Transparency Maroc a organisé un débat sur la transprence dans la gestion du football. Elle a mis en relief le non respect par la FRMF de certaines dispositions de la loi relative à l'éducation physique et des sports.

Transparency Maroc a tenu une conférence-débat sur le sujet de la transparence du football marocain, le 29 mars dernier. Selon Fouad Zirari, directeur de l’Observatoire marocain de la corruption, et l'un des intervenants phares de cette rencontre, "cet événement fait suite au constat de l’opacité de la FRMF (Fédération royale marocaine de football)". Ce manque de transparence a été notamment relevé dans le rapport de Transparency International datant du 19 novembre 2015 sur la gouvernance des instances footballistiques mondiales.

Ce document fait état de la non diffusion des rapports financier et moral de la FRMF. Pourtant, l’article 23 de la loi 30.09 relative à l'éducation physique et aux sports, stipule bien que les "statuts (des fédérations sportives) doivent comporter des dispositions qui tendent notamment à la publication des rapports moral et financier annuels." De plus, l’article 65 des statuts de la FRMF oblige cette dernière à diffuser sur son site Internet ou dans un journal d’annonces légales les rapports d’audit et financier. Donc, en plus de ne pas appliquer la loi, la FRMF ne respecte pas l’un de ses engagements statutaires.

D’après Fouad Zirari, "l’objectif de cette table ronde est de pousser le ministère de tutelle à se pencher sur la question de la reddition des comptes des parties qui profitent de l’argent public."

Il est à souligner que ni le ministère de la Jeunesse et des sports, ni la FRMF, n'ont été présents à cette rencontre. "Ils y étaient pourtant invités", précise M. Zirari. 

Un rapport de recommandations issu de cette table ronde sera publié courant avril 2016. Il sera également envoyé à la tutelle et à toutes les instances concernées. C’est Moncef El Yazghi, l’autre conférencier de cet événement et chercheur dans le domaine du sport, qui se chargera de sa rédaction.

Egalement interrogé par Medias24, ce dernier affirme avoir fait l’état des lieux de la gestion de la FRMF, à partir des actes relevés au niveau de la pratique sportive et du rapport financier de cette fédération.

Il annonce de prime d'abord que l’augmentation des budgets de la Fédération durant la période 2006-2016 n'a pas eu de répercussion sur les résultats financiers et sportifs, relevant également que d’autres pays africains, avec des fonds moindres, obtiennent des résultats meilleurs.   

Vente aux enchères
Quoi de neuf ?
Partenaires
  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.

Transparency Maroc a organisé un débat sur la transprence dans la gestion du football. Elle a mis en relief le non respect par la FRMF de certaines dispositions de la loi relative à l'éducation physique et des sports.

Transparency Maroc a tenu une conférence-débat sur le sujet de la transparence du football marocain, le 29 mars dernier. Selon Fouad Zirari, directeur de l’Observatoire marocain de la corruption, et l'un des intervenants phares de cette rencontre, "cet événement fait suite au constat de l’opacité de la FRMF (Fédération royale marocaine de football)". Ce manque de transparence a été notamment relevé dans le rapport de Transparency International datant du 19 novembre 2015 sur la gouvernance des instances footballistiques mondiales.

Ce document fait état de la non diffusion des rapports financier et moral de la FRMF. Pourtant, l’article 23 de la loi 30.09 relative à l'éducation physique et aux sports, stipule bien que les "statuts (des fédérations sportives) doivent comporter des dispositions qui tendent notamment à la publication des rapports moral et financier annuels." De plus, l’article 65 des statuts de la FRMF oblige cette dernière à diffuser sur son site Internet ou dans un journal d’annonces légales les rapports d’audit et financier. Donc, en plus de ne pas appliquer la loi, la FRMF ne respecte pas l’un de ses engagements statutaires.

D’après Fouad Zirari, "l’objectif de cette table ronde est de pousser le ministère de tutelle à se pencher sur la question de la reddition des comptes des parties qui profitent de l’argent public."

Il est à souligner que ni le ministère de la Jeunesse et des sports, ni la FRMF, n'ont été présents à cette rencontre. "Ils y étaient pourtant invités", précise M. Zirari. 

Un rapport de recommandations issu de cette table ronde sera publié courant avril 2016. Il sera également envoyé à la tutelle et à toutes les instances concernées. C’est Moncef El Yazghi, l’autre conférencier de cet événement et chercheur dans le domaine du sport, qui se chargera de sa rédaction.

Egalement interrogé par Medias24, ce dernier affirme avoir fait l’état des lieux de la gestion de la FRMF, à partir des actes relevés au niveau de la pratique sportive et du rapport financier de cette fédération.

Il annonce de prime d'abord que l’augmentation des budgets de la Fédération durant la période 2006-2016 n'a pas eu de répercussion sur les résultats financiers et sportifs, relevant également que d’autres pays africains, avec des fonds moindres, obtiennent des résultats meilleurs.   

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.