L'Egypte a commencé à produire le sofosbuvir en générique, au prix de 300 dollars/traitement. Au Maroc, un patient doit toujours payer 80.000 dollars.650.000 Marocains peuvent être concernés.

Au commencement, une petite société pharmaceutique américaine. Petite par la taille, mais son nom trahit son ambition. C’est “Pharmasset“, un nom qui annonce la couleur, celle des billets verts. Asset, ce sont les bénéfices que l’on compte tirer du pharma, le médicament.

Les fondateurs de Pharmasset ont effectivement créé de la valeur financière, pour eux-mêmes et leurs actionnaires. Leur petite boîte, qui n’avait en portefeuille que trois anti-viraux en développement, a été rachetée en 2011, à 11 milliards de dollars. En treize années d’existence, c’est un petit record.

Aux Etats-Unis, les bénéfices énormes et indécents dans la santé humaine sont monnaie courante. Il est fréquent que des laboratoires bien installés engrangent des bénéfices gigantesques grâce à une molécule rachetée à un groupe d’étudiants dans une université.

Le repreneur de Pharmasset est un laboratoire de bio-technolgies, Gilead.

Le pari qu’il a fait en rachetant Pharmasset s’est avéré gagnant puisque le médicament sur lequel il a parié lui a rapporté en une année, l’équivalent du coût d’acquisition de Pharmasset.

Gilead avait en effet racheté les trois molécules anti-virales, dont le sofosbuvir, un traitement oral et rapide, considéré comme efficace dans le traitement d’une partie importante des cas d’hépatite C. En tous les cas, le médicament le plus efficace pour le moment.

L’enjeu est mondial.  Au moins 185 millions de personnes dans le monde ont été infectées par le virus de l’hépatite C selon l’association Médecins du monde. Au Maroc, 1,93% de la population sont concernés soit 650.000 personnes. En Egypte, 14 millions. En France, 120.000 personnes ont besoin du traitement.

Pour n’importe quel être humain normalement constitué, cette découverte serait une grande joie. Par la perspective de soulager des misères et de guérir des dizaines de millions d’individus.

Pas pour Gilead. Pour le laboratoire américain, c’est un immense marché, captif de surcroît.

Car Gilead entend amortir son investissement de rachat de Pharmasset et réaliser des bénéfices. Et c’est pourquoi le laboratoire met le prix du traitement à un niveau stratosphérique. Le premier prix annoncé est de 80.000 dollars pour un traitement complet. Multipliez par quelques dizaines de millions de malades et vous aurez une idée. Pour la seule année 2014, le chiffre d’affaires généré par Sofisbuvir a dépassé les 10 milliards de dollars.

Une profonde indignation s’exprime progressivement dans le monde. Selon Médecins du monde, le prix de revient d’un traitement complet est seulement de 50 à 100 euros. Le 10 février dernier, l’organisation humanitaire Médecins du monde a attaqué le brevet de ce traitement, et a entamé une procédure d’opposition auprès de l’Office européen des brevets.

L’ONG écrit dans un communiqué que “si l’utilisation du sofosbuvir pour traiter l’hépatite C est une avancée thérapeutique majeure, la molécule en elle-même, fruit de travaux de nombreux chercheurs publics et privés, n’est pas suffisamment innovante pour mériter un brevet. Puisque Gilead abuse de son brevet pour exiger des prix insoutenables pour les systèmes de santé, Médecins du Monde a décidé de le contester; c’est la première fois en Europe qu’une ONG médicale utilise cette voie pour améliorer l’accès des patients aux médicaments“.

Le mot est lâché. Le brevet est abusif ainsi que toute l’attitude de Gilead.

Médecins du monde n’est pas la seule ONG à être indignée. L’indignation est mondiale, et c’est le cas au Maroc.

En France, des associations dont SOS Hépatites, Médecins du monde et Aides s’indignent publiquement et, on l’a vu, vont en justice et demandent au ministère français de la Santé de prendre une licence d’office sur la molécule pour l’autoriser en générique.

Dans notre pays, plusieurs ONG tirent la sonnette d’alarme, dont l’infatigable ALCS, le Collectif pour le Droit à la Santé Maroc et la Coalition internationale de Préparation aux Traitements dans la région MENA (ITPC-MENA).

