Boycott: Centrale Danone affiche une perte sèche de 538 MDH en 2018

Le Conseil d'administration prend acte des effets ravageurs du boycott lancé en 2018 contre les produits du groupe agroalimentaire. Aucun dividende ne sera distribué aux actionnaires. Les effets de cette crise inédite vont se prolonger jusqu'en 2019, indique le management de la firme.

Centrale Danone Maroc affiche une perte sèche de 538 MDH en 2018

Le 05 mars 2019 à 13:34

Modifié le 05 mars 2019 à 13:43

 Au titre de l’année 2018, le chiffre d’affaires consolidé de Centrale Danone ressort à 4,76 milliards de DH, en baisse de 27% par rapport à l’exercice 2017, du fait du boycott qui a impacté de façon "drastique" l’ensemble des activités.

L’Excédent brut d’exploitation (EBE) consolidé affiche lui un recul de 75% à 179 millions de DH. "Le plan d’économie des charges lancé après le boycott n’a pas permis de couvrir la totalité de nos charges fixes", souligne le groupe dans un communiqué. 

Ainsi, le RNPG se solde par une perte de 538 MDH, en ligne avec le profit warning du 27 novembre 2018. Ceci correspond à une dégradation de 653 MDH par rapport à l’exercice 2017.

En raison de cette perte, le Conseil d’administration proposera à l’AG, qui se réunira le 14 juin prochain, de ne pas verser de dividendes aux actionnaires.

"Face à cette crise inédite qui frappe durement Centrale Danone et son écosystème depuis le 23 avril 2018, Centrale Danone continue à tout mettre en œuvre pour satisfaire les besoins de ses consommateurs en restant une marque accessible et encore plus innovante, et en prenant les mesures d’adaptation de son organisation, permettant de retrouver progressivement le chemin d’une croissance rentable et durable", commente le management notant toutefois que les résultats financiers du premier semestre 2019 resteront fortement pénalisés par les conséquences de cette crise.

Boycott: Centrale Danone affiche une perte sèche de 538 MDH en 2018

Le 05 mars 2019 à13:43

Modifié le 05 mars 2019 à 13:43

Le Conseil d'administration prend acte des effets ravageurs du boycott lancé en 2018 contre les produits du groupe agroalimentaire. Aucun dividende ne sera distribué aux actionnaires. Les effets de cette crise inédite vont se prolonger jusqu'en 2019, indique le management de la firme.

 Au titre de l’année 2018, le chiffre d’affaires consolidé de Centrale Danone ressort à 4,76 milliards de DH, en baisse de 27% par rapport à l’exercice 2017, du fait du boycott qui a impacté de façon "drastique" l’ensemble des activités.

L’Excédent brut d’exploitation (EBE) consolidé affiche lui un recul de 75% à 179 millions de DH. "Le plan d’économie des charges lancé après le boycott n’a pas permis de couvrir la totalité de nos charges fixes", souligne le groupe dans un communiqué. 

Ainsi, le RNPG se solde par une perte de 538 MDH, en ligne avec le profit warning du 27 novembre 2018. Ceci correspond à une dégradation de 653 MDH par rapport à l’exercice 2017.

En raison de cette perte, le Conseil d’administration proposera à l’AG, qui se réunira le 14 juin prochain, de ne pas verser de dividendes aux actionnaires.

"Face à cette crise inédite qui frappe durement Centrale Danone et son écosystème depuis le 23 avril 2018, Centrale Danone continue à tout mettre en œuvre pour satisfaire les besoins de ses consommateurs en restant une marque accessible et encore plus innovante, et en prenant les mesures d’adaptation de son organisation, permettant de retrouver progressivement le chemin d’une croissance rentable et durable", commente le management notant toutefois que les résultats financiers du premier semestre 2019 resteront fortement pénalisés par les conséquences de cette crise.

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.