Charles Ndour au Maroc. (photo Sene24H)

Dakar a officiellement réagi à l’assassinat à Tanger de Charles Ndour appelant la communauté sénégalaise "à la sérénité" et dépêchant un diplomate à Tanger.

La presse de Dakar rapporte les faits ainsi que les commentaires des Affaires étrangères, et les réseaux sociaux parlent de peur et de racisme.

 

Dakar Actu et l’Agence de presse sénégalaise ont dès samedi rapporté la nouvelle de l’assassinat à Boukhalef en périphérie de Tanger de Charles Ndour rappelant le meurtre à l’arme blanche, l’arrestation par la police marocaine de neuf Sénégalais et le communiqué du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur qui souligne que «deux Marocains sont officiellement interpellés dans cette affaire» et appelant la communauté sénégalaise du Maroc «à la sérénité».

Les images des derniers instants de la mort du jeune Charles montrent un corps affalé sur le bord du trottoir,  le cou et les épaules ensanglantés. Ames sensibles s’abstenir.

 

 

Ce dimanche, Médias 24 a pu confirmer l’identité complète de Charles Paul Alphone Ndour,  né le 13 octobre 1988 à Joal. Il résidait à Dakar avant de s’établir à Rabat où il avait régularisé sa situation.

Ce dimanche selon des sources sénégalaises, le consul général du Sénégal Cheikh Tidiane Sall était attendu à Tanger. Il doit y rencontrer ses compatriotes et veiller à un transfert  du corps de la victime vers sa famille à Dakar. Le ministre sénégalais des Affaires étrangères Mankeur Ndiaye a présenté ses condoléances à la famille du défunt.

Lundi 1er septembre également, les  neuf Sénégalais interpellés par la police dans la nuit de vendredi à samedi devraient être libérés.

En règle générale,  les services consulaires sénégalais, ivoiriens, maliens, guinéens  ou camerounais consacrent très peu-voire pas du tout- de temps à la situation dramatique de leurs compatriotes en transit à Tanger, Nador, Bab Sebta ou Fnideq.

Au cours de ces derniers mois et lors de différentes sorties de Médias 24 à Tanger ou sur la route de Sebta sur ce sujet, à chaque fois que la question des visites de diplomates était posée, la réponse était négative.

Les Affaires étrangères du Sénégal réagissent

Dans un communiqué, le ministère sénégalais a présenté ses condoléances à la famille du défunt, indiqué qu’ «il suit la situation de près » et précisé que «le drame s’est produit dans un quartier surpeuplé de candidats subsahariens au voyage en Europe». Dakar précise que  «les émigrés sont souvent victimes de vols et autres agressions, source permanente d’affrontements entre riverains et étrangers».

Enfin, Séné24H présente des photos de Charles Ndour et parle de «énième victime du racisme au royaume chérifien». Au moins deux Sénégalais sont décédés de mort violente au cours ces 10 derniers mois au Maroc : Moussa Seck à Tanger en octobre 2013 suite à une chute du quatrième étage d’un immeuble dans des circonstances confuses, et la mort par arme blanche à Fès, le 14 août dernier d’Ismaila Faye au cours d’une rixe.

Au lendemain de l’assassinat du jeunes Charles Ndour, les résidents n’étaient guère surpris par la tournure sanglante prise par la situation socialement dégradée à Boukhalef depuis près d’une année. Mais cela n’empêchait pas un résident du quartier de se désoler d’apprendre que la victime était sénégalaise. «Les Sénégalais sont les plus sympathiques». Vain cri du cœur car la tolérance de la haine encourage le crime. Pour des résidents marocains de Boukhalef, Sénégalais et Ivoiriens sont au top.

Sur Twitter #Charles Ndour, un abonné rappelait que Charles Ndour est «le deuxième Sénégalais assassiné au Maroc en une année», le troisième en fait. Cheickhouna Mbacké, un expert en finance islamique et personnalité religieuse du pays lui aussi transmet ses condoléances sur Twitter.

Plusieurs abonnés sénégalais ou marocains du réseau présentent leurs condoléances, parlent de racisme et disent craindre pour leurs proches ou leurs connaissances qui vivent ou travaillent au Maroc. 

