Comment Médias 24 a couvert le crash du F-16 marocain au Yémen

Par : Naceureddine Elafrite | Mardi 19 mai 2015 à 11h00 
medias24

Maintenant que le triste épisode de la mort d’un pilote marocain au Yémen a connu son épilogue, nous pouvons revenir sur la manière dont les informations ont été traitées, par Médias 24 et également par la profession.

 

Dans notre métier, les choix qui sont faits en matière de politique éditoriale sont limités par le nécessaire respect de la loi. Mais également par des règles éthiques et des principes que chaque journal s’impose, en partant de sa responsabilité sociale et de l’idée qu’il se fait de ce métier.

-Fallait-il montrer ou pas les photos des débris de l’avion? Oui, incontestablement. A Médias 24, nous avons choisi de le faire d’emblée. L’existence de ces débris qui prouvaient que l’avion s’est bien écrasé et dans quel état il se trouvait, est une information qu’il n’a pas été question de censurer.

Mais nous avons choisi de ne pas montrer toutes les photos disponibles. Nous en avons choisi deux, suffisantes pour donner une idée de la situation.

Ultérieurement, nous avons publié deux photos montrant la carlingue criblée de balles et c’était dans le cadre d’une explication militaire qui montrait bien qu’il n’y a pas eu de missile mais des balles de gros calibre, provenant par exemple des défenses anti-aériennes. Nous les avons rapidement supprimées de cet article car nous avons reçu quelques réactions indignées de lecteurs n’acceptant pas que l’on montre une carlingue d’avion militaire, portant le drapeau marocain, criblé de balles. Par respect pour ces sentiments, nous avons supprimé les photos, même si nous continuons à penser que les Marocains sont capables de faire la part des choses et de regarder ce type d’images d’une manière informative.

-Fallait-il relayer la vidéo sur les débris de l’avion, diffusée par la chaîne yéménite Al-Massirah? Cette chaîne est le porte-voix des Houthis. La vidéo visait la propagande, elle n’apportait rien sur le plan de l’information. Son objectif était d’humilier les Marocains. D’emblée, nous avons choisi de ne pas la montrer. De nombreux confrères ont fait un choix différent.

-Fallait-il donner l’identité du pilote? Dès le lundi matin, au lendemain du communiqué de l’inspection générale des FAR, nous avons reçu de nombreux détails sur l’identité du pilote, ainsi que plusieurs photos. Nous avons fait le choix de ne rien divulguer. Nous n’avons appelé le défunt par son nom et son grade que lorsque son identité a été annoncée de source officielle marocaine.

-Fallait-il publier les photos de Yassine Bahti? Après que de nombreux confrères, au Maroc et à l’étranger, aient diffusé l’identité du pilote ainsi que ses photos, Médias 24 a choisi de publier deux photos, dans un seul objectif, créer une mobilisation autour de lui. Une photo le montrait à La Mecque, où il se trouvait quinze jours avant l’accident.

-Fallait-il contacter sa famille? Médias 24 n’a pas pris contact avec sa famille, n’a pas cherché à le faire, et n’a jamais eu recours à ce procédé. Médias 24 bannit le voyeurisme de ses colonnes, l’immixtion dans la vie privée. Il condamne tout cet étalage, le harcèlement de la famille, le voyeurisme morbide avec des airs faussement compassés, de vidéos tournées et publiées “en exclusivité“, le manque de respect aux sentiments des autres et à leur peine.

-Faut-il censurer les éventuelles photos montrant des soldats ou l'armée en mauvaise posture ou défaits par l'ennemi? Oui, incontestablement. Et c'est la règle dans tous les pays, ce n'est pas propre au Maroc quoi que l'on en dise.

-Fallait-il fournir des informations sur l’envoi de troupes marocaines au sol? Nous avons su d’emblée que les éléments de la 1ère BIP (Brigade d’infanterie parachutiste) étaient arrivés en Arabie saoudite. On pouvait penser qu’ils étaient là en réserve, en cas de besoin, soit pour rechercher le défunt en cas de besoin, soit pour d’éventuelles opérations de secours dans des cas similaires. Nous avons choisi de ne pas publier cette info. Médias 24 n’a pas à fournir des informations sur les actions menées par les FAR, et qui pourraient être exploitées par des ennemis.

-Fallait-il publier les photos de ce qui a été présenté comme le corps du pilote? En même temps que les premières photos des débris, les Houthis ont diffusé des photos montrant ce qui était présenté comme le corps du défunt pilote. Médias 24 a choisi d’emblée de ne pas les publier, que ces photos soient authentiques ou pas, par respect pour la mémoire du défunt et sa dignité, pour les sentiments de sa famille, et enfin, pour ne pas relayer la propagande des Houthis.

Médias 24 n’est pas le seul organe de la presse à réfléchir au traitement de l’information. D’autres confrères le font. Et nous échangeons parfois entre nous.

Telquel, Panorapost et Yabiladi, notamment, se sont posé les mêmes questions et ont partagé cette réflexion avec leurs lecteurs. Avec ces confrères, nous nous rejoignons sur plusieurs points, mais pas sur tous. En tout état de cause, le débat est utile et salutaire.

.
Ajouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

Les plus de Médias 24 plus_medias24
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
articles_asuivre
.
.
.
 
Réalisation - xclic
TOUT LE FIL
Close