Casablanca : 6.600 autorisations de construire accordées en 2018

Un chiffre en hausse de 5,7% par rapport à 2017, selon la plateforme Casa Urba. Le délai de délivrance des autorisations de construire s’est amélioré de 3 jours. Les petits projets de villas ou d’immeubles de moins de 15,5 mètres restent prépondérants.

Casablanca : 6.600 autorisations de construire accordées en 2018

Le 01 mars 2019 à 14:51

Modifié le 05 mars 2019 à 09:50

Malgré la morosité générale du marché immobilier en 2018, l’activité au niveau de la région Casablanca-Settat était plutôt dynamique. En tous les cas, c’est ce que montrent les chiffres de la plateforme Casa Urba.
 
L’année dernière, 9.401 demandes d’autorisation de construire ont été déposées auprès des communes, en hausse de 23% par rapport à 2017.
 
60% des dossiers concernaient la construction de nouveaux bâtiments, 18% la modification/aménagement, 9% le morcellement et 8% l’aménagement intérieur. 70% des projets étaient de petite taille.
 
La majorité des demandes de construction portait sur des projets d’habitation de type villa ou immeuble de moins de 11,5 mètres (37%), immeuble de moins de 15,5 mètres (27%) et immeuble de plus de 15,5 mètres (11,5%).
 
En dépit de la forte hausse des demandes déposées, le nombre des projets autorisés n’a crû que de 5,7% à 6.591 dossiers (déposés en 2018 ou antérieurement).
 
Le ratio des dossiers ayant reçu un avis favorable à la clôture de l’année était de 79% contre 87% en 2017. Celui des dossiers rejetés s’est établi à 9%.
 
La surface plancher autorisée totalise 5,3 km2 contre 4,7 en 2017. Par contre, les revenus fiscaux générés ont subi une légère baisse, à 173 MDH contre 180 millions une année auparavant.

La problématique de la réintroduction des dossiers après leur rejet persiste. En 2018, plus de 1.000 dossiers ont été remis dans le circuit, pour certains pour la quatrième fois.
 
Selon les professionnels, cette problématique s’explique par l'obligation pour les intervenants d'instruire les dossiers sans dépasser les délais légaux fixés, quitte à émettre des avis défavorables pour pouvoir les traiter après leur réintroduction dans le circuit.

En tous les cas, le délai moyen de délivrance des autorisations de construire a poursuivi son amélioration, atteignant 50,2 jours (34 jours pour les petits projets et 106 pour les grands projets).En 2017, il s’affichait à 53,4 j (33 jours pour les petits projets et 120 jours pour les grands).

Rappelons que le Maroc est classé 18e en matière d'octroi des autorisations de construire dans le classement Doing Business 2019 de la Banque mondiale. Il a certes perdu une place en une année, mais il est loin de la 83e place occupée en 2014. Le Maroc devance même la France et les Etats-Unis, et ce, grâce à 3 principales réformes:

- l’adoption de la notion de guichet unique,

- l'entrée en vigueur du Règlement général de Construction fin 2014,

- la dématérialisation de la procédure d’obtention des autorisations de construire au niveau de la région Casablanca-Settat qui pèse dans le classement Doing Business.

Toutefois, le Maroc enregistre un retard dans la généralisation de la dématérialisation à tout le Maroc.

>>Lire aussi: Autorisations de construire: les délais d'octroi s'améliorent à Casablanca

Casablanca : 6.600 autorisations de construire accordées en 2018

Le 01 mars 2019 à14:51

Modifié le 05 mars 2019 à 09:50

Un chiffre en hausse de 5,7% par rapport à 2017, selon la plateforme Casa Urba. Le délai de délivrance des autorisations de construire s’est amélioré de 3 jours. Les petits projets de villas ou d’immeubles de moins de 15,5 mètres restent prépondérants.

Malgré la morosité générale du marché immobilier en 2018, l’activité au niveau de la région Casablanca-Settat était plutôt dynamique. En tous les cas, c’est ce que montrent les chiffres de la plateforme Casa Urba.
 
L’année dernière, 9.401 demandes d’autorisation de construire ont été déposées auprès des communes, en hausse de 23% par rapport à 2017.
 
60% des dossiers concernaient la construction de nouveaux bâtiments, 18% la modification/aménagement, 9% le morcellement et 8% l’aménagement intérieur. 70% des projets étaient de petite taille.
 
La majorité des demandes de construction portait sur des projets d’habitation de type villa ou immeuble de moins de 11,5 mètres (37%), immeuble de moins de 15,5 mètres (27%) et immeuble de plus de 15,5 mètres (11,5%).
 
En dépit de la forte hausse des demandes déposées, le nombre des projets autorisés n’a crû que de 5,7% à 6.591 dossiers (déposés en 2018 ou antérieurement).
 
Le ratio des dossiers ayant reçu un avis favorable à la clôture de l’année était de 79% contre 87% en 2017. Celui des dossiers rejetés s’est établi à 9%.
 
La surface plancher autorisée totalise 5,3 km2 contre 4,7 en 2017. Par contre, les revenus fiscaux générés ont subi une légère baisse, à 173 MDH contre 180 millions une année auparavant.

La problématique de la réintroduction des dossiers après leur rejet persiste. En 2018, plus de 1.000 dossiers ont été remis dans le circuit, pour certains pour la quatrième fois.
 
Selon les professionnels, cette problématique s’explique par l'obligation pour les intervenants d'instruire les dossiers sans dépasser les délais légaux fixés, quitte à émettre des avis défavorables pour pouvoir les traiter après leur réintroduction dans le circuit.

En tous les cas, le délai moyen de délivrance des autorisations de construire a poursuivi son amélioration, atteignant 50,2 jours (34 jours pour les petits projets et 106 pour les grands projets).En 2017, il s’affichait à 53,4 j (33 jours pour les petits projets et 120 jours pour les grands).

Rappelons que le Maroc est classé 18e en matière d'octroi des autorisations de construire dans le classement Doing Business 2019 de la Banque mondiale. Il a certes perdu une place en une année, mais il est loin de la 83e place occupée en 2014. Le Maroc devance même la France et les Etats-Unis, et ce, grâce à 3 principales réformes:

- l’adoption de la notion de guichet unique,

- l'entrée en vigueur du Règlement général de Construction fin 2014,

- la dématérialisation de la procédure d’obtention des autorisations de construire au niveau de la région Casablanca-Settat qui pèse dans le classement Doing Business.

Toutefois, le Maroc enregistre un retard dans la généralisation de la dématérialisation à tout le Maroc.

>>Lire aussi: Autorisations de construire: les délais d'octroi s'améliorent à Casablanca

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.