USA: la future ambassadrice au Commerce défend le recours aux droits de douane

(AFP)

Le 25 février 2021

La future représentante américaine au Commerce Katherine Tai a défendu jeudi le recours aux droits de douane dans les relations entre les Etats-Unis et ses partenaires commerciaux et martelé qu’elle ferait appliquer strictement les accords existants, y compris avec la Chine.

Mme Tai, ancienne conseillère juridique sur le commerce pour le parti démocrate à la Chambre des représentants, a aussi souligné que son ambition était de pacifier les relations commerciales avec les alliés américains.

Les tarifs douaniers sont « un outil légitime » et « un élément très important de notre boîte à outils pour obtenir un commerce équitable », a-t-elle déclaré au cours de son audition devant le Sénat en vue de sa confirmation.

Cette dernière devrait être une formalité, de nombreux démocrates et républicains ayant publiquement exprimé leur soutien.

Mme Tai, née en 1974 et diplômée des universités de Yale et Harvard, s’inscrit ainsi dans le sillage de l’administration Trump.

Elle a aussi laissé entendre que les Etats-Unis vont maintenir les droits de douane supplémentaires dans le secteur de l’acier et l’aluminium qui avaient été imposés par l’administration républicaine.

En ce qui concerne les tarifs sur ces deux métaux, « nous devons reconnaître que dans l’ensemble, il s’agit d’un problème de marché mondial (…) principalement dû à la surcapacité de la Chine dans la production de ces matériaux, mais (…) ce n’est pas seulement un problème dû à la Chine ».

– « Plan cohérent » –

S’agissant de l’accord commercial avec la Chine, négocié par Donald Trump et signé en janvier 2020, elle a souligné que Pékin devait tenir ses promesses.

Face à une Chine ambitieuse, les Etats-Unis ont besoin d’un « plan stratégique et cohérent » pour concurrencer le modèle économique chinois où l’Etat est omniprésent, a fait valoir Mme Tai, de parents chinois et qui a grandi à Taiwan.

Mme Tai, qui parle aussi couramment le mandarin, un atout dans des négociations avec Pékin, a ainsi plaidé pour un « examen complet » de la relation commerciale entre les deux premières puissances mondiales.

Face à la domination chinoise dans la fabrication de biens essentiels tels que les semi-conducteurs, au coeur de toutes les attentions aujourd’hui en raison de la pénurie mondiale qui pénalise notamment le secteur automobile, l’administration Biden va façonner « de manière plus stratégique » les chaînes d’approvisionnement des Etats-Unis, a-t-elle expliqué.

« Les semi-conducteurs ne sont qu’une partie de ce avec quoi nous devons rivaliser », a-t-elle relevé.

« Nous ne pouvons pas rivaliser en faisant ce que fait la Chine, nous devons donc déterminer comment les concurrencer en rassemblant tous les outils et ressources dont nous disposons », a-t-elle également commenté.

Elle a aussi déclaré qu’elle donnerait la priorité à l’application de l’accord commercial Etats-Unis-Mexique-Canada, qu’elle a aidé à renégocier en 2019 en tant que conseillère commerciale du comité des voies et moyens de la Chambre afin d’inclure des normes de travail et environnementales plus strictes.

Interrogée par ailleurs sur un potentiel accord bilatéral avec le Royaume-Uni dont la négociation a démarré sous l’ère Trump, Mme Tai a, là encore, plaidé pour un passage en revue de la situation, le début du processus datant de deux ans et demi.

– Régler le litige Airbus/Boeing –

Enfin, elle a exprimé jeudi sa volonté de mettre fin au vieux conflit entre les Etats-Unis et l’Union européenne sur les subventions dans l’aéronautique qui se sont traduites par des tarifs douaniers réciproques.

Elle s’est dit consciente des dommages causés par les tarifs douaniers, relevant que cela faisait partie du fonctionnement de l’Organisation mondiale du commerce: « infligez de la douleur aux autres parties prenantes pour essayer de se motiver mutuellement à parvenir à une résolution ».

Mais il y a « nécessité pour les États-Unis et l’UE de s’unir pour trouver une réponse », a-t-elle opiné.

« Je serais très intéressée, pardonnez le jeu de mots, de savoir comment faire atterrir cet avion », a-t-elle ajouté.

L’administration Biden avait annoncé le 11 février le maintien pour le moment des taxes supplémentaires sur certains produits européens, qui sont entrées en vigueur le 12 janvier dernier, dans le cadre du vieux litige entre Boeing et Airbus.

Comme ses prédécesseurs, Katherine Tai a par ailleurs souligné que l’OMC avait besoin d’être réformée.

Le 25 février 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.