Tour du monde des Atmani, Aïd Al Fitr au Pérou

Hamdoullah, tout est bien qui fini bien, cette fois-ci nous sommes acceptés à la frontière péruvienne avec un nouveau visa de 180 jours. Nous avons donc fêté l’Aïd au Pérou.

Avec en prime, les cassettes oubliées sur la barge que nous avions récupérées lors de notre retour forcé en Bolivie!

Nous entamons donc le Pérou depuis le côté péruvien du lac Titicaca, direction Puno à 150 kilomètres de Copacabana, une petite ville sans âme à notre goût, où nous ne pensions guère passer plus d’une nuit.

 

 

Le paysage bizarrement change assez vite sur la route, clairement les deux rives du plus grand lac navigable au monde ont des reliefs très différents.

De plus il fait de plus en plus froid et l’Altiplano est recouvert de neige.

Donc arrivée au Pérou dans le froid et la pluie.

Nous sommes accueillis à Puno par un orage digne de ce nom, le ciel est triste, la ville pas à notre goût et surtout Malika commence à avoir de la fièvre et se sent très mal.

Pour couronner le tout, et comme à chaque nouvelle traversée de frontière, nous avons le stress de la sécurité.

Puno est réputée pour sa délinquance, d’ailleurs, sur certains blogs, nous avons eu des récits de braquage.

Apparemment, cela va très vite et en moins de 5 minutes, il n’y a plus rien dans le camion braqué.

Allah Yekherej Al oumourbikheir! Je décide que nous passions la nuit dans le jardin intérieur d’un hôtel à Puno. Nous déboursons 80 soles péruviens (l’équivalent de 250 dirhams !!) pour pouvoir garer MeskEllil, le camion, et nous dedans.

C’est assez cher pour nous car nous faisons très attention au budget et essayons à chaque fois de bivouaquer gratuitement. Mais cette fois-ci, il était préférable d’être en sécurité.

La bonne nouvelle, c’est que l’hôtel est au bord du lac et nous pouvons regarder avec nostalgie l’autre côté du lac en Bolivie ! Tout comme admirer la nuit la belle baie nocturne de Puno.

Ce sera finalement 3 nuits et 4 jours à Puno!! Nous qui voulions y passer pas plus que la nuit d’étape!! Al Hamdoullah, après 3 jours de fièvre, Malika se sent maintenant mieux.

Nous décidons de lever l’ancre pour Arequipa, la deuxième plus grande ville du Pérou après Lima.

Arequipa est à 300 kilomètres vers l’Ouest, mais comme ils comptent ici en heures (à cause des montagnes et des routes accidentées), Arequipa est donc à 5 heures de Puno et 1,500 mètres plus bas.

Nous ne serons jamais assez surpris par l’Altiplano !! Grandiose !! Les 300 kilomètres qui séparent les deux villes se résument ainsi: une centaine de kilomètres à 4.000 mètres d’altitude, puis une autre centaine de kilomètres entre 4.300 et 4.500! S’ensuit une cinquantaines de kilomètres à 4.000 mètres et une quarantaine de dénivelé pour descendre sur Arequipa à 2.300 mètres!!

Nous sommes maintenant habitués, mais à chaque fois le même stress de la panne à telle hauteur où il n’y pratiquement rien, à part les troupeaux de lamas!! Que l’on ne voit qu’aux hautes altitudes. A telle hauteur, les températures ne sont pas clémentes du tout et la nuit, le thermomètre affiche moins 10 et pire encore!! Pour information, l’Altiplano s’étend sur 1.800 Kilomètres !

Pour nous, c’est dangereux pour les canalisations d’eau de MeskEllil, le camion, et le risque de gel du gasoil, même avec les additifs. Menace sérieuse ! Plusieurs voyageurs en ont fait les frais malheureusement!!

 

 

Nous arrivons sans encombres sur Arequipa, surnommée la «ville blanche».

Arequipa est dans une vallée fertile, entourée de volcans (toujours en activité !) perchés à plus de  5,000 mètres …

Nous sommes sceptiques au début, mais très rapidement, nous adoptons cette belle ville !! La présence espagnole est évidente sur l’architecture, l’influence arabe par transitivité est aussi évidente, dans certaine ruelles, ont se croirait à Fes-Jdid dans la ville de Fès !!!

Il fait bon! Nous avons un soleil radieux, nous sommes à 2.400 mètres! Et la cuisine péruvienne est succulente…

Les enfants et nous profitons de cette trêve à 2.400 car nous savons que dans quelques jours, nous devrons encore une fois remonter dans le fameux Altiplano à 4.000 mètres et plus !!!  Il va nous falloir en effet rallier Cusco, la capitale des Incas avec son fameux MachuPitccu avant de redescendre une fois pour toutes sur la côte du pacifique.

La vérité, malgré toute la splendeur de la cordillère des Andes, nous n’en pouvons plus d’être en hauteur, vivement le niveau zéro!!!

Nous avons étés charmés par une initiative de la municipalité de Arequipa, la collecte des déchets urbains tout en musique SVP et des messages de civisme !!

Je vous laisse admirer !!

Aid Moubarak said.

