A Oman, un petit village transforme ses maisons traditionnelles en terre en hôtels

(AFP)

Le 1 mars 2021

Perché au sommet d’une montagne d’Oman, le village de Misfat al-Abriyeen a changé de visage en transformant ses maisons de briques en terre crue en hôtels, attirant les touristes dans une région réputée pour ses sentiers de randonnée et ses vieux contes de génies.

Ce village de 800 habitants, situé dans le Nord, sur les escarpements spectaculaires du « Grand Canyon » d’Oman, a ouvert ses rues étroites il y a six ans aux visiteurs en quête d’aventure dans les déserts et étendues vertes du sultanat du Golfe.

Yacoub Al-Abri, un habitant du village d’une quarantaine d’années, raconte que tout a commencé en 2010 lorsque son oncle a suggéré de porter un nouveau regard sur les maisons en terre du village, négligées pendant des années et à environ trois heures de route de la capitale Mascate.

Les propriétaires avaient abandonné ces maisons séculaires, craignant qu’elles ne s’effondrent, pour s’installer de l’autre côté du village où ils ont construit de nouveaux logements.

L’idée était de « combiner l’environnement simple et naturel d’une vie traditionnelle à l’omanaise avec une touche moderne qui apporte confort et sécurité », explique Yacoub Al-Abri.

Les maisons faites de boue et de briques avec des toits en feuilles de palmier ont ainsi été transformées en de simples mais élégantes auberges, meublées de bois et de textiles traditionnels.

Après cinq ans de préparation, le premier hôtel de la famille a été mis en service, inspirant de nombreux voisins mais aussi d’autres villages dans différentes régions d’Oman. Misfat al-Abriyeen compte aujourd’hui six hôtels en terre.

« Nous avons commencé avec seulement cinq chambres, puis nous avons augmenté leur nombre et acheté d’autres vieilles maisons. Aujourd’hui, nous avons 15 chambres et on prévoit de continuer jusqu’à 50 », se réjouit Yacoub, aujourd’hui propriétaire de l’hôtel.

Y passer une nuit coûte entre 70 à 150 euros, selon la chambre et la saison.

– Montagnes et génies –

A plus de 1.000 mètres d’altitude, le petit village est fait de ruelles surplombant des terres regorgeant de citronniers, bananiers et autres palmiers.

Au-delà de ses montagnes, la région est aussi célèbre pour ses contes séculaires de génies -ou d’esprits sous forme humaine- qui sont encore largement racontées dans les villages à travers le pays.

« Séjourner ici, c’est comme un voyage dans un monde de tranquillité d’esprit et de paix », affirme Yacoub vêtu des habits traditionnels omanais, une robe blanche et un turban coloré.

« Même la nourriture qui est servie ici est cuisinée dans les maisons omanaises par les habitants du village », ajoute-t-il.

D’après ses chiffres, 5.500 touristes d’Allemagne, de France, du Golfe et d’ailleurs ont séjourné dans ses établissements en 2019, avec un taux d’occupation annuel de 90%, contre 800 seulement au cours de la première année d’activité en 2015.

– Bouée de sauvetage –

Oman, qui compte cinq millions d’habitants, tente de diversifier son économie, dépendante du pétrole, depuis que les prix du brut ont chuté en 2014.

Le tourisme est notamment devenu ces dernières années une bouée de sauvetage pour le sultanat qui tire profit d’un riche patrimoine historique, de ses côtes pittoresques et ses montagnes impressionnantes.

La dynamisation de l’industrie est considérée comme essentielle après que la pandémie de coronavirus a obligé Oman à fermer ses frontières pendant plusieurs mois, un coup dur pour son économie.

Quelque 3,5 millions de touristes ont visité le pays en 2019, mais le sultanat prévoit d’en attirer 11 millions d’ici 2040. Les chiffres de 2020 n’ont pas été dévoilés.

Alors que le tourisme international s’est tari, les hôteliers comme ceux de Misfat al-Abriyeen ont dû s’accommoder du tourisme intérieur.

Pour la Hollandaise Renoda, une psychologue basée à Mascate, le village est devenu un sanctuaire.

« C’est peut-être la dixième fois que je loge dans cet hôtel depuis l’année dernière. C’est ce dont nous avons besoin maintenant, compte tenu de la situation », confie-t-elle à l’AFP.

Le 1 mars 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.