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Charles Ndour au Maroc. (photo Sene24H)

Dakar a officiellement réagi à l’assassinat à Tanger de Charles Ndour appelant la communauté sénégalaise "à la sérénité" et dépêchant un diplomate à Tanger. 

La presse de Dakar rapporte les faits ainsi que les commentaires des Affaires étrangères, et les réseaux sociaux parlent de peur et de racisme.

 

Dakar Actu et l’Agence de presse sénégalaise ont dès samedi rapporté la nouvelle de l’assassinat à Boukhalef en périphérie de Tanger de Charles Ndour rappelant le meurtre à l’arme blanche, l’arrestation par la police marocaine de neuf Sénégalais et le communiqué du ministère des Affaires étrangères et des Sénégalais de l’Extérieur qui souligne que «deux Marocains sont officiellement interpellés dans cette affaire» et appelant la communauté sénégalaise du Maroc «à la sérénité».

Les images des derniers instants de la mort du jeune Charles montrent un corps affalé sur le bord du trottoir,  le cou et les épaules ensanglantés. Ames sensibles s’abstenir.

 

 

Ce dimanche, Médias 24 a pu confirmer l’identité complète de Charles Paul Alphone Ndour,  né le 13 octobre 1988 à Joal. Il résidait à Dakar avant de s’établir à Rabat où il avait régularisé sa situation.

Ce dimanche selon des sources sénégalaises, le consul général du Sénégal Cheikh Tidiane Sall était attendu à Tanger. Il doit y rencontrer ses compatriotes et veiller à un transfert  du corps de la victime vers sa famille à Dakar. Le ministre sénégalais des Affaires étrangères Mankeur Ndiaye a présenté ses condoléances à la famille du défunt.

Lundi 1er septembre également, les  neuf Sénégalais interpellés par la police dans la nuit de vendredi à samedi devraient être libérés.

En règle générale,  les services consulaires sénégalais, ivoiriens, maliens, guinéens  ou camerounais consacrent très peu-voire pas du tout- de temps à la situation dramatique de leurs compatriotes en transit à Tanger, Nador, Bab Sebta ou Fnideq.

Au cours de ces derniers mois et lors de différentes sorties de Médias 24 à Tanger ou sur la route de Sebta sur ce sujet, à chaque fois que la question des visites de diplomates était posée, la réponse était négative.

Les Affaires étrangères du Sénégal réagissent

Dans un communiqué, le ministère sénégalais a présenté ses condoléances à la famille du défunt, indiqué qu’ «il suit la situation de près » et précisé que «le drame s’est produit dans un quartier surpeuplé de candidats subsahariens au voyage en Europe». Dakar précise que  «les émigrés sont souvent victimes de vols et autres agressions, source permanente d’affrontements entre riverains et étrangers».

Enfin, Séné24H présente des photos de Charles Ndour et parle de «énième victime du racisme au royaume chérifien». Au moins deux Sénégalais sont décédés de mort violente au cours ces 10 derniers mois au Maroc : Moussa Seck à Tanger en octobre 2013 suite à une chute du quatrième étage d’un immeuble dans des circonstances confuses, et la mort par arme blanche à Fès, le 14 août dernier d’Ismaila Faye au cours d’une rixe.

Au lendemain de l’assassinat du jeunes Charles Ndour, les résidents n’étaient guère surpris par la tournure sanglante prise par la situation socialement dégradée à Boukhalef depuis près d’une année. Mais cela n’empêchait pas un résident du quartier de se désoler d’apprendre que la victime était sénégalaise. «Les Sénégalais sont les plus sympathiques». Vain cri du cœur car la tolérance de la haine encourage le crime. Pour des résidents marocains de Boukhalef, Sénégalais et Ivoiriens sont au top.

Sur Twitter #Charles Ndour, un abonné rappelait que Charles Ndour est «le deuxième Sénégalais assassiné au Maroc en une année», le troisième en fait. Cheickhouna Mbacké, un expert en finance islamique et personnalité religieuse du pays lui aussi transmet ses condoléances sur Twitter.

Plusieurs abonnés sénégalais ou marocains du réseau présentent leurs condoléances, parlent de racisme et disent craindre pour leurs proches ou leurs connaissances qui vivent ou travaillent au Maroc. 

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.