Menu
facebook twitter
 
.
.
Page d'accueil 

Casablanca, candidate aux Jeux olympiques? 

Vendredi 19 décembre 2014 à 15h35
Casablanca, candidate aux Jeux olympiques?
 

Une fausse bonne idée, des annonces extravagantes et un projet dangereux et impossible à réaliser.

L’idée selon laquelle une ville marocaine est candidate à l’organisation des Jeux olympiques refait surface. Selon le portail américain Santa Monica Mirror, Casablanca va postuler pour accueillir les J.O d’été 2024. 

En réalité, la candidature casablancaise n'est pas encore actée. Le portail ne fait que reprendre un article de Wikipédia sur les villes requérantes potentielles, parmi lesquelles figure Casablanca.

Pour comprendre l’origine de l’histoire, il faut remonter à mars 2011, quand l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports, Moncef Belkhayat, avait laissé entendre que Casablanca serait «bientôt candidate à l’organisation des Jeux Olympiques 2020, 2024 ou 2028».

Selon l’ancien ministre, «la décision de construire le stade de Casablanca a été prise avec une vision claire de la position du Royaume du Maroc en tant que candidat à l’organisation des Jeux olympiques». Sauf que la construction d’un stade de 80.000 places à Casablanca, qui devrait débuter courant 2012, est aujourd’hui au point mort.

Cela n’a pas empêché Lahcen Haddad, ministre du Tourisme, d’affirmer en novembre dernier que «nous ambitionnons d'aller de plus en plus vers de grands événements comme la coupe du monde, les jeux olympiques et les expositions internationales». En attendant d’y voir plus clair, voici pourquoi il faut enterrer cette idée, au moins pour quelques décennies.

Organiser des Jeux Olympiques coûte extrêmement cher

Il faut se souvenir qu'en 1984, Los Angeles a obtenu d'organiser les J.O car aucune autre ville ne s'était portée candidate. C'était beaucoup trop coûteux à mettre en place. Et avant d’arriver à l’organisation, l'acte de candidature en lui-même représente un investissement conséquent.

Tokyo, qui a remporté l'organisation des JO de 2020, a dépensé pas moins de 83 millions de dollars pour faire acte de candidature. Vient ensuite le coût de l'organisation en tant que tel. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les chiffres donnent le vertige: lors des derniers JO d’hiver, les décideurs soviétiques avaient fixé le budget à 7 milliards d’euros. Mais cette base a été revue quatre fois et multipliée par cinq.

Au final, les Olympiques de Sotchi 2014 ont coûté 37 milliards d’euros (l’équivalent du PIB de la Tunisie), soit la facture la plus élevée de l’histoire de l’olympisme, loin devant la capitale chinoise (26 milliards).

Pour les J.O d’Athènes de 2004, le budget est passé de 4,6 milliards d'euros prévus au départ, à 11,2 milliards selon les chiffres officiels. Selon des estimations indépendantes, il a en fait grimpé à 20 milliards d'euros. Les J.O d’été de 2012 auront coûté à Londres quelque 11,5 milliards d’euros.

Des retombées économiques incertaines

L'Histoire montre que l'organisation des Jeux olympiques a une rentabilité financière mitigée. L’Histoire récente montre quant à elle que depuis les années 1990, aucune ville n'a réussi à en faire un événement réellement rentable. Au contraire, cette grande fête du sport peut même virer au gouffre financier.

Ce fut le cas lors des Jeux olympiques de Munich (1972) et de Montréal (1976) que les Canadiens ont mis 30 ans à rembourser. 28 ans plus tard, les sommes dépensées pour Athènes 2004 ont porté un coup fatal à la Grèce. Car s’il est vrai que le comité organisateur a réussi à engranger 9,6 millions d’euros de profits, les collectivités locales dépensent encore des fortunes pour l'entretien des stades désaffectés et laissés à l’abondant.

A Lillehammer, les Norvégiens ont dépensé une fortune pour les jeux de 1994 en espérant que la ville devienne une destination touristique à la mode. Cinq ans plus tard, 40% des hôtels de la ville avaient fait faillite.

Les villes organisatrices qui ont réussi à faire de la compétition un événement rentable se comptent sur les doigts d’une main. La dernière en date est Atlanta, avec une modeste recette de 10 millions de dollars consécutive aux jeux de 1996. Malgré des effets positifs sur le tourisme, les JO de Barcelone (1992) n'avaient pas dépassé les 5 millions de bénéfices. Pour les J.O de 2012, Londres a revendiqué des jeux olympiques rentables, mais les détracteurs affirment que les chiffres avancés sont largement surestimés, dans la mesure où les investissements lourds en infrastructures ne sont pas comptabilisés comme des dépenses, alors que des investissements parfois très éloignés de l'événement, comme l'ouverture d'un centre commercial, sont ajoutés à la colonne des recettes.

En totalisant l'ensemble des frais qui sont engagés dans l'organisation des Jeux, on peut se demander si des Jeux olympiques ont déjà dégagé le moindre bénéfice financier au sens strict du terme…

Le Maroc n’est pas une grande nation de l'athlétisme

Parce que les Jeux Olympiques, c'est avant tout des médailles, la candidature d’une ville marocaine est peu crédible.

Excepté les exploits de quelques légendes comme Nawal El Moutawakel, Hicham El Guerrouj ou Saïd Aouita, le Maroc a rarement brillé lors des J.O. De 1960 à ce jour, le Royaume a participé à 13 Jeux d'été et à 6 Jeux d'hiver et a gagné 10 médailles d'or, 5 médailles d'argent et 11 médailles de bronze depuis 1960 jusqu'à aujourd'hui, soit un total de 26 médailles.

Cela équivaut au nombre de médailles gagnées par la Norvège lors des seuls J.O de Sotchi en 2014... Les Etats-Unis, qui sont la nation la plus performante de l’histoire des jeux olympiques ont remporté 2.654 médailles, soit 100 fois plus que le Maroc.

Aux JO de Londres de 2012, les athlètes anglais ont largement justifié les dépenses. Ces derniers ont en effet ramené 65 médailles dont 29 en or, une moisson historique les plaçant sur la troisième marche du podium derrière les États-Unis et la Chine. De quoi contribuer au prestige et au rayonnement du pays. 

Pour mémoire, le maire de Meknès avait annoncé en août 2013 la candidature de la cité ismaélienne à l’organisation des jeux Olympiques de 2024. Mais cette idée pour le moins extravagante a été accueillie avec beaucoup de scepticisme par les internautes marocains. 

.
Signaler une erreurAjouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

Quoi de neuf?

.
.
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

.
.
.
.
.
.
 
Abonnez vous à nos newsletters et alertes
.
TOUT LE FIL
Close