Et à la prochaine semaine Inchallah pour Cusco et la vallée sacrée des Incas.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
Tour du monde des Atmani, Aïd Al Fitr au Pérou

Hamdoullah, tout est bien qui fini bien, cette fois-ci nous sommes acceptés à la frontière péruvienne avec un nouveau visa de 180 jours. Nous avons donc fêté l’Aïd au Pérou.

Avec en prime, les cassettes oubliées sur la barge que nous avions récupérées lors de notre retour forcé en Bolivie!

Nous entamons donc le Pérou depuis le côté péruvien du lac Titicaca, direction Puno à 150 kilomètres de Copacabana, une petite ville sans âme à notre goût, où nous ne pensions guère passer plus d’une nuit.

 

 

Le paysage bizarrement change assez vite sur la route, clairement les deux rives du plus grand lac navigable au monde ont des reliefs très différents.

De plus il fait de plus en plus froid et l’Altiplano est recouvert de neige.

Donc arrivée au Pérou dans le froid et la pluie.

Nous sommes accueillis à Puno par un orage digne de ce nom, le ciel est triste, la ville pas à notre goût et surtout Malika commence à avoir de la fièvre et se sent très mal.

Pour couronner le tout, et comme à chaque nouvelle traversée de frontière, nous avons le stress de la sécurité.

Puno est réputée pour sa délinquance, d’ailleurs, sur certains blogs, nous avons eu des récits de braquage.

Apparemment, cela va très vite et en moins de 5 minutes, il n’y a plus rien dans le camion braqué.

Allah Yekherej Al oumourbikheir! Je décide que nous passions la nuit dans le jardin intérieur d’un hôtel à Puno. Nous déboursons 80 soles péruviens (l’équivalent de 250 dirhams !!) pour pouvoir garer MeskEllil, le camion, et nous dedans.

C’est assez cher pour nous car nous faisons très attention au budget et essayons à chaque fois de bivouaquer gratuitement. Mais cette fois-ci, il était préférable d’être en sécurité.

La bonne nouvelle, c’est que l’hôtel est au bord du lac et nous pouvons regarder avec nostalgie l’autre côté du lac en Bolivie ! Tout comme admirer la nuit la belle baie nocturne de Puno.

Ce sera finalement 3 nuits et 4 jours à Puno!! Nous qui voulions y passer pas plus que la nuit d’étape!! Al Hamdoullah, après 3 jours de fièvre, Malika se sent maintenant mieux.

Nous décidons de lever l’ancre pour Arequipa, la deuxième plus grande ville du Pérou après Lima.

Arequipa est à 300 kilomètres vers l’Ouest, mais comme ils comptent ici en heures (à cause des montagnes et des routes accidentées), Arequipa est donc à 5 heures de Puno et 1,500 mètres plus bas.

Nous ne serons jamais assez surpris par l’Altiplano !! Grandiose !! Les 300 kilomètres qui séparent les deux villes se résument ainsi: une centaine de kilomètres à 4.000 mètres d’altitude, puis une autre centaine de kilomètres entre 4.300 et 4.500! S’ensuit une cinquantaines de kilomètres à 4.000 mètres et une quarantaine de dénivelé pour descendre sur Arequipa à 2.300 mètres!!

Nous sommes maintenant habitués, mais à chaque fois le même stress de la panne à telle hauteur où il n’y pratiquement rien, à part les troupeaux de lamas!! Que l’on ne voit qu’aux hautes altitudes. A telle hauteur, les températures ne sont pas clémentes du tout et la nuit, le thermomètre affiche moins 10 et pire encore!! Pour information, l’Altiplano s’étend sur 1.800 Kilomètres !

Pour nous, c’est dangereux pour les canalisations d’eau de MeskEllil, le camion, et le risque de gel du gasoil, même avec les additifs. Menace sérieuse ! Plusieurs voyageurs en ont fait les frais malheureusement!!

 

 

Nous arrivons sans encombres sur Arequipa, surnommée la «ville blanche».

Arequipa est dans une vallée fertile, entourée de volcans (toujours en activité !) perchés à plus de  5,000 mètres …

Nous sommes sceptiques au début, mais très rapidement, nous adoptons cette belle ville !! La présence espagnole est évidente sur l’architecture, l’influence arabe par transitivité est aussi évidente, dans certaine ruelles, ont se croirait à Fes-Jdid dans la ville de Fès !!!

Il fait bon! Nous avons un soleil radieux, nous sommes à 2.400 mètres! Et la cuisine péruvienne est succulente…

Les enfants et nous profitons de cette trêve à 2.400 car nous savons que dans quelques jours, nous devrons encore une fois remonter dans le fameux Altiplano à 4.000 mètres et plus !!!  Il va nous falloir en effet rallier Cusco, la capitale des Incas avec son fameux MachuPitccu avant de redescendre une fois pour toutes sur la côte du pacifique.

La vérité, malgré toute la splendeur de la cordillère des Andes, nous n’en pouvons plus d’être en hauteur, vivement le niveau zéro!!!

Nous avons étés charmés par une initiative de la municipalité de Arequipa, la collecte des déchets urbains tout en musique SVP et des messages de civisme !!

Je vous laisse admirer !!

Aid Moubarak said.

Et à la prochaine semaine Inchallah pour Cusco et la vallée sacrée des Incas.

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.