Le Nobel d’économie Paul Romer dénonce le « manque d’intégrité » de la directrice du FMI

(AFP)

Le 17 septembre 2021

L’ancien chef économiste de la Banque mondiale et prix Nobel d’économie, Paul Romer, a, dans un entretien à l’AFP, dénoncé le « manque d’intégrité » de l’ancienne équipe dirigeante de l’organisation, y compris de Kristalina Georgieva, sa directrice générale d’alors devenue ensuite la patronne du FMI.

« Lorsque je soulevais certaines questions, Kristalina essayait de camoufler, dissimuler », a-t-il dit. « J’étais dirigé par des gens qui manquaient d’intégrité. C’était intolérable ».

Il reproche à Mme Georgieva d’avoir voulu dissimuler des désaccords sur la méthodologie d’un rapport, qui avaient poussé Paul Romer à démissionner en janvier 2018. Il s’était alors montré particulièrement critique sur des modifications « arbitraires » effectuées dans la méthodologie ayant pénalisé d’autres pays, notamment le Chili.

Une enquête du cabinet d’avocats WilmerHale sur le rapport Doing Business, commandée par la Banque mondiale et rendue publique jeudi, a montré que la méthodologie de ce rapport avait bien été revue pour faire remonter la Chine dans le classement.

Elle a aussi mis en lumière les pressions exercées par Kristalina Georgieva et Jim Yong Kim, alors président de la Banque mondiale, sur les équipes, pour favoriser Pékin.

Paul Romer a précisé n’avoir pas été au courant, lorsqu’il était en poste à la Banque mondiale, de pressions exercées par la directrice générale sur ses équipes sur ce sujet. Mais « j’avais des soupçons sur le fait que de telles choses puissent se produire », a-t-il souligné.

– Culture « toxique » –

C’est aussi une culture « toxique » au sein de l’équipe en charge de ce rapport qui ressort, et le climat de peur créé et entretenu par Simeon Djankov, l’un des initiateurs de Doing Business, ancien ministre des Finances bulgare, et qui était alors un conseiller de Mme Georgieva.

L’enquête a montré notamment qu’il menaçait ses équipes, leur assurant qu’il avait des amis au sein du comité d’éthique qui lui rapporteraient les éventuelles plaintes déposées à son encontre.

M. Djankov a quitté la Banque mondiale en mars 2020 et les problèmes ont été signalés pour la première fois en juin 2020.

« Le genre d’intimidation que décrit ce rapport était réel », a déploré Paul Romer.

« Je n’étais pas à l’aise à l’idée de continuer à travailler sous l’autorité de Kristalina. J’ai donc rendu public mes allégations, uniquement afin de me faire licencier », a-t-il encore expliqué. Il a finalement dû démissionner.

Contactés par l’AFP, le FMI et la Banque mondiale n’ont pas souhaité faire de commentaires sur les accusations de Paul Romer.

Kristalina Georgieva s’est elle dite « en désaccord » avec les conclusions de cette investigation, dont les auteurs ont interrogé plusieurs dizaines d’employés, actuels et anciens, et passé au crible 80.000 documents.

Face aux irrégularités mises en lumière dans les éditions 2018 et 2020 de son rapport annuel « Doing Business », la Banque mondiale a annoncé qu’elle en cessait la publication.

Le 17 septembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.