Chômage: chiffres contrastés au 1er trimestre 2019

Le HCP présente les chiffres en les comparant au 1er trimestre 2018 : dans ce cas, il y a une baisse du chômage. Mais si on les compare au dernier trimestre 2019, il y a une légère hausse. Petite bonne nouvelle, le chômage des jeunes urbains de 15-24 ans a légèrement baissé.

Chômage : Chiffres contrastés au 1er trimestre 2019

Le 05 mai 2019 à 19:21

Modifié le 06 mai 2019 à 17:10

Faut-il comparer les chiffres du chômage sur 12 mois glissants, donc par rapport au 1er trimestre 2018 ? Ou bien par rapport aux chiffres les plus récents, ceux du dernier trimestre 2019 ? Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients.

En tout état de cause, il y a une petite bonne nouvelle, quelle que soit la méthode : le taux de chômage des jeunes urbains âgés de 15 à 24 ans, est en baisse. Depuis plusieurs années, il s’inscrivait constamment à la hausse. Il était de 41,8% en 2016 puis 42,8% en 2017 puis 43,2% en 2018 et là, il est à 40,3% en ce premier trimestre 2019.

Parallèlement, le taux d’activité de cette tranche d’âge a perdu un point, passant de 22,1% en 2016 à 21,1% au 1er trimestre 2019.

La seconde population fortement impactée par le chômage est celle des jeunes de 25 à 34 ans. Son effectif, dans l’absolu, est bien plus élevé que celui des jeunes de 15-24 ans. Mais son taux de chômage en milieu urbain est inférieur de près de la moitié. En 2018 et le premier trimestre 2019, il a augmenté de 0,8 point, passant de 21,2% à 22,4%.

Le HCP ne fournit pas le nombre de chômeurs par catégorie d’âge. Mais seulement les taux de chômage de chaque population.

Le taux de chômage, entre fin 2018 et le premier trimestre, s’aggrave légèrement, passant au niveau national de 9,8% à 10%. En milieu urbain, le taux est de 14,5% au premier trimestre, ce qui constitue un niveau particulièrement élevé.

Le HCP se contente, dans son communiqué, de comparer sur douze mois glissants. Dans ce cas, tous les indicateurs se sont améliorés : le taux de chômage en moyenne nationale est ramené de 10,5% à 10%. Le chômage des différentes catégories de jeunes est également en recul en milieu urbain.

Le HCP constate “qu’avec un recul de 61.000 chômeurs, résultant d’une baisse de 69.000 en milieu urbain et d’une hausse de 8.000 en milieu rural, la population active en chômage est passée, entre le premier trimestre de l’année 2018 et celui de 2019, de 1.272.000 à 1.211.000 chômeurs, enregistrant une baisse de 4,8% dans le volume global du chômage au niveau national. Le taux de chômage est ainsi passé, entre les deux périodes, de 10,5% à 10% au niveau national, de 15,6% à 14,5% en milieu urbain et de 3,5% à 3,8% en milieu rural“.

Les baisses les plus importantes du taux de chômage ont été relevées parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans, passant de 25,7% à 24,1%, et parmi les personnes disposant d’un diplôme, avec 17,1% après 18,3% une année auparavant.

Le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a baissé, entre le premier trimestre de 2018 et la même période de 2019, de 1.090.000 à 1.048.000 personnes au niveau national, de 558.000 à 540.000 personnes dans les villes et de 532.000 à 508.000 dans la campagne. Le taux de sous-emploi est ainsi passé de 10% à 9,6% au niveau national, de 9,4% à 9% en milieu urbain et de 10,7% à 10,4% en milieu rural.

La population active occupée sous employée est à environ 88% masculine, 48,5% rurale, 41% jeune ne dépassant pas l’âge de 30 ans et 46,8% diplômée (dont 14,4% détiennent un diplôme de niveau supérieur).

Situation régionale du marché du travail

Cinq régions abritent 72,2% de l’ensemble des actifs âgés de 15 ans et plus. La région de Casablanca-Settat vient en première  position avec 22,6% d’actifs, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (13,7%), Marrakech-Safi (13,2%), Fès-Meknès (11,7%) et Tanger-Tétouan-Al Hoceima (11%).