Gilead ne perd pas le nord. Il signe avec des “génériqueurs“ indiens un accord pour produire la molécule en générique et l’exporter dans 91 pays à faible revenu. Les pays à revenus élevés ou intermédiaires comme le Maroc, sont exclus de cet accord qui renforce en réalité la mainmise de Gilead sur le marché solvable.

ITPC explique qu’au Maroc, seulement 2.000 personnes étaient prises en charge par le ministère de la Santé notamment par l’intermédiaire du Ramed et de l’AMO.

Dr Othman Mellouk, militant au sein d’ITPC-MENA, voit trois issues possibles pour le Maroc:

1.       Négocier avec Gilead: L’Egypte l’a fait. Elle a obtenu un prix de 350 dollars par traitement (vous voyez la différence avec le prix facial de 80.000 dollars) et finalement a lancé ses propres lignes de production. Actuellement, le produit générique fabriqué en Egypte est vendu à 300 dollars pour un traitement complet.

En mars 2014, révèle le Dr Mellouk, une délégation de la société civile, parmi laquelle des membres de ITPC-MENA et l’ALCS, a rencontré les responsables de Gilead à Bangkok. Les participants marocains avaient demandé à Greg Alton de Gilead si le Maroc allait bénéficier du même prix que l’Egypte. Ce dernier avait répondu clairement que le prix serait plus élevé car la situation du Maroc était différente.

Selon notre source, le représentant de Gilead avait annoncé que les critères qui seraient pris en compte par le laboratoire pour fixer les prix dans les pays en développement sont : la sévérité de l’épidémie, le niveau de revenu du pays et la volonté du pays à traiter.

Dr. Mellouk estime l’option de négocier un prix avec Gilead “a peu de chances d’aboutir au prix le plus bas fixés aujourd’hui par le laboratoire à savoir un prix similaire à celui de l’Egypte, du Pakistan et de l’Inde“.

2.       Importer un générique de l’étranger :

“En l’absence d’un brevet bloquant qui protégerait la molécule principale au Maroc, il est tout à fait envisageable et légal d’importer une version générique de l’étranger. Reste à trouver une source d’approvisionnement. Si jusque là l’Inde, de part son industrie pharmaceutique assez performante et respectant les bonnes pratiques dans le domaine, a été considérée comme la pharmacie des pays en développement. Cependant, la stratégie de Gilead a été de verrouiller la production Indienne en proposant aux génériqueurs Indiens les plus importants, onze à ce jour, sa licence volontaire. Le Maroc étant exclu du territoire géographique de la licence, ne pourra bénéficier de ces génériques. Tout laboratoire qui exporterait vers le Maroc pourrait risquer des sanctions. Reste à trouver des producteurs Indiens qui n’ont pas signé la licence de Gilead ou dans un autre pays où il n’existerait pas de brevet sur la molécule“.

A cette date, seuls trois laboratoires de médicaments génériques produisent le sofosbuvir: deux en Egypte et un au Bangladesh. Le Maroc pourrait parfaitement en importer, sous réserve de la qualité des produits et de leur enregistrement.

3.       Produire le sofosbuvir localement:

Avec ses 33 unités de production, l’industrie pharmaceutique marocaine pourrait parfaitement fabriquer du sofosbuvir.

Voilà une bonne  nouvelle. Attendons la suite pour voir. Et quelle que soit l'issue, il faudra en profiter pour ouvrir le dossier des brevets abusifs et des royalties versées par le Maroc et qui ne sont pas toujours justifiées.

Du côté du gouvernement, nous sommes en mesure d'affirmer que le ministre de la santé, Lhoucine Louardi, suit personnellement la question et qu'il y est très sensible. Mais on ne voit toujours pas de solution. Aucune des trois énumérées ci-dessus.

MISE A JOUR: après la mise en ligne de notre article, de nouvelles informations nous sont parvenues au sujet d'un prix de vente en Egypte, de 300 dollars par mois, soit 900 dollars pour un traitement.

D'autres informations, en provenance d'une ONG française, avancent le prix de 300 dollars pour un traitement complet.

Quoi qu'il en soit, nous avons changé le titre initial qui disait "266 fois plus cher" pour un "100 fois plus cher". Dans un cas comme dans l'autre, retenons que c'est beaucoup plus cher qu'en Egypte et surtout beauoup trop cher dans l'absolu ;)

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires

L'Egypte a commencé à produire le sofosbuvir en générique, au prix de 300 dollars/traitement. Au Maroc, un patient doit toujours payer 80.000 dollars.650.000 Marocains peuvent être concernés.

