Wall Street ouvre en hausse, moins crispée par le chinois Evergrande

(AFP)

Le 22 septembre 2021

La Bourse de New York a ouvert en hausse mercredi, rassurée par des signaux encourageants envoyés par le promoteur immobilier chinois Evergrande, au bord de la faillite, et en attendant une communication de la Banque centrale américaine (Fed).

Vers 15H50 GMT, le Dow Jones s’affichait en progression de 0,68% à 34.149,18 points, l’indice Nasdaq, à forte concentration technologique, de 0,32% à 14.793,35 points, et l’indice élargi S&P 500, de 0,47% à 4.374,67 points.

Après avoir tenté un timide rebond, Wall Street avait fini en ordre dispersé mardi, le Dow Jones lâchant 0,15% tandis que le Nasdaq avançait de 0,22%.

Pour Maris Ogg, présidente de la société de gestion Tower Bridge Advisors, l’ouverture en hausse mercredi était principalement attribuable à l’annonce d’Evergrande du remboursement d’une échéance de dette prévue jeudi.

Le promoteur immobilier n’a pas communiqué sur un second paiement, attendu également jeudi, et demeure écrasé par plus de 300 milliards de dollars de dette.

« Je pense que beaucoup de gens ont examiné la situation et ont estimé que la Chine ne pouvait pas se permettre un scénario en cascade », avec une crise financière généralisée consécutive à une éventuelle faillite d’Evergrande, a commenté Maris Ogg.

Autre signe que le marché avait quelque peu retrouvé ses esprits, le taux des emprunts d’État américains à 10 ans était stable, à 1,32%.

Mercredi, le marché sera tourné vers la Banque centrale américaine (Fed), qui devrait donner de nouvelles indications sur l’orientation de sa politique monétaire à l’issue de sa réunion.

La plupart des analystes n’attendent pas d’annonce ferme mercredi et tablent plutôt sur la réunion de novembre pour connaître la date à laquelle l’institution va ralentir ses achats de dettes, publique et privée, pour soutenir l’économie américaine.

« Qu’ils démarrent en novembre, en décembre ou en janvier, cela n’a pas d’importance » pour le marché, a estimé Maris Ogg. Pour elle, passée l’annonce formelle de la Fed et les résultats du troisième trimestre, sans doute moins bons, dans l’ensemble, que ceux du deuxième trimestre, « le marché regardera sans doute au-delà et se rendra compte que 2022 va être une sacrée bonne année ».

Parmi les valeurs qui animaient la cote mercredi, le groupe de livraison de courrier et colis FedEx était sanctionné (-8,32% à 231,09 dollars) après la publication, mardi après Bourse, d’un bénéfice net trimestriel inférieur aux attentes.

FedEx a attribué, pour partie, cette déception à des charges de personnel plus élevées, liées à son incapacité à faire à ses besoins en main d’œuvre qui l’ont obligé à payer davantage d’heures supplémentaires.

Le groupe a aussi revu à la baisse ses prévisions de bénéfice pour la totalité de son exercice décalé 2021/22 (de juin à mai).

Son concurrent UPS était entraîné dans la tourmente et abandonnait 1,68% à 186,54 dollars.

Le gestionnaire d’actifs BlackRock reprenait un peu de couleurs (+1,12% à 854,70 dollars) après avoir lâché plus de 7% en une semaine.

La société américaine de gestion financière figure parmi les plus importants détenteurs de dette libellée en dollars du promoteur immobilier chinois Evergrande.

La plateforme de location de véhicules avec chauffeurs (VTC) Uber bénéficiait toujours (+4,53% à 46,37 dollars) de l’annonce, mardi, d’un possible bénéfice d’exploitation au troisième trimestre, le premier de l’histoire du groupe.

Nasdaq

Le 22 septembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Point de presse à l’issue du Conseil de gouvernement du jeudi 28 octobre.