Chômage: chiffres contrastés au 1er trimestre 2019

Le 05 mai 2019 à19:46

Modifié le 06 mai 2019 à 17:10

Le HCP présente les chiffres en les comparant au 1er trimestre 2018 : dans ce cas, il y a une baisse du chômage. Mais si on les compare au dernier trimestre 2019, il y a une légère hausse. Petite bonne nouvelle, le chômage des jeunes urbains de 15-24 ans a légèrement baissé.

Faut-il comparer les chiffres du chômage sur 12 mois glissants, donc par rapport au 1er trimestre 2018 ? Ou bien par rapport aux chiffres les plus récents, ceux du dernier trimestre 2019 ? Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients.

En tout état de cause, il y a une petite bonne nouvelle, quelle que soit la méthode : le taux de chômage des jeunes urbains âgés de 15 à 24 ans, est en baisse. Depuis plusieurs années, il s’inscrivait constamment à la hausse. Il était de 41,8% en 2016 puis 42,8% en 2017 puis 43,2% en 2018 et là, il est à 40,3% en ce premier trimestre 2019.

Parallèlement, le taux d’activité de cette tranche d’âge a perdu un point, passant de 22,1% en 2016 à 21,1% au 1er trimestre 2019.

La seconde population fortement impactée par le chômage est celle des jeunes de 25 à 34 ans. Son effectif, dans l’absolu, est bien plus élevé que celui des jeunes de 15-24 ans. Mais son taux de chômage en milieu urbain est inférieur de près de la moitié. En 2018 et le premier trimestre 2019, il a augmenté de 0,8 point, passant de 21,2% à 22,4%.

Le HCP ne fournit pas le nombre de chômeurs par catégorie d’âge. Mais seulement les taux de chômage de chaque population.

Le taux de chômage, entre fin 2018 et le premier trimestre, s’aggrave légèrement, passant au niveau national de 9,8% à 10%. En milieu urbain, le taux est de 14,5% au premier trimestre, ce qui constitue un niveau particulièrement élevé.

Le HCP se contente, dans son communiqué, de comparer sur douze mois glissants. Dans ce cas, tous les indicateurs se sont améliorés : le taux de chômage en moyenne nationale est ramené de 10,5% à 10%. Le chômage des différentes catégories de jeunes est également en recul en milieu urbain.

Le HCP constate “qu’avec un recul de 61.000 chômeurs, résultant d’une baisse de 69.000 en milieu urbain et d’une hausse de 8.000 en milieu rural, la population active en chômage est passée, entre le premier trimestre de l’année 2018 et celui de 2019, de 1.272.000 à 1.211.000 chômeurs, enregistrant une baisse de 4,8% dans le volume global du chômage au niveau national. Le taux de chômage est ainsi passé, entre les deux périodes, de 10,5% à 10% au niveau national, de 15,6% à 14,5% en milieu urbain et de 3,5% à 3,8% en milieu rural“.

Les baisses les plus importantes du taux de chômage ont été relevées parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans, passant de 25,7% à 24,1%, et parmi les personnes disposant d’un diplôme, avec 17,1% après 18,3% une année auparavant.

Le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a baissé, entre le premier trimestre de 2018 et la même période de 2019, de 1.090.000 à 1.048.000 personnes au niveau national, de 558.000 à 540.000 personnes dans les villes et de 532.000 à 508.000 dans la campagne. Le taux de sous-emploi est ainsi passé de 10% à 9,6% au niveau national, de 9,4% à 9% en milieu urbain et de 10,7% à 10,4% en milieu rural.

La population active occupée sous employée est à environ 88% masculine, 48,5% rurale, 41% jeune ne dépassant pas l’âge de 30 ans et 46,8% diplômée (dont 14,4% détiennent un diplôme de niveau supérieur).

Situation régionale du marché du travail

Cinq régions abritent 72,2% de l’ensemble des actifs âgés de 15 ans et plus. La région de Casablanca-Settat vient en première  position avec 22,6% d’actifs, suivie de Rabat-Salé-Kénitra (13,7%), Marrakech-Safi (13,2%), Fès-Meknès (11,7%) et Tanger-Tétouan-Al Hoceima (11%).

A lire aussi


commentaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.