Alerte à la bombe dans le quartier européen à Bruxelles

Une partie du quartier européen à Bruxelles a été bloquée, mardi 19 mars à la veille d'un sommet européen, suite à une alerte à la bombe reçue par une société de conseils en communication et considérée par ses dirigeants comme "une mauvaise blague".

Alerte à la bombe dans le quartier européen à Bruxelles Des forces de sécurité belges intervenant après une alerte à la bombe, le 19 mars 2019 à Bruxelles. Crédit photo: Emmanuel Dunand

Le 19 mars 2019 à 13:08

Modifié le 19 mars 2019 à 13:25

L'appel a été reçu par la société G+, un cabinet de conseil en affaires publiques et communication stratégique situé en face des bureaux de l'AFP et à quelques dizaines de mètres de la représentation du Royaume-Uni.

"J'ai fait évacuer les locaux et averti la police", a dit à l'AFP un des dirigeants de G+, Thomas Barros-Tastets. "Entre-temps, nous avons reçu un nouvel appel. J'ai demandé à mon interlocuteur où était la bombe? Il m'a répondu: 'sous votre siège'. Je lui ai demandé à quel étage était mon bureau, il m'a répondu n'importe quoi. Je lui a demandé quand la bombe allait exploser? Il m'a dit une demi-heure et il a raccroché", a-t-il raconté.

"Je crois que c'est une mauvaise blague", a conclu M. Barros-Tastets. L'alerte a été levée peu après 13H00 locales (12H00 GMT), deux heures après l'intervention.

La police belge a pris l'affaire au sérieux. D'importants moyens ont été mobilisés par la police et les pompiers avec cinq véhicules, dont une équipe pour évacuer au plus vite des victimes potentielles.

Le périmètre a été bouclé, les habitants des immeubles ont été confinés et des chiens dressés à la détection d'explosifs sont passés près de tous les véhicules stationnés dans la zone.

(Avec AFP)

Des forces de sécurité belges intervenant après une alerte à la bombe, le 19 mars 2019 à Bruxelles. Crédit photo: Emmanuel Dunand

Alerte à la bombe dans le quartier européen à Bruxelles

Le 19 mars 2019 à13:25

Modifié le 19 mars 2019 à 13:25

Une partie du quartier européen à Bruxelles a été bloquée, mardi 19 mars à la veille d'un sommet européen, suite à une alerte à la bombe reçue par une société de conseils en communication et considérée par ses dirigeants comme "une mauvaise blague".

L'appel a été reçu par la société G+, un cabinet de conseil en affaires publiques et communication stratégique situé en face des bureaux de l'AFP et à quelques dizaines de mètres de la représentation du Royaume-Uni.

"J'ai fait évacuer les locaux et averti la police", a dit à l'AFP un des dirigeants de G+, Thomas Barros-Tastets. "Entre-temps, nous avons reçu un nouvel appel. J'ai demandé à mon interlocuteur où était la bombe? Il m'a répondu: 'sous votre siège'. Je lui ai demandé à quel étage était mon bureau, il m'a répondu n'importe quoi. Je lui a demandé quand la bombe allait exploser? Il m'a dit une demi-heure et il a raccroché", a-t-il raconté.

"Je crois que c'est une mauvaise blague", a conclu M. Barros-Tastets. L'alerte a été levée peu après 13H00 locales (12H00 GMT), deux heures après l'intervention.

La police belge a pris l'affaire au sérieux. D'importants moyens ont été mobilisés par la police et les pompiers avec cinq véhicules, dont une équipe pour évacuer au plus vite des victimes potentielles.

Le périmètre a été bouclé, les habitants des immeubles ont été confinés et des chiens dressés à la détection d'explosifs sont passés près de tous les véhicules stationnés dans la zone.

(Avec AFP)

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.