Lynn Scarlett

Vice-présidente exécutive aux affaires politiques et gouvernementales de The Nature Conservancy.

Le guide d'une optimiste face au changement climatique

Les mauvaises nouvelles environnementales ne sont pas vraiment une surprise, mais il y a eu un déluge d'entre elles en 2018, et certains affirment maintenant que le monde a atteint le point de non retour pour le changement climatique. De nouvelles recherches montrent qu'il n'est pas trop tard pour changer de cap. Une chronique de Lynn Scarlett, vice-présidente exécutive aux affaires politiques et gouvernementales de The Nature Conservancy.

WASHINGTON, DC – Au cours d'un de mes derniers trajets en voiture vers mon travail, alors que mon véhicule avançait au pas sur la route à l'heure de pointe, j'ai regardé un héron longer les rives du Potomac. Cet oiseau majestueux nous rappelle à juste titre combien la nature et la beauté se retrouvent dans les plus improbables circonstances. Et pourtant, même pour les optimistes comme moi, il devient plus difficile de garder espoir sur le sort de notre planète.

Les nouvelles déprimantes sur l'environnement n'ont rien de nouveau, mais 2018 nous en a apporté un déluge. Un rapport a noté que les populations de vertébrés ont diminué de 60 % au cours des quatre dernières décennies et que moins d'un quart des sols de la Terre ont échappé aux effets de l'activité humaine. En 2050, moins de 10 % de la superficie émergée de la planète sera épargnée par les changements anthropiques.

Le fait qui donne peut-être le plus à réfléchir est une étude du Groupe intergouvernemental d'experts des Nations Unies sur les changements climatiques (GIEC), qui a averti que le monde n'est pas sur la bonne voie pour atteindre les objectifs d'émissions nécessaires pour maintenir le réchauffement climatique à 1,5 ° C au-dessus des niveaux préindustriels, le seuil fixé par l'Accord de Paris sur le climat. Les conséquences de cet échec se développent de façon plus extrême à chaque fraction de degré supplémentaire au-delà de ce seuil.

Parmi ces tendances négatives, certains affirment maintenant que le monde a atteint le point de non-retour pour le changement climatique. Mais comme l'indiquent de nouvelles découvertes de The Nature Conservancyil n'est pas trop tard pour changer de cap.

L'année dernière, nous avons collaboré avec l'Université du Minnesota et 11 autres grandes institutions universitaires et de recherche pour évaluer la façon dont les futurs aliments, l'eau et les besoins énergétiques mondiaux peuvent nuire à la santé de l'environnement. Ce que nous avons découvert, c'est que grâce à des stratégies plus intelligentes, une population croissante peut satisfaire ses besoins, alors même que nous sommes aux prises avec le changement climatique.

Par exemple, en changeant le lieu et le mode des cultures agricoles, le monde pourrait réduire le stress hydrique et réduire considérablement l'empreinte environnementale de l'agriculture.

En outre, nos modèles suggèrent qu'en accélérant la transition vers une énergie plus propre, le monde pourrait maintenir l'augmentation de la température globale en dessous de 1,6 ° C - en respectant ainsi l'objectif de l'Accord de Paris. Mieux encore, ces gains pourraient être réalisés tout en maintenant les trajectoires actuelles de croissance économique. En mettant en œuvre quelques changements spectaculaires mais faciles à gérer au cours des prochaines décennies, il est possible d'assurer un avenir durable pour les hommes et pour la nature.

Pourtant, en dépit des preuves de ce qui est possible, peu de pays à travers le monde agissent avec l'urgence requise. L'inaction climatique est souvent attribuée à un "manque de volonté politique." Mais il est facile d'oublier à quel point est intentionnelle la passivité face au changement climatique.

Par exemple, les décideurs résistent souvent à imposer les prix sur les émissions de gaz à effet de serre, en dépit du fait qu'une telle mesure stimulerait la transition vers une énergie plus propre. Il y a aussi un désir de répondre aux opérateurs historiques en matière d'énergie et à d'autres secteurs économiques, ainsi que le refus d'accepter les faits du changement climatique.

Nous avons assisté à cela à maintes reprises. Aux États-Unis, les décideurs et les militants publics discutent du changement climatique depuis plus de 30 ans, mais n'ont fait que des avancées modestes. Tout récemment, en novembre dernier, quelques semaines après la sortie du rapport alarmant du GIEC en octobre, une initiative de vote d'une taxe carbone a échoué dans l'État de Washington, l'un des États les plus progressistes en matière d'environnement dans le pays. De même, les pays du monde entier n'ont pris que des mesures incompatibles et tièdes pour protéger la biodiversité. En réalité, peu de pays sont sur la bonne voie pour se conformer aux Objectifs d'Aichi pour la biodiversité et de nombreux gouvernements ont effectivement assoupli les protections qu'ils approuvent dans le développement des zones écologiquement sensibles.  

En outre, les accords internationaux sur le climat et l'environnement manquent souvent d'autorité pour se faire respecter. Bien que des progrès aient été faits pour finaliser les règles de Paris - les règlements qui régiront la mise en œuvre de l'Accord de Paris - la plupart des mécanismes de contrôle ont rencontré la résistance de pays qui placent les coûts à court terme au-dessus des coûts à plus long terme.

En fait, une grande partie du problème provient précisément de ce cadrage "ou bien... ou bien" de la question. Trop souvent, les stratégies liées au climat sont présentées comme des choix impossibles entre sécurité énergétique et protection de l'environnement, ou entre croissance économique et réduction des émissions de gaz à effet de serre. Nos données montrent que c'est un récit simpliste qui ne nous servira pas à grand-chose à long terme. L'approche la plus productive est celle qui tient compte des besoins environnementaux, sociaux et économiques.

Certes relever le défi du changement climatique nécessitera des ajustements importants pour les systèmes industriels et agricoles. Il nous faudra de nouvelles politiques capables de tenir les pollueurs pour responsables, d'adopter des investissements pour les infrastructures naturelles, d'établir des zones protégées et de soutenir une planification plus intelligente. Mais tout cela est possible.

Comme pour tout changement politique, certains secteurs ou particuliers encourent de nouveaux coûts : cela est particulièrement vrai pour les politiques concernant la pollution, la perte de biodiversité et d'autres conséquences non prises en compte dans les transactions du marché. Mais les pollueurs doivent assumer une plus grande partie du fardeau du changement climatique. Pour beaucoup d'autres - comme les agriculteurs, les pêcheurs et les producteurs d'énergie propre - vaincre le statu quo reviendrait en fait à apporter plus d'avantages économiques et environnementaux, pas moins.

Les enjeux sont trop élevés pour que nous persistions dans l'inaction. Partout dans le monde, des communautés sont endommagées ou détruites par la montée des océans et par des conditions climatiques extrêmes, tandis que l'eau potable est rapidement en train de devenir un luxe. Je crois toujours que nous traverserons les menaces auxquelles nous sommes confrontés, mais même une optimiste climatique sait bien que ce sentiment ne peut pas durer éternellement.

© Project Syndicate 1995–2019

  • Newsletter

    Abonnez-vous à nos newsletters et alertes.
Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.