Campagne agricole: la pluviométrie est déficitaire dans plusieurs régions

Malgré les dernières précipitations et chutes de neige qu'a connues le Maroc, le bilan pluviométrique reste déficitaire sur le centre et le sud. Une bonne répartition spatio-temporelle s'impose pour le bon déroulement de la campagne agricole.

Campagne agricole: la pluviométrie est déficitaire dans plusieurs régions

Le 21 novembre 2019 à 15:52

Modifié le 21 novembre 2019 à 16:32

Selon les dernières données de la Direction de la météorologie nationale, du 1er septembre au 20 novembre 2019, le bilan pluviométrique au Maroc, comparé à la normale sur 30 ans, se présente comme suit:

  • Excédentaire de 10 à 20% sur le nord de l'oriental,
  • Proche de la normale sur la Méditerranée,
  • déficitaire sur le reste du pays sauf Oujda, Taourirt et Taza:

- de 5 à 20% sur le Gharb, le Saiss, le Moyen Atlas et le nord du Haut Atlas,

- 20 à 40 % sur la Chouia, Doukala et les plaines de Tadla,

- 40 à 60% sur le Tangérois, le Rif et le Loukkos, 

- 60 a 80% sur les plateaux de phosphate, l'intérieur du Chaouia et Abda,

- plus de 80% sur le Haouz, Chiadma, le Souss et les provinces sud.

Du 13 au 20 novembre, les précipitations relevées varient entre 50 mm à Fès, 47 mm à Ifrane, 19 mm à Rabat, 18 mm à Larache et Casablanca, 4 mm à Khouribga et 0,2 mm à Marrakech.

Une nouvelle perturbation est annoncée ce vendredi 22 novembre, avec de fortes pluies dans plusieurs provinces du Royaume.

Par ailleurs, les retenues s'annoncent plutôt faibles du côté des barrages. Au 21 novembre, le taux de remplissage des barrages nationaux, tout usage confondu, ne dépasse pas 44,8%, contre 60,7% à la même date de l'année passée.

Il faut rappeler que la précédente campagne agricole a été marquée par une mauvaise répartition temporelle des précipitations. En effet, plus des 2/3 de la pluviométrie cumulée a été enregistrée dans les trois premiers mois (septembre, octobre et novembre). 

Quant au déroulement de la campagne actuelle, un ingénieur agronome nous explique que "les dernières pluies arrivent en cette période de travail du sol, au profit de l'installation des semis précoces (mi-novembre-mi-décembre) notamment les céréales".

Mais une bonne répartition temporelle et spatiale des précipitations s'impose toujours pour le bon déroulement de la campagne, insiste-t-on de même source.

Lire aussi: Campagne agricole: excès d'optimisme suite aux dernières pluies?

Campagne agricole: la pluviométrie est déficitaire dans plusieurs régions

Le 21 novembre 2019 à16:32

Modifié le 21 novembre 2019 à 16:32

Malgré les dernières précipitations et chutes de neige qu'a connues le Maroc, le bilan pluviométrique reste déficitaire sur le centre et le sud. Une bonne répartition spatio-temporelle s'impose pour le bon déroulement de la campagne agricole.

Selon les dernières données de la Direction de la météorologie nationale, du 1er septembre au 20 novembre 2019, le bilan pluviométrique au Maroc, comparé à la normale sur 30 ans, se présente comme suit:

  • Excédentaire de 10 à 20% sur le nord de l'oriental,
  • Proche de la normale sur la Méditerranée,
  • déficitaire sur le reste du pays sauf Oujda, Taourirt et Taza:

- de 5 à 20% sur le Gharb, le Saiss, le Moyen Atlas et le nord du Haut Atlas,

- 20 à 40 % sur la Chouia, Doukala et les plaines de Tadla,

- 40 à 60% sur le Tangérois, le Rif et le Loukkos, 

- 60 a 80% sur les plateaux de phosphate, l'intérieur du Chaouia et Abda,

- plus de 80% sur le Haouz, Chiadma, le Souss et les provinces sud.

Du 13 au 20 novembre, les précipitations relevées varient entre 50 mm à Fès, 47 mm à Ifrane, 19 mm à Rabat, 18 mm à Larache et Casablanca, 4 mm à Khouribga et 0,2 mm à Marrakech.

Une nouvelle perturbation est annoncée ce vendredi 22 novembre, avec de fortes pluies dans plusieurs provinces du Royaume.

Par ailleurs, les retenues s'annoncent plutôt faibles du côté des barrages. Au 21 novembre, le taux de remplissage des barrages nationaux, tout usage confondu, ne dépasse pas 44,8%, contre 60,7% à la même date de l'année passée.

Il faut rappeler que la précédente campagne agricole a été marquée par une mauvaise répartition temporelle des précipitations. En effet, plus des 2/3 de la pluviométrie cumulée a été enregistrée dans les trois premiers mois (septembre, octobre et novembre). 

Quant au déroulement de la campagne actuelle, un ingénieur agronome nous explique que "les dernières pluies arrivent en cette période de travail du sol, au profit de l'installation des semis précoces (mi-novembre-mi-décembre) notamment les céréales".

Mais une bonne répartition temporelle et spatiale des précipitations s'impose toujours pour le bon déroulement de la campagne, insiste-t-on de même source.

Lire aussi: Campagne agricole: excès d'optimisme suite aux dernières pluies?

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.