dans les provinces du  Sahara, le compte a opportunément repris du service le 24 mars dernier.

Après deux mois d’absence, ni la terminologie ni la posture de défiance à l’égard du Maroc n’ont changé.

Un ton violemment anti-marocain et des glissements sémantiques en plus de la publication pêle-mêle de mails privés, de listings téléphoniques ou de notes internes du ministère des affaires étrangères.

Un exemple parmi d’autres illustre la volonté de narguer, voire d’insulter le Maroc en retweetant que le Royaume est un allié de l’Etat d’Israël alors que l’Algérie voisine est la meilleure amie de la cause palestinienne.

S’il est indéniable que certains documents publiés sont originaux, tous ne le sont pas. Le grand mystère reste de savoir qui est l’initiateur de cette entreprise de déstabilisation.

Certains parlent de l’œuvre de services étrangers alors que d’autres pointent un amateur qui n’efface pas préalablement ses métadonnées. Les deux hypothèses ne sont pas inconciliables: il existe des services amateurs.

Au regard des publications de documents d’ordre administratifs sans grand intérêt,  le succès escompté n’est pas vraiment au rendez-vous.

Soulignons que sur les 568 followers au compte Twitter de Chris Coleman, une grande partie d’entre eux le suit pour des raisons professionnelles. C’est le cas des journalistes.

Les followers ont droit à des correspondances diplomatiques, des courriels, des dossiers confidentiels provenant des boîtes mails de personnalités politiques et médiatiques que le hacker est parvenu à pirater.

Pour exemple, le dénommé Coleman publie des photocopies de passeports comme celui de Youssef Amrani, ex- ministre délégué aux AE ou des listings téléphoniques du gouvernement dont une partie des numéros sont faux.

A la lecture des publications agrémentées d’un parti-pris revendiqué pour le Polisario, l’auteur semble vouloir décrédibiliser par tous les moyens la position diplomatique du royaume sur le dossier du Sahara.

La majorité écrasante des documents mis en ligne par le corbeau proviennent manifestement des Affaires étrangères. On est cependant loin de l’effet provoqué par la fuite de câbles diplomatiques confidentiels dévoilés par l’association  Wikileaks. Ce n’est pas une affaire Wikleaks puisqu’il y a intention de nuire et sélection préalable des documents mis en ligne. 

Si personne n’est parvenu à percer son identité, le nombre élevé de câbles piratés en provenance du MAE laisse penser que c’est le serveur du ministère a été pris pour cible par le dénommé Coleman.

Très actif entre octobre et janvier dernier, le hacker a publié presque quotidiennement des documents datant de 2013 ou de l’année 2014 pour les plus récents.

Entretemps, la sécurité informatique des départements ministériels marocains est passée sous la responsabilité de l’armée.

Après un arrêt le 28 janvier dernier, le compte Twitter du corbeau Coleman a été réactivé à l’approche de la réunion déterminante de l’ONU sur le dossier du Sahara. Un retour qui confirme le lien avec le dossier du Sahara.

Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Le corbeau diffusant des documents confidentiels dans le but de nuire au Maroc est de retour sur Twitter. Ses premières publications avaient eu le mérite de pointer du doigt certaines failles de sécurité informatique du MAE mais les nouveaux documents publiés ne présentent aucun intérêt stratégique.

A l’approche de la réunion de l’ONU qui devra décider du maintien ou pas de la Minurso dans les provinces du  Sahara, le compte a opportunément repris du service le 24 mars dernier.

Après deux mois d’absence, ni la terminologie ni la posture de défiance à l’égard du Maroc n’ont changé.

Un ton violemment anti-marocain et des glissements sémantiques en plus de la publication pêle-mêle de mails privés, de listings téléphoniques ou de notes internes du ministère des affaires étrangères.

Un exemple parmi d’autres illustre la volonté de narguer, voire d’insulter le Maroc en retweetant que le Royaume est un allié de l’Etat d’Israël alors que l’Algérie voisine est la meilleure amie de la cause palestinienne.

S’il est indéniable que certains documents publiés sont originaux, tous ne le sont pas. Le grand mystère reste de savoir qui est l’initiateur de cette entreprise de déstabilisation.

Certains parlent de l’œuvre de services étrangers alors que d’autres pointent un amateur qui n’efface pas préalablement ses métadonnées. Les deux hypothèses ne sont pas inconciliables: il existe des services amateurs.

Au regard des publications de documents d’ordre administratifs sans grand intérêt,  le succès escompté n’est pas vraiment au rendez-vous.

Soulignons que sur les 568 followers au compte Twitter de Chris Coleman, une grande partie d’entre eux le suit pour des raisons professionnelles. C’est le cas des journalistes.

Les followers ont droit à des correspondances diplomatiques, des courriels, des dossiers confidentiels provenant des boîtes mails de personnalités politiques et médiatiques que le hacker est parvenu à pirater.

Pour exemple, le dénommé Coleman publie des photocopies de passeports comme celui de Youssef Amrani, ex- ministre délégué aux AE ou des listings téléphoniques du gouvernement dont une partie des numéros sont faux.

A la lecture des publications agrémentées d’un parti-pris revendiqué pour le Polisario, l’auteur semble vouloir décrédibiliser par tous les moyens la position diplomatique du royaume sur le dossier du Sahara.

La majorité écrasante des documents mis en ligne par le corbeau proviennent manifestement des Affaires étrangères. On est cependant loin de l’effet provoqué par la fuite de câbles diplomatiques confidentiels dévoilés par l’association  Wikileaks. Ce n’est pas une affaire Wikleaks puisqu’il y a intention de nuire et sélection préalable des documents mis en ligne. 

Si personne n’est parvenu à percer son identité, le nombre élevé de câbles piratés en provenance du MAE laisse penser que c’est le serveur du ministère a été pris pour cible par le dénommé Coleman.

Très actif entre octobre et janvier dernier, le hacker a publié presque quotidiennement des documents datant de 2013 ou de l’année 2014 pour les plus récents.

Entretemps, la sécurité informatique des départements ministériels marocains est passée sous la responsabilité de l’armée.

Après un arrêt le 28 janvier dernier, le compte Twitter du corbeau Coleman a été réactivé à l’approche de la réunion déterminante de l’ONU sur le dossier du Sahara. Un retour qui confirme le lien avec le dossier du Sahara.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.