Chakib Benmoussa nommé président de la Commission sur le modèle de développement

Le Roi Mohammed VI a reçu, ce mardi 19 novembre, Chakib Benmoussa, ambassadeur du Royaume en France, qu'il a chargé de la présidence de la Commission spéciale sur le modèle de développement, annonce un communiqué du palais royal.

Chakib Benmoussa nommé président de la Commission sur le modèle de développement

Le 19 novembre 2019 à 17:35

Modifié le 20 novembre 2019 à 10:12

Le Souverain a parlé de cette commission spéciale dans le discours prononcé à l’occasion du 20e anniversaire de son accession au Trône, le 29 juillet dernier. Il avait indiqué qu'elle sera installée à la rentrée prochaine.

"Nous avons veillé à ce que cette commission, par sa composition, regroupe différentes disciplines académiques et diverses sensibilités intellectuelles, en y faisant siéger des compétences nationales issues du public et du privé", avait-il souligné en insistant sur le fait que les profils "doivent être suffisamment outillés pour comprendre les dynamiques à l’œuvre au sein de la société et aller au-devant de ses attentes, sans jamais perdre de vue l’intérêt supérieur de la Nation".

Le Roi avait également souligné que cette commission "ne tiendra lieu ni de second gouvernement, ni d’institution officielle parallèle. Elle jouera le rôle d’organe consultatif investi d’une mission limitée dans le temps". La commission "devra prendre en considération les grandes orientations des réformes engagées ou en passe de l’être, dans des secteurs comme l’enseignement, la santé, l’agriculture, l’investissement, le système fiscal. Ses propositions devront viser leur perfectionnement et l’accroissement de leur efficacité".

"Nous attendons de cette commission qu’elle remplisse son mandat avec impartialité et objectivité en portant à notre connaissance un constat exact de l'état des lieux, aussi douloureux et pénible puisse-t-il être", avait-il insisté, soulignant que la commission devra aussi être "dotée de l’audace et du génie nécessaires pour proposer des solutions adaptées". 

"Plutôt que de s’inscrire dans une logique de rupture avec le passé, il s’agit de poser un nouveau jalon dans notre processus de développement", avait par ailleurs expliqué le Souverain.

La triple mission de la commission

Dans son discours du 20 août 2019, le Roi Mohammed VI avait évoqué la mission de la commission, en ces termes:

"Nous avons toujours eu à cœur de placer le citoyen marocain au centre du processus de développement dont il constitue la principale finalité.

"Aussi, nous avons toujours considéré que les grandes affaires du pays devaient être traitées dans le cadre d’une approche participative et inclusive pour garantir l’implication de toutes les forces vives de la nation.

"C’est dans ce même esprit que nous œuvrons en mettant en place la Commission spéciale sur le modèle de développement, à laquelle nous confierons prochainement l’examen de ce sujet vital.

"Notre souhait est que cette commission remplisse une triple mission de réajustement, d’anticipation, de prospective pour permettre à notre pays d’aborder l’avenir avec sérénité et assurance.

"Nous tenons à souligner la portée nationale du travail de la Commission et de ses futures recommandations ; le modèle de développement auquel nous aspirons s’affirmera comme authentiquement marocain.

"Outre des mécanismes de mise en œuvre et de suivi adaptés, il nous paraît en effet indispensable de proposer un modèle que les Marocains aient la volonté de s’approprier et de faire réussir."

Un nouveau contrat social

"Notre ambition est que, dans sa nouvelle version, ce modèle de développement constitue une assise solide pour faire émerger un nouveau contrat social emportant une adhésion unanime, en l’occurrence celle de l’État et de ses institutions, celle des forces vives de la nation incluant le secteur privé, les formations politiques et les syndicats, les associations, ainsi que celle de l’ensemble des citoyens.

"Nous souhaitons également que ce modèle soit le socle de l’étape nouvelle dont nous avons esquissé les contours dans le dernier discours du Trône, étape à laquelle nous avons assigné comme mots d’ordre « Responsabilité et Essor ».
"Le renouvellement du modèle de développement, ainsi que les projets et les programmes lancés sous notre impulsion, visent à faire avancer le Maroc sur la voie du progrès, à améliorer les conditions de vie de ses citoyens, à réduire les inégalités sociales et spatiales."

