Campagne agricole : baisse estimée à 42% de la production céréalière cette année

Le ministère de l'Agriculture prévoit une production céréalière de 30 millions de quintaux à cause du déficit pluviométrique. Hors céréales et légumineuses, la campagne s’annonce normale, voire bonne pour les autres cultures.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/22-04-2020/Campagneagricole0.jpg-oui
Campagne agricole : baisse estimée à 42% de la production céréalière cette année

Le 22 avril 2020 à 17:45

Modifié le 24 avril 2020 à 19:18

Selon un communiqué du ministère de l'Agriculture diffusé ce mercredi 22 avril, la pluviométrie s'est limitée à 205 mm au 22 avril 2020, en baisse de 34% par rapport à la moyenne de 30 ans (323,7 mm) et de 25% par rapport à la campagne précédente (282,1 mm) à la même date.

L’impact de ce faible volume de pluies a été exacerbé par leur mauvaise et irrégulière répartition spatiotemporelle. La campagne a ainsi connu de faibles précipitations à tous les stades de développement des céréales et a été également caractérisée par de longues périodes sèches (près de 40 jours) pendant les périodes de tallage et de montaison.

Le déficit pluviométrique a touché toutes les régions céréalières à un degré plus au moins important. Dans la Chaouia et le Haouz, ce déficit a été de 50% en moyenne. Dans le Saïss, le Prérif et le Nord, il a varié entre 30 et 45%.

Ainsi, la campagne agricole a été moyenne dans le Saïss et le Gharb et faible dans le reste des régions.

La production estimée à 30 millions de quintaux est issue d’une superficie céréalière semée au titre de cette campagne de 4,3 millions Ha dont 2 millions d’Ha complètement perdus en termes de production céréalière en bour. Une partie a été reconvertie en fourrage pour les animaux dans certaines zones. Par espèce, la production céréalière prévisionnelle se présente comme suit :

- 16,5 millions de qx de blé tendre ;

- 7,5 millions de qX de blé dur et ;

- 5,8 millions de qx d'orge.

Un PIB agricole en baisse de 5%

"Malgré cette baisse prévisionnelle, l’approvisionnement du marché en céréales demeure assuré avec un stock couvrant l’approvisionnement du pays pour plus de 4,5 mois. Ce stock est renouvelé en permanence à travers les différentes mesures prises à ce niveau afin de maintenir une régularité dans les disponibilités de céréales sur le marché national", rassure le ministère.

En dépit de cette situation et de l’urgence sanitaire actuelle, le PIB agricole ne connaîtra pas une grande contraction. Les estimations provisoires montrent que cette baisse restera contenue autour de 5%, à 105 milliards de DH, et ce, hors agroalimentaire grâce au comportement de toutes les autres filières de production (maraîchage, arboriculture, lait et viandes).

En dehors des céréales, toutes les autres cultures affichent un état normal, voire, pour certaines, supérieur à la campagne précédente, assure le ministère.

Ce dernier avance aussi que pour le cheptel, les dernières pluies et le lancement du programme de sauvegarde du cheptel ont contribué à l’amélioration de la situation des ressources fourragères des parcours. "L’état des parcours s’est amélioré dans plusieurs régions et la production en ressources pastorales est en amélioration grandissante dans plusieurs régions. Avec les prévisions pluviométriques favorables des 2 prochaines semaines, il est attendu que cette situation évoluera encore".

Enfin, sur le plan sanitaire, les programmes de vaccination se poursuivent tel que programmé et le suivi des services de l’ONSSA font état d’un bon état sanitaire du cheptel.

>>Lire aussi : 

Agriculture: 2020, une année de sécheresse ?

Sécheresse: Aziz Akhannouch annonce les premières mesures d'urgence

En détresse, les petits agriculteurs se débarrassent de leur bétail

Campagne agricole : baisse estimée à 42% de la production céréalière cette année

Le 22 avril 2020 à17:45

Modifié le 24 avril 2020 à 19:18

Le ministère de l'Agriculture prévoit une production céréalière de 30 millions de quintaux à cause du déficit pluviométrique. Hors céréales et légumineuses, la campagne s’annonce normale, voire bonne pour les autres cultures.

Selon un communiqué du ministère de l'Agriculture diffusé ce mercredi 22 avril, la pluviométrie s'est limitée à 205 mm au 22 avril 2020, en baisse de 34% par rapport à la moyenne de 30 ans (323,7 mm) et de 25% par rapport à la campagne précédente (282,1 mm) à la même date.

L’impact de ce faible volume de pluies a été exacerbé par leur mauvaise et irrégulière répartition spatiotemporelle. La campagne a ainsi connu de faibles précipitations à tous les stades de développement des céréales et a été également caractérisée par de longues périodes sèches (près de 40 jours) pendant les périodes de tallage et de montaison.

Le déficit pluviométrique a touché toutes les régions céréalières à un degré plus au moins important. Dans la Chaouia et le Haouz, ce déficit a été de 50% en moyenne. Dans le Saïss, le Prérif et le Nord, il a varié entre 30 et 45%.

Ainsi, la campagne agricole a été moyenne dans le Saïss et le Gharb et faible dans le reste des régions.

La production estimée à 30 millions de quintaux est issue d’une superficie céréalière semée au titre de cette campagne de 4,3 millions Ha dont 2 millions d’Ha complètement perdus en termes de production céréalière en bour. Une partie a été reconvertie en fourrage pour les animaux dans certaines zones. Par espèce, la production céréalière prévisionnelle se présente comme suit :

- 16,5 millions de qx de blé tendre ;

- 7,5 millions de qX de blé dur et ;

- 5,8 millions de qx d'orge.

Un PIB agricole en baisse de 5%

"Malgré cette baisse prévisionnelle, l’approvisionnement du marché en céréales demeure assuré avec un stock couvrant l’approvisionnement du pays pour plus de 4,5 mois. Ce stock est renouvelé en permanence à travers les différentes mesures prises à ce niveau afin de maintenir une régularité dans les disponibilités de céréales sur le marché national", rassure le ministère.

En dépit de cette situation et de l’urgence sanitaire actuelle, le PIB agricole ne connaîtra pas une grande contraction. Les estimations provisoires montrent que cette baisse restera contenue autour de 5%, à 105 milliards de DH, et ce, hors agroalimentaire grâce au comportement de toutes les autres filières de production (maraîchage, arboriculture, lait et viandes).

En dehors des céréales, toutes les autres cultures affichent un état normal, voire, pour certaines, supérieur à la campagne précédente, assure le ministère.

Ce dernier avance aussi que pour le cheptel, les dernières pluies et le lancement du programme de sauvegarde du cheptel ont contribué à l’amélioration de la situation des ressources fourragères des parcours. "L’état des parcours s’est amélioré dans plusieurs régions et la production en ressources pastorales est en amélioration grandissante dans plusieurs régions. Avec les prévisions pluviométriques favorables des 2 prochaines semaines, il est attendu que cette situation évoluera encore".

Enfin, sur le plan sanitaire, les programmes de vaccination se poursuivent tel que programmé et le suivi des services de l’ONSSA font état d’un bon état sanitaire du cheptel.

>>Lire aussi : 

Agriculture: 2020, une année de sécheresse ?

Sécheresse: Aziz Akhannouch annonce les premières mesures d'urgence

En détresse, les petits agriculteurs se débarrassent de leur bétail

A lire aussi


Communication financière

Communiqué de presse post Assemblée Générale Ordinaire de la société Aluminium du Maroc, réuni le 29 Juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.