UNE PREMIERE. Le traitement américain contre l'hépatite C, maladie qui touche 650.000 personnes, va être produit à bas prix au Maroc. Un grand soulagement pour les malades.

Sans exagérer, on peut parler de petite victoire marocaine. Celle de l’implication, de l’intelligence et de l’esprit de décision.

Le Maroc va en effet avoir son propre générique du sofosbuvir, ce médicament américain “miracle“ qui permet de traiter l’hépatite C en douze semaines et qui coûte la somme faramineuse de 80.000 dollars (pour 3 boîtes).

Selon nos sources, le SSB400, c’est le nom du produit marocain, a entamé les formalités administratives et techniques. Le fabricant compte le mettre sur le marché dès que les différentes étapes, y compris sur le plan industriel, auront été accomplies. En d’autres termes, quelques centaines de milliers de Marocains atteints d’hépatite C vont pouvoir se faire soigner à un prix raisonnable, 100 fois moins cher que le prix international. Ils vont enfin pourvoir accéder au traitement.

Le sofosbuvir est fabriqué par le laboratoire américain Gilead. Le prix de vente astronomique, décidé en 2014, a permis au laboratoire d’engranger dix milliards de dollars de recettes l’année dernière, pour ce seul produit.

Ce prix élevé a suscité une indignation internationale et chaque pays a apporté sa réponse.

L’hépatite C est un fléau international qui touche plus de 180 millions de personnes dans le monde. Au Maroc, on estime la population atteinte à 650.000 personnes.

Quelques rares pays comme l’Egypte ont décidé de fabriquer le sofosbuvir sous forme de générique. Au Maroc, ce chantier ne pouvait se faire sans un “chef d’orchestre“ et c’est le ministre de la santé qui a joué ce rôle, qui nécessite une coordination, une autorité et qui a des aspects juridiques, pharmacologiques, de santé publique et d’industrie. Il y a eu également un soutien fort de quelques personnalités de la société civile très impliquées. Louardi a fait aboutir le dossier.

Selon nos sources, c’est le laboratoire Pharma 5 qui fabriquera le SSB400, ou sofosbuvir marocain. La production devrait démarrer dans les six mois au plus tard, à un prix voisin du prix pratiqué en Egypte, malgré un marché bien plus restreint, c’est-à-dire environ 900 dollars pour un traitement complet au lieu de 80.000 dollars.

Pour obtenir la fameuse AMM, autorisation de mise sur le marché, il faut prouver que le médicament est efficace contre la pathologie en question, et qu’il ne présente pas d’effets indésirables rédhibitoires ou de danger pour la santé.

Cela demande des essais cliniques longs et coûteux. Mais dans le cas d’un générique, c’est plus simple, car il se suffit de prouver une “bioéquivalence“ avec l’original. Lequel original a déjà subi les différents essais cliniques.

C'est ce qui a été fait au Maroc.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires

UNE PREMIERE. Le traitement américain contre l'hépatite C, maladie qui touche 650.000 personnes, va être produit à bas prix au Maroc. Un grand soulagement pour les malades.

Sans exagérer, on peut parler de petite victoire marocaine. Celle de l’implication, de l’intelligence et de l’esprit de décision.

Le Maroc va en effet avoir son propre générique du sofosbuvir, ce médicament américain “miracle“ qui permet de traiter l’hépatite C en douze semaines et qui coûte la somme faramineuse de 80.000 dollars (pour 3 boîtes).

Selon nos sources, le SSB400, c’est le nom du produit marocain, a entamé les formalités administratives et techniques. Le fabricant compte le mettre sur le marché dès que les différentes étapes, y compris sur le plan industriel, auront été accomplies. En d’autres termes, quelques centaines de milliers de Marocains atteints d’hépatite C vont pouvoir se faire soigner à un prix raisonnable, 100 fois moins cher que le prix international. Ils vont enfin pourvoir accéder au traitement.

Le sofosbuvir est fabriqué par le laboratoire américain Gilead. Le prix de vente astronomique, décidé en 2014, a permis au laboratoire d’engranger dix milliards de dollars de recettes l’année dernière, pour ce seul produit.

Ce prix élevé a suscité une indignation internationale et chaque pays a apporté sa réponse.

L’hépatite C est un fléau international qui touche plus de 180 millions de personnes dans le monde. Au Maroc, on estime la population atteinte à 650.000 personnes.

Quelques rares pays comme l’Egypte ont décidé de fabriquer le sofosbuvir sous forme de générique. Au Maroc, ce chantier ne pouvait se faire sans un “chef d’orchestre“ et c’est le ministre de la santé qui a joué ce rôle, qui nécessite une coordination, une autorité et qui a des aspects juridiques, pharmacologiques, de santé publique et d’industrie. Il y a eu également un soutien fort de quelques personnalités de la société civile très impliquées. Louardi a fait aboutir le dossier.

Selon nos sources, c’est le laboratoire Pharma 5 qui fabriquera le SSB400, ou sofosbuvir marocain. La production devrait démarrer dans les six mois au plus tard, à un prix voisin du prix pratiqué en Egypte, malgré un marché bien plus restreint, c’est-à-dire environ 900 dollars pour un traitement complet au lieu de 80.000 dollars.

Pour obtenir la fameuse AMM, autorisation de mise sur le marché, il faut prouver que le médicament est efficace contre la pathologie en question, et qu’il ne présente pas d’effets indésirables rédhibitoires ou de danger pour la santé.

Cela demande des essais cliniques longs et coûteux. Mais dans le cas d’un générique, c’est plus simple, car il se suffit de prouver une “bioéquivalence“ avec l’original. Lequel original a déjà subi les différents essais cliniques.

C'est ce qui a été fait au Maroc.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.