Chakib Benmoussa nommé président de la Commission sur le modèle de développement

Le 19 novembre 2019 à17:35

Modifié le 20 novembre 2019 à 10:12

Le Roi Mohammed VI a reçu, ce mardi 19 novembre, Chakib Benmoussa, ambassadeur du Royaume en France, qu'il a chargé de la présidence de la Commission spéciale sur le modèle de développement, annonce un communiqué du palais royal.

Le Souverain a parlé de cette commission spéciale dans le discours prononcé à l’occasion du 20e anniversaire de son accession au Trône, le 29 juillet dernier. Il avait indiqué qu'elle sera installée à la rentrée prochaine.

"Nous avons veillé à ce que cette commission, par sa composition, regroupe différentes disciplines académiques et diverses sensibilités intellectuelles, en y faisant siéger des compétences nationales issues du public et du privé", avait-il souligné en insistant sur le fait que les profils "doivent être suffisamment outillés pour comprendre les dynamiques à l’œuvre au sein de la société et aller au-devant de ses attentes, sans jamais perdre de vue l’intérêt supérieur de la Nation".

Le Roi avait également souligné que cette commission "ne tiendra lieu ni de second gouvernement, ni d’institution officielle parallèle. Elle jouera le rôle d’organe consultatif investi d’une mission limitée dans le temps". La commission "devra prendre en considération les grandes orientations des réformes engagées ou en passe de l’être, dans des secteurs comme l’enseignement, la santé, l’agriculture, l’investissement, le système fiscal. Ses propositions devront viser leur perfectionnement et l’accroissement de leur efficacité".

"Nous attendons de cette commission qu’elle remplisse son mandat avec impartialité et objectivité en portant à notre connaissance un constat exact de l'état des lieux, aussi douloureux et pénible puisse-t-il être", avait-il insisté, soulignant que la commission devra aussi être "dotée de l’audace et du génie nécessaires pour proposer des solutions adaptées". 

"Plutôt que de s’inscrire dans une logique de rupture avec le passé, il s’agit de poser un nouveau jalon dans notre processus de développement", avait par ailleurs expliqué le Souverain.

La triple mission de la commission

Dans son discours du 20 août 2019, le Roi Mohammed VI avait évoqué la mission de la commission, en ces termes:

"Nous avons toujours eu à cœur de placer le citoyen marocain au centre du processus de développement dont il constitue la principale finalité.

"Aussi, nous avons toujours considéré que les grandes affaires du pays devaient être traitées dans le cadre d’une approche participative et inclusive pour garantir l’implication de toutes les forces vives de la nation.

"C’est dans ce même esprit que nous œuvrons en mettant en place la Commission spéciale sur le modèle de développement, à laquelle nous confierons prochainement l’examen de ce sujet vital.

"Notre souhait est que cette commission remplisse une triple mission de réajustement, d’anticipation, de prospective pour permettre à notre pays d’aborder l’avenir avec sérénité et assurance.

"Nous tenons à souligner la portée nationale du travail de la Commission et de ses futures recommandations ; le modèle de développement auquel nous aspirons s’affirmera comme authentiquement marocain.

"Outre des mécanismes de mise en œuvre et de suivi adaptés, il nous paraît en effet indispensable de proposer un modèle que les Marocains aient la volonté de s’approprier et de faire réussir."

Un nouveau contrat social

"Notre ambition est que, dans sa nouvelle version, ce modèle de développement constitue une assise solide pour faire émerger un nouveau contrat social emportant une adhésion unanime, en l’occurrence celle de l’État et de ses institutions, celle des forces vives de la nation incluant le secteur privé, les formations politiques et les syndicats, les associations, ainsi que celle de l’ensemble des citoyens.

"Nous souhaitons également que ce modèle soit le socle de l’étape nouvelle dont nous avons esquissé les contours dans le dernier discours du Trône, étape à laquelle nous avons assigné comme mots d’ordre « Responsabilité et Essor ».
"Le renouvellement du modèle de développement, ainsi que les projets et les programmes lancés sous notre impulsion, visent à faire avancer le Maroc sur la voie du progrès, à améliorer les conditions de vie de ses citoyens, à réduire les inégalités sociales et spatiales."

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.