Au commencement, une petite société pharmaceutique américaine. Petite par la taille, mais son nom trahit son ambition. C’est “Pharmasset“, un nom qui annonce la couleur, celle des billets verts. Asset, ce sont les bénéfices que l’on compte tirer du pharma, le médicament.

Les fondateurs de Pharmasset ont effectivement créé de la valeur financière, pour eux-mêmes et leurs actionnaires. Leur petite boîte, qui n’avait en portefeuille que trois anti-viraux en développement, a été rachetée en 2011, à 11 milliards de dollars. En treize années d’existence, c’est un petit record.

Aux Etats-Unis, les bénéfices énormes et indécents dans la santé humaine sont monnaie courante. Il est fréquent que des laboratoires bien installés engrangent des bénéfices gigantesques grâce à une molécule rachetée à un groupe d’étudiants dans une université.

Le repreneur de Pharmasset est un laboratoire de bio-technolgies, Gilead.

Le pari qu’il a fait en rachetant Pharmasset s’est avéré gagnant puisque le médicament sur lequel il a parié lui a rapporté en une année, l’équivalent du coût d’acquisition de Pharmasset.

Gilead avait en effet racheté les trois molécules anti-virales, dont le sofosbuvir, un traitement oral et rapide, considéré comme efficace dans le traitement d’une partie importante des cas d’hépatite C. En tous les cas, le médicament le plus efficace pour le moment.

L’enjeu est mondial.  Au moins 185 millions de personnes dans le monde ont été infectées par le virus de l’hépatite C selon l’association Médecins du monde. Au Maroc, 1,93% de la population sont concernés soit 650.000 personnes. En Egypte, 14 millions. En France, 120.000 personnes ont besoin du traitement.

Pour n’importe quel être humain normalement constitué, cette découverte serait une grande joie. Par la perspective de soulager des misères et de guérir des dizaines de millions d’individus.

Pas pour Gilead. Pour le laboratoire américain, c’est un immense marché, captif de surcroît.

Car Gilead entend amortir son investissement de rachat de Pharmasset et réaliser des bénéfices. Et c’est pourquoi le laboratoire met le prix du traitement à un niveau stratosphérique. Le premier prix annoncé est de 80.000 dollars pour un traitement complet. Multipliez par quelques dizaines de millions de malades et vous aurez une idée. Pour la seule année 2014, le chiffre d’affaires généré par Sofisbuvir a dépassé les 10 milliards de dollars.

Une profonde indignation s’exprime progressivement dans le monde. Selon Médecins du monde, le prix de revient d’un traitement complet est seulement de 50 à 100 euros. Le 10 février dernier, l’organisation humanitaire Médecins du monde a attaqué le brevet de ce traitement, et a entamé une procédure d’opposition auprès de l’Office européen des brevets.

L’ONG écrit dans un communiqué que “si l’utilisation du sofosbuvir pour traiter l’hépatite C est une avancée thérapeutique majeure, la molécule en elle-même, fruit de travaux de nombreux chercheurs publics et privés, n’est pas suffisamment innovante pour mériter un brevet. Puisque Gilead abuse de son brevet pour exiger des prix insoutenables pour les systèmes de santé, Médecins du Monde a décidé de le contester; c’est la première fois en Europe qu’une ONG médicale utilise cette voie pour améliorer l’accès des patients aux médicaments“.

Le mot est lâché. Le brevet est abusif ainsi que toute l’attitude de Gilead.

Médecins du monde n’est pas la seule ONG à être indignée. L’indignation est mondiale, et c’est le cas au Maroc.

En France, des associations dont SOS Hépatites, Médecins du monde et Aides s’indignent publiquement et, on l’a vu, vont en justice et demandent au ministère français de la Santé de prendre une licence d’office sur la molécule pour l’autoriser en générique.

Dans notre pays, plusieurs ONG tirent la sonnette d’alarme, dont l’infatigable ALCS, le Collectif pour le Droit à la Santé Maroc et la Coalition internationale de Préparation aux Traitements dans la région MENA (ITPC-MENA).

