Casablanca : les pêcheurs s’inquiètent de la dangerosité du nouveau port

L’Agence nationale des ports (ANP) a annoncé à Médias24 il y a quelques jours l’achèvement du nouveau port de pêche de Casablanca. Le président de la chambre des pêches maritimes réagit en déclarant que le raccourcissement par 5 de la distance entre l’entrée du port et la côte mettra en danger les bateaux. Kamal Sabri pense que cette nouvelle configuration pourrait les pousser à refuser de déménager leurs activités dans le nouveau port. De son côté, la DG de l’ANP, Nadia Laraki, affirme que le déménagement a déjà commencé et qu’il n’y a aucun risque car les ingénieurs ont tout prévu.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/17-06-2020/port-casa_8450.jpg-oui
Casablanca : la chambre des pêches remet en cause la sécurité du nouveau port

Le 17 juin 2020 à 18:44

Modifié le 18 juin 2020 à 12:58

A peine achevé, le nouveau port de pêche de Casablanca suscite des inquiétudes chez le président de la chambre des pêches maritimes de l'Atlantique Nord qui dénonce un projet conçu sans concertation avec la profession et qui pourrait non seulement s’avérer dangereux mais aussi moins lucratif pour les pêcheurs.

Une digue trop courte pour casser la houle

« Le nouveau port pose un vrai problème de sécurité car il n’est plus protégé de la houle par la jetée Moulay Youssef devenue trop courte.

« Concrètement, l'entrée du nouveau port n'a pas, comme l'ancien port, la protection de cette digue car il a été construit au-delà de cette jetée centenaire longue de 3.500 mètres.

« Cela ne manquera pas de poser de gros problèmes aux nombreux bateaux qui rentrent ou partent pêcher en particulier pendant les périodes de mauvais temps.

« Pour éviter cette exposition à la houle, l’ANP aurait dû faire une extension de cette jetée avant de construire le port à l'intérieur d'une zone protégée par cette même digue.

« L’ANP a construit le port sans concertation avec les pêcheurs »

« Je dois préciser que cette lacune va non seulement mettre en danger les bateaux de pêche mais aussi le chantier naval dont les ateliers de réparation sont tout proches de cette zone », dénonce Sabri en accusant, visiblement furieux, l’ANP d'avoir conçu le projet sans concertation avec les opérateurs.

« L’Agence a travaillé seule sans se concerter avec les professionnels de la pêche ou le chantier naval. De plus, elle ne communique pas alors qu’elle est censée écouter l’avis des armateurs avant de réaliser ce genre d’infrastructure.

Le danger risque de diviser le rythme de travail des pêcheurs par 3

« Si la digue n'est pas étendue, la circulation des navires de pêche deviendra plus risquée et donc ils ne pourront plus travailler au même rythme qu’avant.

« En temps normal, les chalutiers faisaient 180 marées par an mais aujourd'hui ils risquent de passer à 40 - 60 jours de travail.

« En effet, l’ancien port, bien abrité par la digue Moulay Youssef, avait un accès facile à n'importe quel moment de la journée ou de la nuit et ce quelles que soient les conditions météorologiques.

« Ce ne sera plus le cas dans le nouveau port car au moindre coup de grain, les bateaux ne pourront plus appareiller ni accoster.

L’entrée du nouveau port est 5 fois plus proche de la côte

« Si le risque est plus grand, c’est parce que l'entrée du port est désormais à 200 m de la côte alors que l’ancien était situé à 1 kilomètre.

"De plus, l'ANP a construit une autre digue à moins de 50 mètres de la jetée Moulay Youssef ce qui va beaucoup compliquer l'entrée et la sortie des navires et des 380 barques de pêche car la distance entre les deux est trop courte pour faire passer aisément un grand bateau et encore moins 2 en même temps.

« Sachant que l’entrée du port est 5 fois plus proche de la côte, les manœuvres d'entrée et de sortie seront plus compliquées voire dangereuses avec les bateaux plus menacés par la houle et les vagues.

« Avec ce risque accru, les armateurs et les marins ne se précipiteront pas à l’inauguration prochaine du nouveau port car il en va de la sécurité des nombreuses vies humaines à bord des bateaux de pêche.

« Hormis ce problème de sécurité, les magasins construits pour que les professionnels déposent leur matériel de pêche (filets …) ne répondent pas aux normes internationales », conclut Sabri qui affirme exprimer le mécontentement de la profession face au manque de communication de l’ANP.

« L’avenir montrera qu’il n’y a aucun danger »

Sollicitée pour réagir aux déclarations de notre précédent interlocuteur, Nadia Laraki, DG de l’ANP, a dans un premier temps refusé de répondre avant de dire que ces critiques dataient déjà de 3 à 4 ans.

« A l’ANP, nos ingénieurs travaillent dans les règles de l’art et par conséquent, il n'y a ni malformation ni défaut de conception dans le nouveau port de Casablanca.

« Je ne veux pas m’étendre car c'est un débat stérile qui ne mérite pas d'être tenu en ce moment.

« Tout ce que je peux dire est qu’il n’a jamais été question d’étendre la jetée Moulay Youssef et que contrairement à certaines rumeurs, les armateurs préparent déjà leur déménagement », conclut Laraki qui ajoute que l'avenir montrera que le nouveau port de pêche offre toutes les garanties de sécurité.

Mise à jour: Au lendemain de la parution de cet article, le président Sabri a tenu à nous préciser qu'il n'y avait aucun déménagement en cours des armateurs sachant qu'ils refusent toujours de signer les conventions nécessaires aux transferts avec l'agence nationale des ports. 

