Terrains connus ou nouveaux horizons? Le Nobel de littérature remis à Stockholm

(AFP)

Le 7 octobre 2021

La plus prestigieuse des récompenses littéraires vers l'Asie ou l'Afrique? Historiquement très occidental, le Nobel de littérature est remis jeudi 7 octobre à Stockholm avec une promesse jusqu'ici non tenue d'élargir ses horizons.

Le sacre annuel, scruté de près par les amoureux des lettres et les éditeurs du monde entier, sera dévoilé vers 13H00 (11H00 GMT) sous les ors du palais bicentenaire où siège l’Académie suédoise.

Pour éviter les fuites, les académiciens sont réputés pour leurs méthodes dignes des romans d’espionnage, utilisant des noms de code pour les auteurs et de fausses couvertures pour les livres lus en public par les jurés.

Mais le profil-type d’un lauréat a longtemps été assez facile à déterminer: un homme, Occidental et souvent Européen; pas un auteur de best-sellers, souvent d’un relatif anonymat; écrivant ou étant traduit dans une langue lue dans le cénacle de Stockholm.

Sur les 117 lauréats en littérature depuis la création des prix, 95, soit plus de 80% sont des Européens ou des Nord-Américains, la France à elle seule a glané 13% des prix. Ils sont 101 hommes au palmarès pour 16 femmes.

Longtemps, les jurés soulignaient que les nationalités leur importaient peu.

Mais au sortir d’un scandale #MeToo qui l’avait fait vaciller en 2018 – entraînant un très rare report du prix – l’Académie avait indiqué avoir renouvelé son approche pour davantage de diversité de genre et de continents.

« Avant, nous avions une perspective eurocentrée de la littérature, et maintenant nous regardons dans le monde entier », avait confié Anders Olsson, le président du comité Nobel, à l’automne 2019.

 17e lauréate ?

Depuis, le cahier des charges a été en partie respecté. Deux femmes ont décroché la récompense, la romancière polonaise Olga Tokarczuk rétroactivement pour 2018, et la méconnue poétesse américaine Louise Glück l’an passé, pour un homme: l’Autrichien Peter Handke, aux sulfureuses et très « vieille Europe » positions pro-Milosevic.

Depuis 2012 et le Chinois Mo Yan, seuls des Européens ou des Nord-Américains ont été sacrés et l’audace s’est plutôt manifestée dans l’éclectisme du genre – comme Bob Dylan en 2016.

Et pourtant, la concurrence est là: le Kényan Ngugi Wa Thiong’o, l’Indien Vikram Seth, les Chinois Yan Lianke et Liao Yiwu, le Somalien Nuruddin Farah, le Mozambicain Mia Couto ou encore la Nigériane Chimamanda Ngozi Adichie sont évoqués par les critiques interrogés par l’AFP.

Le « mérite littéraire » reste « le critère absolu et unique », a pris soin de réaffirmer Anders Olsson au magazine américain The New Republic cette semaine.

Toujours cités, jamais gagnants, le Japonais Haruki Murakami ou le Syrien Adonis ont-ils encore une chance?

 Nobel « woke » ?

Chez les femmes, les Américaines Joyce Carol Oates et Joan Didion, la Canadienne Anne Carson, la Russe Ludmila Oulitskaïa, la Chinoise Can Xue, les Françaises Maryse Condé et Annie Ernaux, ou encore la mystérieuse Italienne Elena Ferrante – un pseudonyme – reviennent aussi pour devenir la potentielle 17e lauréate.

Soumis aux canons du néoprogressisme, le Nobel de littérature « va-t-il devenir +woke+? », s’interroge le quotidien de référence suédois Dagens Nyheter. Ou l’Académie enverra-t-elle valser l’époque et continuer dans sa lignée?

« J’espère toujours une grande surprise – ça rend toute la chose beaucoup plus palpitante. S’ils faisaient exactement ce qui était attendu, le prix perdrait de son lustre », se délecte Mats Almegård, critique littéraire au magazine Fokus.

Lui mise sur un lauréat européen, comme la Roumaine Mircea Cartarescu ou le Français Michel Houellebecq, considéré largement nobélisable mais qui promet de belles controverses.

D’autres critiques sondés par l’AFP misent sur la Canadienne Margaret Atwood, le Hongrois Péter Nadas ou le Norvégien Jon Fosse.

Sur les quelque 200 à 300 candidatures soumises bon an mal an à l’Académie, cinq sont retenues avant l’été. Les membres du jury sont chargés de les lire attentivement et discrètement avant le choix final peu avant l’annonce. Les délibérations restent secrètes pendant 50 ans.

Si l’Académie poursuivait dans sa tradition francophile, des auteurs comme Nina Bouraoui, Tahar Ben Jelloun, Patrick Chamoiseau, Hélène Cixous ou Marie Darrieussecq sont considérés comme d’autres outsiders pour succéder à Patrick Modiano (2014).

La saison Nobel se poursuit vendredi à Oslo avec la paix, pour s’achever lundi avec l’économie.

Le 7 octobre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Inauguration de l’exposition « Of Voice and Stone » au musée de la Fondation Slaoui à Casablanca.(En direct)