Liz Fanning, directrice exécutive de Corps Africa (Ph. JA)

Des volontaires marocains et américains vont coopérer pour réduire la pauvreté et améliorer la productivité agricole en Afrique subsaharienne.

Des contacts initiés en 2013 ont abouti cette année à la mise en place d’actions de développement conjointes de la Fondation OCP et de l’ONG américaine Corps Africa en Afrique subsaharienne. Le coup d’envoi a été donné à l’occasion de la Clinton Global Initiative tenue à Marrakech la semaine dernière.

L’intérêt de l’Office chérifien des phosphates (OCP) pour l’Afrique et l’expérience de Corps Africa sur le continent noir amènent les deux institutions à conduire des actions communes dans ces deux pays.

Immédiatement situé au sud de la Mauritanie sur la côte atlantique, le Sénégal compte près de 14 M d’habitants pour un territoire vaste de 197.000 km². Le revenu annuel per capita sénégalais est estimé à 1.200 $ en 2012.

Le Malawi compte pour sa part 16,5 M d’habitants et un territoire de 118.000 km² ; le pays n’a pas de façade maritime et dispose de frontières avec la Tanzanie au nord et le Mozambique à l’est et au sud. Le revenu per capita malawite est l’un des plus bas du continent noir ; il était estimé à 215 $ en 2012. A titre comparatif, ce chiffre était de 3.200 $ pour le Maroc en 2012.

Des volontaires marocains en Afrique

Enregistrée en tant qu’ONG privée au Maroc depuis 2013, Corps Africa part du modèle de la fameuse ONG américaine Peace Corps pour, dans ce cas, engager des actions sur le terrain avec des volontaires du pays d’origine.

Lancée dans les années 1960, Peace Corps a toujours été financée par des fonds publics et privés américains.

Depuis deux ans, Corps Africa est présente dans des villages  de la région d’El Jadida, dans le Haut-Atlas et à Kefifat près d’Agadir. 18 volontaires sont actuellement engagés dans des opérations au Maroc.

Le travail sur le Maroc est financé grâce à des contributions financières de l’OCP, de Kosmos Energy, de l’US AID et du MEPI, Initiative pour le partenariat au Moyen-Orient.

Selon la fondatrice et directrice exécutive de Corps Africa Liz Fanning, « nous apprenons à nos volontaires dont certains viennent de la Fondation OCP l’humilité et à être à l’écoute des communautés auprès desquelles ils sont affectés ». L’objectif premier selon Corps Africa est « la réduction de la pauvreté ».

Réduire la pauvreté, améliorer la productivité agricole

C’est à partir de l’expérience marocaine de Corps Africa que l’ONG américaine et la fondation marocaine ont décidé de mener des actions conjointes au Sénégal et au Malawi.

Un volontaire s’engage pour une année au cours de laquelle il perçoit une indemnité de 2.500 DH par mois. « Durant une année, il écoute, apprend et consulte avant de remettre un rapport sur les besoins de développement social du village ».

Une fois les besoins déterminés, Corps Africa recherche une ONG partenaire pour concrétiser des actions de développement. Sur le Maroc, l’ONG américaine travaille avec 14 ONG, universités et institutions dont Al Akhawayn et l’Unicef.

Selon Liz Fanning, «le coût d’un volontaire est de 100.000 DH par an, comprenant les frais de formation et les indemnités ». En 2015, le budget de Corps Africa est de 300.000 $.

La Fondation OCP et Corps Africa vont dans un premier temps travailler ensemble au Sénégal et au Malawi  avec l’implication de volontaires du Maroc et de ces deux pays. Outre l’évaluation des besoins de différentes communautés dans ces deux pays, un focus particulier sera mis sur l’amélioration de la productivité agricole.

L’OCP dispose notamment d’une gamme d’engrais adaptés aux besoins de la culture vivrière.  Selon Liz Fanning, « l’OCP comprend l’intérêt de partager et de se faire se rencontrer des jeunes du continent ».

Outre l’OCP la semaine passée à Marrakech, la Fondation Zakoura dans l’éducation, Migrations et Développement dans l’eau potable, Injaz dans la formation, Amideast dans l’enseignement de l’anglais, Akwa dans l’efficacité énergétique et le ministère de l’Artisanat dans le commerce équitable notamment ont noué des partenariats et obtenus des financements pour mener à bien des projets de développement économique et social.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Liz Fanning, directrice exécutive de Corps Africa (Ph. JA)

Des volontaires marocains et américains vont coopérer pour réduire la pauvreté et améliorer la productivité agricole en Afrique subsaharienne.