Tags : ANP

Casablanca : les pêcheurs s’inquiètent de la dangerosité du nouveau port

Le 17 juin 2020 à18:44

Modifié le 18 juin 2020 à 12:58

L’Agence nationale des ports (ANP) a annoncé à Médias24 il y a quelques jours l’achèvement du nouveau port de pêche de Casablanca. Le président de la chambre des pêches maritimes réagit en déclarant que le raccourcissement par 5 de la distance entre l’entrée du port et la côte mettra en danger les bateaux. Kamal Sabri pense que cette nouvelle configuration pourrait les pousser à refuser de déménager leurs activités dans le nouveau port. De son côté, la DG de l’ANP, Nadia Laraki, affirme que le déménagement a déjà commencé et qu’il n’y a aucun risque car les ingénieurs ont tout prévu.

A peine achevé, le nouveau port de pêche de Casablanca suscite des inquiétudes chez le président de la chambre des pêches maritimes de l'Atlantique Nord qui dénonce un projet conçu sans concertation avec la profession et qui pourrait non seulement s’avérer dangereux mais aussi moins lucratif pour les pêcheurs.

Une digue trop courte pour casser la houle

« Le nouveau port pose un vrai problème de sécurité car il n’est plus protégé de la houle par la jetée Moulay Youssef devenue trop courte.

« Concrètement, l'entrée du nouveau port n'a pas, comme l'ancien port, la protection de cette digue car il a été construit au-delà de cette jetée centenaire longue de 3.500 mètres.

« Cela ne manquera pas de poser de gros problèmes aux nombreux bateaux qui rentrent ou partent pêcher en particulier pendant les périodes de mauvais temps.

« Pour éviter cette exposition à la houle, l’ANP aurait dû faire une extension de cette jetée avant de construire le port à l'intérieur d'une zone protégée par cette même digue.

« L’ANP a construit le port sans concertation avec les pêcheurs »

« Je dois préciser que cette lacune va non seulement mettre en danger les bateaux de pêche mais aussi le chantier naval dont les ateliers de réparation sont tout proches de cette zone », dénonce Sabri en accusant, visiblement furieux, l’ANP d'avoir conçu le projet sans concertation avec les opérateurs.

« L’Agence a travaillé seule sans se concerter avec les professionnels de la pêche ou le chantier naval. De plus, elle ne communique pas alors qu’elle est censée écouter l’avis des armateurs avant de réaliser ce genre d’infrastructure.

Le danger risque de diviser le rythme de travail des pêcheurs par 3

« Si la digue n'est pas étendue, la circulation des navires de pêche deviendra plus risquée et donc ils ne pourront plus travailler au même rythme qu’avant.

« En temps normal, les chalutiers faisaient 180 marées par an mais aujourd'hui ils risquent de passer à 40 - 60 jours de travail.

« En effet, l’ancien port, bien abrité par la digue Moulay Youssef, avait un accès facile à n'importe quel moment de la journée ou de la nuit et ce quelles que soient les conditions météorologiques.

« Ce ne sera plus le cas dans le nouveau port car au moindre coup de grain, les bateaux ne pourront plus appareiller ni accoster.

L’entrée du nouveau port est 5 fois plus proche de la côte

« Si le risque est plus grand, c’est parce que l'entrée du port est désormais à 200 m de la côte alors que l’ancien était situé à 1 kilomètre.

"De plus, l'ANP a construit une autre digue à moins de 50 mètres de la jetée Moulay Youssef ce qui va beaucoup compliquer l'entrée et la sortie des navires et des 380 barques de pêche car la distance entre les deux est trop courte pour faire passer aisément un grand bateau et encore moins 2 en même temps.

« Sachant que l’entrée du port est 5 fois plus proche de la côte, les manœuvres d'entrée et de sortie seront plus compliquées voire dangereuses avec les bateaux plus menacés par la houle et les vagues.

« Avec ce risque accru, les armateurs et les marins ne se précipiteront pas à l’inauguration prochaine du nouveau port car il en va de la sécurité des nombreuses vies humaines à bord des bateaux de pêche.

« Hormis ce problème de sécurité, les magasins construits pour que les professionnels déposent leur matériel de pêche (filets …) ne répondent pas aux normes internationales », conclut Sabri qui affirme exprimer le mécontentement de la profession face au manque de communication de l’ANP.

« L’avenir montrera qu’il n’y a aucun danger »

Sollicitée pour réagir aux déclarations de notre précédent interlocuteur, Nadia Laraki, DG de l’ANP, a dans un premier temps refusé de répondre avant de dire que ces critiques dataient déjà de 3 à 4 ans.

« A l’ANP, nos ingénieurs travaillent dans les règles de l’art et par conséquent, il n'y a ni malformation ni défaut de conception dans le nouveau port de Casablanca.

« Je ne veux pas m’étendre car c'est un débat stérile qui ne mérite pas d'être tenu en ce moment.

« Tout ce que je peux dire est qu’il n’a jamais été question d’étendre la jetée Moulay Youssef et que contrairement à certaines rumeurs, les armateurs préparent déjà leur déménagement », conclut Laraki qui ajoute que l'avenir montrera que le nouveau port de pêche offre toutes les garanties de sécurité.

Mise à jour: Au lendemain de la parution de cet article, le président Sabri a tenu à nous préciser qu'il n'y avait aucun déménagement en cours des armateurs sachant qu'ils refusent toujours de signer les conventions nécessaires aux transferts avec l'agence nationale des ports. 

A lire aussi


Communication financière

SONASID : Effets de la crise sanitaire sur les résultats du 1er semestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.