Le changement climatique au menu

Le 12 décembre 2018 à 15h26

Modifié 11 avril 2021 à 2h50

VITERBO, ITALIE – Lorsque nous envisageons comment gagner la lutte contre le changement climatique, la première idée qui vient à l’esprit est de réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) produites par les voitures, les camions et toutes les machines fonctionnant avec des combustibles fossiles. Si ces sources d’émissions méritent certes notre attention, un autre coupable est trop souvent ignoré: notre alimentation.  

Alors que la durabilité des pratiques alimentaires et agricoles est une pièce essentielle du puzzle climatique, les régimes alimentaires durables du point de vue climatique ne sont pour l’instant pas au menu. Dans le monde en développement, 821 millions de personnes environ souffrent de la faim, pendant que les pays riches gaspillent, chaque année, suffisamment de nourriture pour nourrir 750 millions d’individus.

C’est ici qu’entre en jeu le lien entre l’alimentation et le changement climatique: à mesure que les êtres humains sortent de la pauvreté – ce qui est le cas pour nombre d’entre eux – leur demande pour les produits laitiers et les aliments carnés augmente.

Cette tendance a de graves conséquences au niveau de l’empreinte écologique de l’agriculture. Les animaux consomment plus de nourriture qu’ils n’en produisent. Le bétail relâche d’énormes quantités de méthane qui retient la chaleur dans l’atmosphère. Et défricher pour créer des pâturages libère du dioxyde de carbone à un rythme effréné.

Si les industries de la viande et des produits laitiers étaient un pays, il serait le troisième émetteur de GES, juste derrière les Etats-Unis et la Chine.

Fort heureusement, il existe une solution: manger moins de viande et plus de fruits et de légumes.

Moins de viande

Consommer de la viande rouge deux fois par semaine seulement réduirait de 75% la surface des terres agricoles dans le monde – une superficie égale à la Chine, l’Union européenne, l’Australie et les Etats-Unis combinés.

Cette frugalité fait également sens du point de vue nutritionnel. A l’heure actuelle, 80% des terres agricoles de la planète sont consacrées à l’élevage du bétail, alors que celui-ci ne fournit que 18% des calories consommées.

Pire encore, l’élevage menace les ressources en eau: selon l'Institut international d'hydrologie de Stockholm, l’eau douce viendra à manquer à l’horizon 2050 à moins de ramener la consommation de produits animaux à 5% seulement de l’apport calorique quotidien.

Nous devons changer notre façon de vivre, et très rapidement. Plusieurs personnalités l’ont bien compris: l’ancien vice-président américain et militant de l’action contre le changement climatique Al Gore, issu d’une famille d’éleveurs de bétail, est aujourd’hui végan, comme son ancien patron, le président américain Bill Clinton. Les joueuses de tennis Serena et Venus Williams, la chanteuse Beyoncé, et de nombreuses autres stars ont également adopté un régime essentiellement exempt de produits animaux.

Par ailleurs, des établissements scolaires partout dans le monde ont adopté des menus végétariens ou le principe des "lundi sans viande" pour sensibiliser les écoliers à la durabilité environnementale. Même McDonald’s a commencé à proposer des burgers McVegan en Suède et en Finlande, avec grand succès semble-t-il.

Gaspillage alimentaire

Une récente étude publiée par l’"Economist Intelligence Unit" et la fondation "Barilla Center for Food and Nutrition" (BCFN) révèle que les pouvoirs publics modifient également leur approche concernant la durabilité et le gaspillage alimentaires. La France est par exemple devenue en 2016 le premier pays dans le monde à promulguer une loi pour lutter contre le gaspillage alimentaire. L’Italie a adopté une loi similaire. Les locataires d’appartements au Danemark, où le Premier ministre Lars Løkke Rasmussen a inscrit la lutte contre le gaspillage alimentaire à l’ordre du jour politique, jettent 25% moins de nourriture aujourd’hui qu’il y a cinq ans.

Le projet SU-Eatable Life, une initiative de la Commission européenne sur trois ans, que je dirige en coopération avec la BCFN, a pour objectif de démontrer que le changement de régime alimentaire peut avoir des conséquences écologiques substantielles. Les données attestent qu’en mangeant moins de viande et en gaspillant moins de nourriture, les consommateurs européens pourraient réduire la consommation d’eau de 2 millions de mètres cubes et les émissions de CO2 de près de 5.300 tonnes chaque année.

Que peut faire chacun d’entre nous pour soutenir ces efforts? Tout d’abord, consommer davantage de légumes et de céréales, une alimentation bénéfique pour notre santé comme pour celle de la planète. Une étude française de 2017 indique que les végétariens sont souvent en meilleur santé que les consommateurs de viande parce que leur régime alimentaire est plus varié et moins calorique.

Nos habitudes alimentaires devraient correspondre à la double pyramide environnementale et alimentaire mise au point par la BCFN, qui recommande les aliments à forte valeur nutritionnelle et ayant le moins d’impact sur l’environnement, les protéines à base de plantes étant l’idéal. Dans un monde où les végans seraient majoritaires, les émissions de gaz à effet de serre seraient inférieures de 70% à ce qu’elles sont aujourd’hui, une évolution plus que bienvenue.

© Project Syndicate 1995–2018

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

Avis de réunion de l’assemblée générale ordinaire de la société Aluminium du Maroc SA

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.