En Ukraine, la nouvelle vague du Covid s’attaque davantage aux enfants

(AFP)

Le 18 novembre 2021

« C’est dur quand ton bébé suffoque, ça fait très peur », confie Katia Verbina en fixant un masque à oxygène sur le visage de son fils, victime de la nouvelle vague du Covid-19 qui frappe sévèrement l’Ukraine.

Micha, trois mois, a déjà passé dix jours à l’hôpital pédiatrique pour maladies infectieuses de Kiev à cause d’une pneumonie. Rongée par l’angoisse, sa mère de 29 ans dit avoir perdu sept kilos.

Réservé aux enfants souffrant du Covid, cet établissement de 100 lits observe une affluence croissante des jeunes patients souffrant de graves troubles respiratoires.

Au printemps, « un tiers des malades avaient besoin d’oxygène, aujourd’hui c’est deux-tiers », constate Vitali Ievtouchenko, un infectiologue de 49 ans.

Car la nouvelle vague, débutée cet automne, est due au variant Delta plus contagieux et, selon les médecins, plus dangereux pour les enfants.

Elle a en outre été favorisée par une vaccination à la traîne dans un pays, parmi les plus pauvres d’Europe, au système de santé défaillant.

Avec 769 décès, cette ex-république soviétique figurait mercredi parmi les trois pays du monde ayant enregistré le plus de morts dans leurs derniers bilans quotidiens, derrière les Etats-Unis et la Russie.

La nouvelle vague a aussi causé les premiers décès du Covid-19 parmi les patients de l’hôpital pédiatrique: deux bébés et un garçon handicapé de huit ans. « Le traitement n’a pas marché », note Alina Riazanskykh, cheffe de l’unité de réanimation, 32 ans.

Les pouvoirs publics fondent leurs espoirs dans une accélération de la vaccination pour enrayer l’épidémie.

– Réticence aux vaccins –

Et si de plus en plus de personnes se font immuniser, notamment du fait de restrictions imposées aux non-vaccinés, à ce jour, moins d’un tiers des Ukrainiens adultes ont reçu les deux doses.

C’est dans ce contexte que le président Volodymyr Zelensky a annoncé lundi le versement prochain d’environ 35 euros aux vaccinés.

« C’est une pratique normale, respectueuse envers les gens », estime le docteur Ievtouchenko. Lui plaide aussi pour la vaccination des enfants.

Celle-ci est autorisée depuis un mois en Ukraine pour les mineurs de 12 à 17 ans avec Pfizer/BioNTech. Mais à ce jour, seuls quelque 30.000 jeunes ont reçu au moins une dose, a indiqué à l’AFP le ministère de la Santé.

Mère d’une enfant hospitalisée, Sasha Voïtenko, 23 ans, prévoit désormais de se faire vacciner « rapidement » après sa sortie de l’hôpital avec sa fille Eva d’un mois.

Mais l’idée d’immuniser des enfants reste, elle, peu populaire.

Elle-même vaccinée, Oksana Potaptchouk, une manucure de 32 ans, est depuis trois jours à l’hôpital avec son fils Roman, un garçon de huit ans, agacé par son masque à oxygène et les prises de sang incessantes.

– Écoles fermées –

Pour elle, il est hors de question que sa fille aînée de 12 ans reçoive l’injection. « Je n’ai pas vu d’études fiables sur ces vaccins », proclame la jeune femme.

Lilia Gorodskykh, dont le fils de 2 ans est en réanimation avec une pleurésie, est parmi les rares pro-vaccins. « On va le vacciner selon toute vraisemblance » s’il devient éligible, dit cette institutrice de 27 ans, réconfortant son garçon en larmes.

Sur 3,3 millions de contaminations au coronavirus enregistrés en Ukraine depuis le printemps 2020, presque 180.000 cas, dont 288 mortels, ont concerné des mineurs.

Pour freiner la propagation du virus parmi les enfants, la mairie de Kiev a ordonné la fermeture des écoles début novembre, provoquant la colère de beaucoup de parents.

Les médecins, eux, s’en félicitent.

« Nous en ressentons l’effet », dit Mme Riazanskykh dont l’unité de réanimation ne compte aujourd’hui qu’un patient pour six lits, alors qu’ils étaient tous occupés la semaine passée.

La directrice de l’hôpital, Tetiana Kaminska s’inquiète dès lors de la réouverture des écoles annoncée pour lundi. « On verra ce qui se passe dans une semaine. Il y aura très probablement une nouvelle flambée. »

Le 18 novembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Colloque international sur  » L’identité arabo-judéo-amazighe » à Ifrane (Suite)