Gilead ne perd pas le nord. Il signe avec des “génériqueurs“ indiens un accord pour produire la molécule en générique et l’exporter dans 91 pays à faible revenu. Les pays à revenus élevés ou intermédiaires comme le Maroc, sont exclus de cet accord qui renforce en réalité la mainmise de Gilead sur le marché solvable.

ITPC explique qu’au Maroc, seulement 2.000 personnes étaient prises en charge par le ministère de la Santé notamment par l’intermédiaire du Ramed et de l’AMO.

Dr Othman Mellouk, militant au sein d’ITPC-MENA, voit trois issues possibles pour le Maroc:

1.       Négocier avec Gilead: L’Egypte l’a fait. Elle a obtenu un prix de 350 dollars par traitement (vous voyez la différence avec le prix facial de 80.000 dollars) et finalement a lancé ses propres lignes de production. Actuellement, le produit générique fabriqué en Egypte est vendu à 300 dollars pour un traitement complet.

En mars 2014, révèle le Dr Mellouk, une délégation de la société civile, parmi laquelle des membres de ITPC-MENA et l’ALCS, a rencontré les responsables de Gilead à Bangkok. Les participants marocains avaient demandé à Greg Alton de Gilead si le Maroc allait bénéficier du même prix que l’Egypte. Ce dernier avait répondu clairement que le prix serait plus élevé car la situation du Maroc était différente.

Selon notre source, le représentant de Gilead avait annoncé que les critères qui seraient pris en compte par le laboratoire pour fixer les prix dans les pays en développement sont : la sévérité de l’épidémie, le niveau de revenu du pays et la volonté du pays à traiter.

Dr. Mellouk estime l’option de négocier un prix avec Gilead “a peu de chances d’aboutir au prix le plus bas fixés aujourd’hui par le laboratoire à savoir un prix similaire à celui de l’Egypte, du Pakistan et de l’Inde“.

2.       Importer un générique de l’étranger :

“En l’absence d’un brevet bloquant qui protégerait la molécule principale au Maroc, il est tout à fait envisageable et légal d’importer une version générique de l’étranger. Reste à trouver une source d’approvisionnement. Si jusque là l’Inde, de part son industrie pharmaceutique assez performante et respectant les bonnes pratiques dans le domaine, a été considérée comme la pharmacie des pays en développement. Cependant, la stratégie de Gilead a été de verrouiller la production Indienne en proposant aux génériqueurs Indiens les plus importants, onze à ce jour, sa licence volontaire. Le Maroc étant exclu du territoire géographique de la licence, ne pourra bénéficier de ces génériques. Tout laboratoire qui exporterait vers le Maroc pourrait risquer des sanctions. Reste à trouver des producteurs Indiens qui n’ont pas signé la licence de Gilead ou dans un autre pays où il n’existerait pas de brevet sur la molécule“.

A cette date, seuls trois laboratoires de médicaments génériques produisent le sofosbuvir: deux en Egypte et un au Bangladesh. Le Maroc pourrait parfaitement en importer, sous réserve de la qualité des produits et de leur enregistrement.

3.       Produire le sofosbuvir localement:

Avec ses 33 unités de production, l’industrie pharmaceutique marocaine pourrait parfaitement fabriquer du sofosbuvir.

Voilà une bonne  nouvelle. Attendons la suite pour voir. Et quelle que soit l'issue, il faudra en profiter pour ouvrir le dossier des brevets abusifs et des royalties versées par le Maroc et qui ne sont pas toujours justifiées.

Du côté du gouvernement, nous sommes en mesure d'affirmer que le ministre de la santé, Lhoucine Louardi, suit personnellement la question et qu'il y est très sensible. Mais on ne voit toujours pas de solution. Aucune des trois énumérées ci-dessus.

MISE A JOUR: après la mise en ligne de notre article, de nouvelles informations nous sont parvenues au sujet d'un prix de vente en Egypte, de 300 dollars par mois, soit 900 dollars pour un traitement.

D'autres informations, en provenance d'une ONG française, avancent le prix de 300 dollars pour un traitement complet.

Quoi qu'il en soit, nous avons changé le titre initial qui disait "266 fois plus cher" pour un "100 fois plus cher". Dans un cas comme dans l'autre, retenons que c'est beaucoup plus cher qu'en Egypte et surtout beauoup trop cher dans l'absolu ;)

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.