Affaire Casino Es Saadi : La condamnation de Abdellatif Abdouh confirmée

Une vieille affaire de corruption impliquant des élus locaux bouclée en appel. Cinq ans de prison ferme confirmés pour l'Istiqlalien Abdellatif Abdouh. Pas de mandat de dépôt contre les accusés, qui sont actuellement en état de liberté.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/29-11-2020/casino-saadi.jpg-oui
Affaire Casino Es Saadi : La condamnation de Abdellatif Abdouh confirmée

Le 29 novembre 2020 à 11:08

Modifié le 29 novembre 2020 à 15:16

A Marrakech, la Cour d’appel chargée des crimes financiers vient de boucler une affaire vieille de deux décennies. Ses juges ont confirmé la condamnation d’Abdellatif Abdouh, ancien président de la municipalité Menara-Gueliz, impliqué dans l’affaire connue sous l’appellation « Casino Essaadi », en référence au fameux complexe touristique basé dans la ville ocre.

La juridiction de 2ème degré s’est prononcée le 26 novembre 2020, confirmant, avec quelques modifications de circonstance, la décision rendue en premier ressort le 19 février 2015.

Principal accusé, Abdellatif Abdouh avait été condamné à 5 ans de prison ferme et une amende de 50.000 DH, sentence aujourd’hui maintenue au même titre que les 3 ans de prison et 40.000 DH prononcés contre d’autres accusés pour leur majeure partie des élus locaux.

Les juges ont retenu, entre autres motifs de condamnation, les infractions de corruption et dissipation de deniers publics, des charges en lien avec la cession, courant 2001, du foncier sur lequel a été bâti le casino. Ancien élu PI, M. Abdouh est accusé d’avoir validé, moyennant cadeaux, la vente de ce terrain municipal d’un hectare au prix de 600 DH/m2,, bien loin de sa valeur établie alors à 8000 DH/m2.

Contre ses services, l’accusé avait, selon l’enquête, reçu « des appartements » dans un complexe résidentiel à Marrakech. Ces faits ont été établis par des enregistrements versés au dossier. La Cour d’appel a également confirmé la confiscation de ces biens et leur mise à la disposition du Trésor public.

Bien que condamnés à la prison ferme, les accusés n’ont pas été arrêtés, la Cour d’appel n’ayant pas émis un mandat de dépôt. Les intéressés étaient poursuivis en état de liberté provisoire. Principal accusé, M. Abdouh occupe actuellement un siège à la Chambre des conseillers, où il est également vice-président de la commission de la Justice.

La phase d’appel a été ouverte en novembre 2015. Le procès ne compte pas moins de 53 audiences. Dans sa décision, la Cour a déclaré l’extinction de l’action publique au profit d’un des accusés, décédé entretemps. Également impliqué, un autre a vu son cas disjoint du dossier jugé et attend toujours son verdict. Il est cité à comparaître lors d’une audience prévue le 3 décembre. En première instance, ce promoteur immobilier avait écopé de 2 ans d’emprisonnement ferme.

Trois parties civiles ont pris part au procès, à savoir la commune urbaine de Marrakech, Transparency Maroc et l’Association marocaine pour la protection des biens publics. Sur l’action civile accessoire, la Cour d’appel a décidé de maintenir la condamnation des accusés (condamnés) à verser solidairement 0 DH symbolique aux demandeurs.

Affaire Casino Es Saadi : La condamnation de Abdellatif Abdouh confirmée

Le 29 novembre 2020 à11:08

Modifié le 29 novembre 2020 à 15:16

Une vieille affaire de corruption impliquant des élus locaux bouclée en appel. Cinq ans de prison ferme confirmés pour l'Istiqlalien Abdellatif Abdouh. Pas de mandat de dépôt contre les accusés, qui sont actuellement en état de liberté.

com_redaction-11

A Marrakech, la Cour d’appel chargée des crimes financiers vient de boucler une affaire vieille de deux décennies. Ses juges ont confirmé la condamnation d’Abdellatif Abdouh, ancien président de la municipalité Menara-Gueliz, impliqué dans l’affaire connue sous l’appellation « Casino Essaadi », en référence au fameux complexe touristique basé dans la ville ocre.

La juridiction de 2ème degré s’est prononcée le 26 novembre 2020, confirmant, avec quelques modifications de circonstance, la décision rendue en premier ressort le 19 février 2015.

Principal accusé, Abdellatif Abdouh avait été condamné à 5 ans de prison ferme et une amende de 50.000 DH, sentence aujourd’hui maintenue au même titre que les 3 ans de prison et 40.000 DH prononcés contre d’autres accusés pour leur majeure partie des élus locaux.

Les juges ont retenu, entre autres motifs de condamnation, les infractions de corruption et dissipation de deniers publics, des charges en lien avec la cession, courant 2001, du foncier sur lequel a été bâti le casino. Ancien élu PI, M. Abdouh est accusé d’avoir validé, moyennant cadeaux, la vente de ce terrain municipal d’un hectare au prix de 600 DH/m2,, bien loin de sa valeur établie alors à 8000 DH/m2.

Contre ses services, l’accusé avait, selon l’enquête, reçu « des appartements » dans un complexe résidentiel à Marrakech. Ces faits ont été établis par des enregistrements versés au dossier. La Cour d’appel a également confirmé la confiscation de ces biens et leur mise à la disposition du Trésor public.

Bien que condamnés à la prison ferme, les accusés n’ont pas été arrêtés, la Cour d’appel n’ayant pas émis un mandat de dépôt. Les intéressés étaient poursuivis en état de liberté provisoire. Principal accusé, M. Abdouh occupe actuellement un siège à la Chambre des conseillers, où il est également vice-président de la commission de la Justice.

La phase d’appel a été ouverte en novembre 2015. Le procès ne compte pas moins de 53 audiences. Dans sa décision, la Cour a déclaré l’extinction de l’action publique au profit d’un des accusés, décédé entretemps. Également impliqué, un autre a vu son cas disjoint du dossier jugé et attend toujours son verdict. Il est cité à comparaître lors d’une audience prévue le 3 décembre. En première instance, ce promoteur immobilier avait écopé de 2 ans d’emprisonnement ferme.

Trois parties civiles ont pris part au procès, à savoir la commune urbaine de Marrakech, Transparency Maroc et l’Association marocaine pour la protection des biens publics. Sur l’action civile accessoire, la Cour d’appel a décidé de maintenir la condamnation des accusés (condamnés) à verser solidairement 0 DH symbolique aux demandeurs.

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

Communiqué de mise à jour annuelle du dossier d’information relatif au programme d’émission de B.S.F. de Wafabail

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.