Avec l’affaire Bouya Omar, le ministre de la Santé publique Lahoussine Louardi force une nouvelle fois l’admiration. Il est inflexible quant à la fermeture prochaine du site.

Intervenant au Parlement dans le cadre des réponses aux questions orales, M. Louardi est revenu mardi 19 mai sur l’affaire “Bouya Omar“. Il s’est montré déterminé, avec des accents d’indignation contre cette situation.

Le ministère de la Santé a pris toutes les mesures pour fermer, dans les plus brefs délais, les maisons situées aux alentours du mausolée "Bouya Omar", où des patients souffrant de troubles psychiques et mentaux sont séquestrés, et ce en collaboration avec les autorités locales de Kelaât Sraghna, a-t-il expliqué.
Répondant à une question orale sur "l'amère réalité des malades psychiques au mausolée Bouya Omar", présentée par les groupes parlementaires du progrès démocratique et du Rassemblement national des indépendants à la Chambre des représentants, M. El Ouardi a indiqué que son département s'est penché depuis un an et demi sur l'examen de la fermeture de "Bouya Omar" et à la recherche d'alternatives pour assurer les soins nécessaires aux personnes qui y sont "séquestrées", notamment des lits, des médicaments et des ambulances au profit de ces patients.
Il a mis en avant que le ministère de la Santé est déterminé à mettre fin aux abus qui touchent les personnes se trouvant à "Bouya Omar" et qui vivent dans des conditions "désastreuses et épouvantables" et sont "soumises à des mauvais traitements".
M. El Ouardi a également souligné la présence de personnes qui exploitent la situation des résidants de "Bouya Omar" à des fins commerciales. 822 sont séquestrées sous prétexte d’une prise en charge psychiatrique, alors que certaines d’entres elles sont entravées par des chaînes, des salles reçoivent une trentaine de malades tandis qu’aucun malade ne reçoit un traitement.

La fermeture interviendra dans les prochaines semaines, probablement dans quinze jours au plus tard. Un nombre de lits suffisant a été mobilisé et les familles des patients ont été sollicitées pour aider le ministère de la santé et les autorités locales à la future prise en charge.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires

Avec l’affaire Bouya Omar, le ministre de la Santé publique Lahoussine Louardi force une nouvelle fois l’admiration.  Il est inflexible quant à la fermeture prochaine du site.

Intervenant au Parlement dans le cadre des réponses aux questions orales, M. Louardi est revenu mardi 19 mai sur l’affaire “Bouya Omar“. Il s’est montré déterminé, avec des accents d’indignation contre cette situation.

Le ministère de la Santé a pris toutes les mesures pour fermer, dans les plus brefs délais, les maisons situées aux alentours du mausolée "Bouya Omar", où des patients souffrant de troubles psychiques et mentaux sont séquestrés, et ce en collaboration avec les autorités locales de Kelaât Sraghna, a-t-il expliqué.
Répondant à une question orale sur "l'amère réalité des malades psychiques au mausolée Bouya Omar", présentée par les groupes parlementaires du progrès démocratique et du Rassemblement national des indépendants à la Chambre des représentants, M. El Ouardi a indiqué que son département s'est penché depuis un an et demi sur l'examen de la fermeture de "Bouya Omar" et à la recherche d'alternatives pour assurer les soins nécessaires aux personnes qui y sont "séquestrées", notamment des lits, des médicaments et des ambulances au profit de ces patients.
Il a mis en avant que le ministère de la Santé est déterminé à mettre fin aux abus qui touchent les personnes se trouvant à "Bouya Omar" et qui vivent dans des conditions "désastreuses et épouvantables" et sont "soumises à des mauvais traitements".
M. El Ouardi a également souligné la présence de personnes qui exploitent la situation des résidants de "Bouya Omar" à des fins commerciales. 822 sont séquestrées sous prétexte d’une prise en charge psychiatrique, alors que certaines d’entres elles sont entravées par des chaînes, des salles reçoivent une trentaine de malades tandis qu’aucun malade ne reçoit un traitement.

La fermeture interviendra dans les prochaines semaines, probablement dans quinze jours au plus tard. Un nombre de lits suffisant a été mobilisé et les familles des patients ont été sollicitées pour aider le ministère de la santé et les autorités locales à la future prise en charge.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.