“Much Loved“ et la difficile émergence de l’individu

Par : Naceureddine Elafrite | Mercredi 27 mai 2015 à 13h43 
medias24

La polémique autour du film de Nabil Ayouch va progressivement retomber. Essayons de voir, sans émotion, quelques points essentiels et comment Médias 24 a couvert cette actualité.

 

1-Les séquences diffusées sur la Toile: Les opinions étaient partagées. Dans notre rédaction, certains ont été choqués par la vulgarité des propos, d’autres ont trouvé que c’était la liberté de l’artiste. En tous les cas, nous n’avons pas diffusé les vidéos en question.

De même, les avis étaient partagés concernant le talent cinématographique de Nabil Ayouch.

2- Nabil Ayouch avait présenté un dossier à la commission d’aide qui ne lui a pas accordé de subvention. La raison était purement cinématographique. Le dossier présenté ne signalait pas les séquences litigieuses.

3- Nous avons choisi de donner la parole aux uns et autres, à tous les avis, à condition qu’ils restent dans les limites du débat et de la bienséance. Nous avons bien constaté l’ampleur du sentiment d’indignation, très majoritaire au sein de l’opinion publique.

4- La décision d’interdiction a rendu les pro-Ayouch ou les neutres plus actifs sur la Toile. Donc, ce sont surtout eux qui se sont exprimés lorsque la décision est tombée.

5- La décision est-elle illégale? Non. Même si le visa d’explitation avait été accordé, les autorités gouvernementales, à plusieurs échelons, ont la latitude d’interdire le film. De plus, il y a eu un précédent: en 2003, un autre film avait été interdit. De Nabil Ayouch précisément. Une source autorisée nous a expliqué que la décision "souveraine" a été prise à un “haut niveau“, sans plus de précision.

6- Supposons qu’un visa d’exploitation est octroyé au film et que celui-ci est distribué dans les salles marocaines, disons avec interdiction aux moins de 18 ans. Théoriquement, si l’on en croit la grande masse de ceux qu’il a indignés, personne n’irait le voir. En réalité, autoriser la distribution, c’est légitimer. Et donc cautionner le discours du film.

7- Le problème est là, il est multiple:

-dans quelle mesure l’Etat doit-il se sentir responsable moralement en cas de distribution du film au Maroc?

-est-ce que ce ne serait pas cautionner une posture que la majorité juge stigmatisante du Maroc?

-c’est comme en matière de journalisme, donner la parole à quelqu’un, c’est en quelque sort le légitimer;

-les mots sont performatifs. C’est-à-dire qu’ils désignent, réalisent ce qu’ils énoncent, le banalisent, en font une réalité.

8- La polémique nous renseigne d'abord sur nous-mêmes.

Un commentaire est revenu souvent dans la polémique: "C’est cela la démocratie: la majorité les Marocains et des Marocaines ne veut pas de ce film et donc il fallait l’interdire“.

Cet argument est infondé. La démocratie n’est pas la dictature de la majorité. C’est la défense du droit des minorités.

Des lois peuvent être élaborées par une majorité écrasante et être anti-démocratiques. La démocratie n’est pas un mode de sélection des dirigeants; n’est pas l’indépendance d’un scrutin; elle n’est pas purement élective. Ce n’est pas seulement cela. C’est aussi des principes et valeurs: l’égalité, la citoyenneté, les droits des minorités, la liberté d’expression.

9. Mais le discours ci-dessus n’est pas audible par tout le monde. Notre société en est encore au stade de la dictature du groupe sur l’individu. Nous parlerons d’une démocratie aboutie lorsque notre société aura accepté l’émergence de l’individu et se mettra à le respecter. Ce jour là, on poura dire: je ne suis pas d’accord avec Nabil Ayouch mais je me battrai pour qu’il diffuse son film.

10. De son côté, l'Etat désapprouve le film et le dit. La désapprobation sociale, celle d'une grande majorité de l'opinion, a engendré l'interdiction, car l'Etat marocain ne pouvait donner l'impression de cautionner le contenu du film.

.
Ajouter un commentaire
.
.

Votre commentaire

 

Il vous reste  caractères.
Code de sécurité
Rafraîchir

Accéder à la charte des commentaires »
.
.

Quoi de neuf?

Les plus de Médias 24 plus_medias24
.

- Médias 24 présente -

Le guide immobilier de Casablanca - Rabat

Le prix de vente du neuf et de l’occasion, quartier par quartier, appartements, villas, terrains

Guide offert par
.
articles_asuivre
.
.
.
 
Réalisation - xclic
TOUT LE FIL
Close