Ces lignes sont rédigées le mardi 27 octobre. Cela fait donc 53 jours que les élections communales et régionales ont eu lieu. Les résultats détaillés ne sont toujours pas disponibles.

Le ministère de l’Intérieur a publié dans la nuit du 4 au 5 septembre les résultats portant sur 80% des sièges puis dès le lendemain, les chiffres globaux. Une célérité et une efficacité que nous avons été parmi les premiers à saluer. De même, l’organisation des élections, d’une manière générale, a été saluée par les observateurs et les partis politiques, hormis les accusations d’achat de voix qui concernent des candidats plutôt que l’administration.

Cela étant dit, la presse, censée être indispensable en démocratie, a du mal à remplir sa mission d’information.

Prenons quelques exemples:

-le site listeselectorales.ma n’a pas été mis à jour depuis le mois d’avril, sauf pour annoncer la nouvelle révision des listes électorales qui a pris fin le 19 août. De sorte que le nombre d’inscrits est demeuré un mystère. Un mystère qui a été éclairci un peu par hasard à la faveur d’une déclaration du ministre Hassad en conseil de gouvernement, en date du 17 septembre. Mais nous n’avons toujours pas les détails.

-Médias 24 a insisté auprès du HCP pour obtenir le nombre de Marocains ayant 18 ans et donc en âge de voter, selon le dernier recensement.

-le site elections.ma publie certes les noms de tous les élus, ainsi que quelques statistiques, mais ne donne pas un élément fondamental: le nombre de voix.

-le nombre de sièges aux régionales, parti par parti, commune par commune, a été publié par Médias 24 le 14 septembre parce que nous les avons obtenus auprès d’un parti et non pas du ministère de l’Intérieur.

-le score de chaque parti, en nombre de voix, même les plus petits, a été également publié par nos soins, mais c’est un score global.

Il reste maintenant l’élément le plus important, la clé de tout: le nombre de voix obtenues au niveau de chaque arrondissement, de chaque commune, pour chaque parti, pour les régionales comme pour les communales.

Pour que la boucle soit bouclée, pour que ceux qui le souhaitent puissent analyser les chiffres en détail, pour la transparence, cette publication est indispensable, comme est nécessaire la mise à jour du site des listes électorales.

Pour notre part, nous sommes restés en contact régulier avec le ministère de l’Intérieur et nous avons multiplié les demandes pour obtenir la répartition des voix exprimées, par élection (communale ou régionale), par parti, par commune, par arrondissement. L’accueil a toujours été professionnel et chaleureux. Des promesses ont été faites, parfois catégoriques. Des mails ont été envoyés. Sans le moindre résultat à ce jour.

Depuis dimanche, nous avons passé des appels à quelques partis pour vérifier si eux avaient reçu ces chiffres, auxquels ils ont droit. Rien. L’un des responsables des élections d’un parti nous a demandé de les lui transmettre si nous arrivons à les obtenir. Un dirigeant de parti nous a dit textuellement: "Cela devient incompréhensible".

Ci-dessous, le secrétaire général du PJD, par ailleurs Chef du gouvernement, annonce au cours d'une réunion tenue le 20 octobre, qu'il a lui même demandé à l'Intérieur la publication des chiffres sur leur site (23'30).

Tout cela nous met dans l’obligation de prendre l’opinion à témoin, car nous croyons en la responsabilité sociale et démocratique de la presse.

Article 27 de la Constitution

"Les citoyennes et les citoyens ont le droit d’accéder à l’information détenue par l’administration publique, les institutions élues et les organismes investis d’une mission de service public. Le droit à l’information ne peut être limité que par la loi, dans le but d’assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l’atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi".

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Ces lignes sont rédigées le mardi 27 octobre. Cela fait donc 53 jours que les élections communales et régionales ont eu lieu. Les résultats détaillés ne sont toujours pas disponibles.

Le ministère de l’Intérieur a publié dans la nuit du 4 au 5 septembre les résultats portant sur 80% des sièges puis dès le lendemain, les chiffres globaux. Une célérité et une efficacité que nous avons été parmi les premiers à saluer. De même, l’organisation des élections, d’une manière générale, a été saluée par les observateurs et les partis politiques, hormis les accusations d’achat de voix qui concernent des candidats plutôt que l’administration.

Cela étant dit, la presse, censée être indispensable en démocratie, a du mal à remplir sa mission d’information.

Prenons quelques exemples:

-le site listeselectorales.ma n’a pas été mis à jour depuis le mois d’avril, sauf pour annoncer la nouvelle révision des listes électorales qui a pris fin le 19 août. De sorte que le nombre d’inscrits est demeuré un mystère. Un mystère qui a été éclairci un peu par hasard à la faveur d’une déclaration du ministre Hassad en conseil de gouvernement, en date du 17 septembre. Mais nous n’avons toujours pas les détails.

-Médias 24 a insisté auprès du HCP pour obtenir le nombre de Marocains ayant 18 ans et donc en âge de voter, selon le dernier recensement.

-le site elections.ma publie certes les noms de tous les élus, ainsi que quelques statistiques, mais ne donne pas un élément fondamental: le nombre de voix.

-le nombre de sièges aux régionales, parti par parti, commune par commune, a été publié par Médias 24 le 14 septembre parce que nous les avons obtenus auprès d’un parti et non pas du ministère de l’Intérieur.

-le score de chaque parti, en nombre de voix, même les plus petits, a été également publié par nos soins, mais c’est un score global.

Il reste maintenant l’élément le plus important, la clé de tout: le nombre de voix obtenues au niveau de chaque arrondissement, de chaque commune, pour chaque parti, pour les régionales comme pour les communales.

Pour que la boucle soit bouclée, pour que ceux qui le souhaitent puissent analyser les chiffres en détail, pour la transparence, cette publication est indispensable, comme est nécessaire la mise à jour du site des listes électorales.

Pour notre part, nous sommes restés en contact régulier avec le ministère de l’Intérieur et nous avons multiplié les demandes pour obtenir la répartition des voix exprimées, par élection (communale ou régionale), par parti, par commune, par arrondissement. L’accueil a toujours été professionnel et chaleureux. Des promesses ont été faites, parfois catégoriques. Des mails ont été envoyés. Sans le moindre résultat à ce jour.

Depuis dimanche, nous avons passé des appels à quelques partis pour vérifier si eux avaient reçu ces chiffres, auxquels ils ont droit. Rien. L’un des responsables des élections d’un parti nous a demandé de les lui transmettre si nous arrivons à les obtenir. Un dirigeant de parti nous a dit textuellement: "Cela devient incompréhensible".

Ci-dessous, le secrétaire général du PJD, par ailleurs Chef du gouvernement, annonce au cours d'une réunion tenue le 20 octobre, qu'il a lui même demandé à l'Intérieur la publication des chiffres sur leur site (23'30).

Tout cela nous met dans l’obligation de prendre l’opinion à témoin, car nous croyons en la responsabilité sociale et démocratique de la presse.

Article 27 de la Constitution

"Les citoyennes et les citoyens ont le droit d’accéder à l’information détenue par l’administration publique, les institutions élues et les organismes investis d’une mission de service public. Le droit à l’information ne peut être limité que par la loi, dans le but d’assurer la protection de tout ce qui concerne la défense nationale, la sûreté intérieure et extérieure de l’Etat, ainsi que la vie privée des personnes, de prévenir l’atteinte aux droits et libertés énoncés dans la présente Constitution et de protéger des sources et des domaines expressément déterminés par la loi".

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.