Benchaâboun: la hausse de la dette est "sans grand impact" sur sa soutenabilité

La hausse de la dette du Trésor qui devrait atteindre 76% du PIB en 2020 n'aura pas "un grand impact" sur la soutenabilité de la dette, a affirmé vendredi 4 décembre le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/05-12-2020/min-finance111.jpg-oui
Benchaâboun : la hausse de la dette est

Le 05 décembre 2020 à 11:00

Modifié le 05 décembre 2020 à 18:06

Le ministre, qui s'exprimait suite aux interventions des groupes et du groupement parlementaires à la Chambre des conseillers concernant le projet de loi de Finances 2021, a souligné que l’aggravation de la dette est une conséquence inévitable de la conjoncture sanitaire et économique sans précédent, et ce à l’instar de la plupart des pays dans le monde entier.

Toutefois, cette hausse n’aura pas un grand impact sur la dette, eu égard aux marges de manœuvre disponibles et à la structure saine de la dette, a-t-il dit, notant que les indicateurs du coût et des risques y afférents restent à des niveaux sûrs et maîtrisés.

En outre, le gouvernement, a-t-il poursuivi, est déterminé à réduire le déficit budgétaire afin de maîtriser progressivement les niveaux d’évolution de la dette du Trésor et préserver la capacité du Maroc à supporter la charge de sa dette.

Le déficit budgétaire devrait atteindre cette année près de 7,5% du PIB contre 3,5 % initialement prévu, ce qui va se répercuter sur les besoins du Trésor qui devraient augmenter comparativement aux prévisions de la LF2020, a fait savoir M. Benchaâboun.

(Avec MAP)

Benchaâboun: la hausse de la dette est "sans grand impact" sur sa soutenabilité

Le 05 décembre 2020 à13:00

Modifié le 05 décembre 2020 à 18:06

La hausse de la dette du Trésor qui devrait atteindre 76% du PIB en 2020 n'aura pas "un grand impact" sur la soutenabilité de la dette, a affirmé vendredi 4 décembre le ministre de l’Economie et des finances, Mohamed Benchaâboun.

com_redaction-56

Le ministre, qui s'exprimait suite aux interventions des groupes et du groupement parlementaires à la Chambre des conseillers concernant le projet de loi de Finances 2021, a souligné que l’aggravation de la dette est une conséquence inévitable de la conjoncture sanitaire et économique sans précédent, et ce à l’instar de la plupart des pays dans le monde entier.

Toutefois, cette hausse n’aura pas un grand impact sur la dette, eu égard aux marges de manœuvre disponibles et à la structure saine de la dette, a-t-il dit, notant que les indicateurs du coût et des risques y afférents restent à des niveaux sûrs et maîtrisés.

En outre, le gouvernement, a-t-il poursuivi, est déterminé à réduire le déficit budgétaire afin de maîtriser progressivement les niveaux d’évolution de la dette du Trésor et préserver la capacité du Maroc à supporter la charge de sa dette.

Le déficit budgétaire devrait atteindre cette année près de 7,5% du PIB contre 3,5 % initialement prévu, ce qui va se répercuter sur les besoins du Trésor qui devraient augmenter comparativement aux prévisions de la LF2020, a fait savoir M. Benchaâboun.

(Avec MAP)

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

IMMORENTE INVEST : UN RENDEMENT DE 4,5 DH/ACTION RELATIF À L’ANNÉE 2020.

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.