Des contacts initiés en 2013 ont abouti cette année à la mise en place d’actions de développement conjointes de la Fondation OCP et de l’ONG américaine Corps Africa en Afrique subsaharienne. Le coup d’envoi a été donné à l’occasion de la Clinton Global Initiative tenue à Marrakech la semaine dernière.

L’intérêt de l’Office chérifien des phosphates (OCP) pour l’Afrique et l’expérience de Corps Africa sur le continent noir amènent les deux institutions à conduire des actions communes dans ces deux pays.

Immédiatement situé au sud de la Mauritanie sur la côte atlantique, le Sénégal compte près de 14 M d’habitants pour un territoire vaste de 197.000 km². Le revenu annuel per capita sénégalais est estimé à 1.200 $ en 2012.

Le Malawi compte pour sa part 16,5 M d’habitants et un territoire de 118.000 km² ; le pays n’a pas de façade maritime et dispose de frontières avec la Tanzanie au nord et le Mozambique à l’est et au sud. Le revenu per capita malawite est l’un des plus bas du continent noir ; il était estimé à 215 $ en 2012. A titre comparatif, ce chiffre était de 3.200 $ pour le Maroc en 2012.

Des volontaires marocains en Afrique

Enregistrée en tant qu’ONG privée au Maroc depuis 2013, Corps Africa part du modèle de la fameuse ONG américaine Peace Corps pour, dans ce cas, engager des actions sur le terrain avec des volontaires du pays d’origine.

Lancée dans les années 1960, Peace Corps a toujours été financée par des fonds publics et privés américains.

Depuis deux ans, Corps Africa est présente dans des villages  de la région d’El Jadida, dans le Haut-Atlas et à Kefifat près d’Agadir. 18 volontaires sont actuellement engagés dans des opérations au Maroc.

Le travail sur le Maroc est financé grâce à des contributions financières de l’OCP, de Kosmos Energy, de l’US AID et du MEPI, Initiative pour le partenariat au Moyen-Orient.

Selon la fondatrice et directrice exécutive de Corps Africa Liz Fanning, « nous apprenons à nos volontaires dont certains viennent de la Fondation OCP l’humilité et à être à l’écoute des communautés auprès desquelles ils sont affectés ». L’objectif premier selon Corps Africa est « la réduction de la pauvreté ».

Réduire la pauvreté, améliorer la productivité agricole

C’est à partir de l’expérience marocaine de Corps Africa que l’ONG américaine et la fondation marocaine ont décidé de mener des actions conjointes au Sénégal et au Malawi.

Un volontaire s’engage pour une année au cours de laquelle il perçoit une indemnité de 2.500 DH par mois. « Durant une année, il écoute, apprend et consulte avant de remettre un rapport sur les besoins de développement social du village ».

Une fois les besoins déterminés, Corps Africa recherche une ONG partenaire pour concrétiser des actions de développement. Sur le Maroc, l’ONG américaine travaille avec 14 ONG, universités et institutions dont Al Akhawayn et l’Unicef.

Selon Liz Fanning, «le coût d’un volontaire est de 100.000 DH par an, comprenant les frais de formation et les indemnités ». En 2015, le budget de Corps Africa est de 300.000 $.

La Fondation OCP et Corps Africa vont dans un premier temps travailler ensemble au Sénégal et au Malawi  avec l’implication de volontaires du Maroc et de ces deux pays. Outre l’évaluation des besoins de différentes communautés dans ces deux pays, un focus particulier sera mis sur l’amélioration de la productivité agricole.

L’OCP dispose notamment d’une gamme d’engrais adaptés aux besoins de la culture vivrière.  Selon Liz Fanning, « l’OCP comprend l’intérêt de partager et de se faire se rencontrer des jeunes du continent ».

Outre l’OCP la semaine passée à Marrakech, la Fondation Zakoura dans l’éducation, Migrations et Développement dans l’eau potable, Injaz dans la formation, Amideast dans l’enseignement de l’anglais, Akwa dans l’efficacité énergétique et le ministère de l’Artisanat dans le commerce équitable notamment ont noué des partenariats et obtenus des financements pour mener à bien des projets de développement économique et social.

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.