Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil 

Décès du grand maitre du malhoun, Haj Mohamed Bouzoubaâ 

Mercredi 21 janvier 2015 à 11h42
Décès du grand maitre du malhoun, Haj Mohamed Bouzoubaâ
 

Le grand maitre de l'art du malhoun, Haj Mohamed Bouzoubaâ, est décédé mercredi à Fès à l'âge de 75 ans des suites d'une longue maladie.

Le défunt sera inhumé ce mercredi après la prière d'Al Asr au cimetière Lakbab à Fès.

Feu Bouzoubaâ, dont l'état de santé s'est détérioré depuis l'année dernière, avait déjà été victime d'une attaque cérébrale qui a nécessité son admission au CHU de Fès.

Né le 20 août 1939, feu Haj Bouzoubaâ, est une grande figure de l'art du malhoun au Maroc.

Illustre représentant de cet art musical authentique, Haj Mohamed Bouzoubaâ a enrichi le répertoire de la radio de Fès avec plus de 170 chansons et kassaides.

Il exerça également comme maître de musique au Conservatoire de musique de Fès.

Avec sa disparition, la scène culturelle marocaine aura perdu l'un des illustres talents de la chanson marocaine et l'une des grandes figures de l'art sublime du Malhoun.

Natif de Fès et piqué par l'amour de l'art depuis sa tendre jeunesse, l'ex-dépositaire de l'art du malhoun dont la célébrité a bel et bien dépassé les frontières nationales, a enrichi le répertoire de la radio de Fès par plus de 170 chansons et kassaides aussi singulières que captivantes les unes que les autres.

Artiste hors-pair au talent toujours incontestable, le doyen de l'art authentique a pu consacrer à sa vie à pérenniser l'art du Malhoun et assurer sa transmission aux jeunes générations montantes.

Le précurseur artiste fassi à la voix mélodieuse et inégalée, a tout au long de son parcours inspiré tant d'artistes et talents, particulièrement parmi les jeunes assoiffés de la chanson marocaine et de l'art ancestral du Malhoun.

Né au sein d'une famille de musiciens et dont le père fut une sommité de l'art du Malhoun et des chansons des troupes de "Aissaoua", le défunt a donné libre cours à sa passion artistique en exécutant ses chansons avec magnificence et somptuosité et ses célèbres poèmes à la gloire du Prophète Sidna Mohammed, paix, salut et prières sur Lui.

Artiste complet au style original, le grand maitre de l'art du Malhoun s'est produit sur de nombreuses scènes au Maroc comme à l'étranger forçant l'admiration par son large répertoire artistique.

Très ambitieux et nourri par tant d'ambitions artistiques, feu Haj Mohamed Bouzoubaâ, a fondé une école privée dédiée à cet art afin de promouvoir ce genre culturel et de permettre aux générations montantes de revisiter ces célèbres tubes comme il a intégré la gent féminine dans ses multiples œuvres artistiques.

En digne représentant de l'art du Malhoun, le nom du feu Bouzoubaâ demeure gravé dans la mémoire collective nationale à l'instar des autres figures qui ont amplement contribué à la préservation de cet art sublime, tels Abdelkrim Guennoun, Lhoucine Ben Driss et Driss BenJelloun.

Parmi ses chansons les plus célèbres on peut citer "Khadouj" , "Rfak Ya Maliki", "Damlij" et "Mohammed saheb Chafaâ".

 

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close