Affaire du jeune Adnane: les sociétés savantes saisissent le chef du gouvernement

Prévention, facilitation des procédures de signalement, accompagnement médico-psychosocial, création de tribunaux spécialisés... les spécialistes en pédiatrie ont adressé une série de recommandations au chef du gouvernement suite à l'affaire du viol et du meurtre du jeune Adnane.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/18-09-2020/enfants1.jpg-oui
Affaire du jeune Adnane : les sociétés savantes saisissent le chef du gouvernement

Le 18 septembre 2020 à 14:11

Modifié le 18 septembre 2020 à 15:09

L'agression et le meurtre du jeune garçon Adnane ont suscité une vive indignation dans tout le Maroc. 

"Aujourd’hui, l’indignation, la colère ou la dénonciation de tels crimes ne suffisent pas. Notre pays a besoin d’actions fortes en termes de prévention des violences à l’encontre des enfants", estiment trois spécialistes en pédiatrie.

Outrés par ce crime odieux, les présidents de la Société marocaine des sciences médicales, Moulay Saïd Afif, de la Société marocaine de pédopsychiatrie et professions associées, Nawal Idrissi Khamlichi et de la Société marocaine de pédiatrie, Hassan Afilal, ont adressé une lettre au chef du gouvernement, dans laquelle ils émettent une série de mesures à adopter pour protéger les droits des enfants au Maroc.

Les trois spécialistes font part, dans cette lettre, de leurs inquiétudes en tant que soignants, recevant dans leur pratique quotidienne, des enfants victimes de violences, souvent en grande souffrance psychologique.

Ils appellent ainsi à faire de la lutte contre les violences à l’encontre des enfants une priorité nationale. 

Une priorité nationale

Dans leur lettre, les trois spécialistes appellent d'ores et déjà à faire de la prévention le socle le plus important, à travers l'information et la sensibilisation des enfants, des parents, des professionnels et de la communauté sur les différents types de violences, éducation sexuelle, lutte contre les cyberviolences, cellules d’écoute dans toutes les régions…

Les autres axes majeurs portent sur:

- la formation des professionnels de la santé, de l’éducation, de la police judiciaire et de la justice,

- la coordination des actions médico psycho-sociales et juridiques,

- la facilitation des procédures de signalement,

- l’accompagnement médico-psychosocial personnalisé des enfants victimes,

- la création de structures d’accueil, d’écoute et de réadaptation sociale des enfants victimes,

- la constitution de réseaux de professionnels, 

- la création de tribunaux spécialisés pour mineurs, des peines exemplaires pour les agresseurs, des actions de lutte contre les récidives.

Les trois spécialistes en pédiatrie appellent, par ailleurs, à lancer de nouvelles campagnes de sensibilisation en impliquant toutes les parties et en faisant participer les enfants. Ils estiment nécessaire d’avoir un système efficace de recueil de données et de faire des évaluations de ce qui est entrepris sur le terrain.

Les spécialistes se disent enfin prêts à apporter leur contribution à la réussite de toutes les actions pilotées par le gouvernement.

Affaire du jeune Adnane: les sociétés savantes saisissent le chef du gouvernement

Le 18 septembre 2020 à14:27

Modifié le 18 septembre 2020 à 15:09

Prévention, facilitation des procédures de signalement, accompagnement médico-psychosocial, création de tribunaux spécialisés... les spécialistes en pédiatrie ont adressé une série de recommandations au chef du gouvernement suite à l'affaire du viol et du meurtre du jeune Adnane.

com_redaction-31

L'agression et le meurtre du jeune garçon Adnane ont suscité une vive indignation dans tout le Maroc. 

"Aujourd’hui, l’indignation, la colère ou la dénonciation de tels crimes ne suffisent pas. Notre pays a besoin d’actions fortes en termes de prévention des violences à l’encontre des enfants", estiment trois spécialistes en pédiatrie.

Outrés par ce crime odieux, les présidents de la Société marocaine des sciences médicales, Moulay Saïd Afif, de la Société marocaine de pédopsychiatrie et professions associées, Nawal Idrissi Khamlichi et de la Société marocaine de pédiatrie, Hassan Afilal, ont adressé une lettre au chef du gouvernement, dans laquelle ils émettent une série de mesures à adopter pour protéger les droits des enfants au Maroc.

Les trois spécialistes font part, dans cette lettre, de leurs inquiétudes en tant que soignants, recevant dans leur pratique quotidienne, des enfants victimes de violences, souvent en grande souffrance psychologique.

Ils appellent ainsi à faire de la lutte contre les violences à l’encontre des enfants une priorité nationale. 

Une priorité nationale

Dans leur lettre, les trois spécialistes appellent d'ores et déjà à faire de la prévention le socle le plus important, à travers l'information et la sensibilisation des enfants, des parents, des professionnels et de la communauté sur les différents types de violences, éducation sexuelle, lutte contre les cyberviolences, cellules d’écoute dans toutes les régions…

Les autres axes majeurs portent sur:

- la formation des professionnels de la santé, de l’éducation, de la police judiciaire et de la justice,

- la coordination des actions médico psycho-sociales et juridiques,

- la facilitation des procédures de signalement,

- l’accompagnement médico-psychosocial personnalisé des enfants victimes,

- la création de structures d’accueil, d’écoute et de réadaptation sociale des enfants victimes,

- la constitution de réseaux de professionnels, 

- la création de tribunaux spécialisés pour mineurs, des peines exemplaires pour les agresseurs, des actions de lutte contre les récidives.

Les trois spécialistes en pédiatrie appellent, par ailleurs, à lancer de nouvelles campagnes de sensibilisation en impliquant toutes les parties et en faisant participer les enfants. Ils estiment nécessaire d’avoir un système efficace de recueil de données et de faire des évaluations de ce qui est entrepris sur le terrain.

Les spécialistes se disent enfin prêts à apporter leur contribution à la réussite de toutes les actions pilotées par le gouvernement.

A lire aussi


Communication financière

Publication complémentaire suite à l’avis réunion de l’assemblée générale extraordinaire de la société ALUMINIUM DU MAROC SA

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.