Martha Rojas Urrego

Secrétaire général de la Convention de Ramsar sur les zones humides

Remédier naturellement à la pénurie d’eau

Le 24 mars 2021 à 14h05

Modifié 11 avril 2021 à 14h06

GLAND- Moins de 1% de toute l'eau sur Terre est de l'eau douce accessible ou utilisable. La plus grande part se trouve dans les zones humides intérieures, autrement dit dans les rivières, lacs, marais, tourbières et aquifères souterrains. Ces zones humides sont les collecteurs d'eau, les nettoyeurs et les banquiers de la nature. Par la capture, la purification, le stockage et la libération de la pluie et de l'eau de crue avant de la diffuser en fonction des besoins, ces zones permettent au cycle mondial de l'eau de s'accomplir, ce qui assure un approvisionnement constant.

Dans le monde entier, la pleine intégration des zones humides à la planification et à la gestion de l’eau dans tous les secteurs économiques peut rapporter des avantages considérables. Une alimentation en eau suffisante pourrait stimuler la croissance économique, réduire les conflits et soulager les contraintes pesant sur l’environnement. Mais cela implique des investissements importants et durables en vue de répondre à la demande croissante.

Eau et croissance économique

La consommation d’eau douce a été multipliée par six au cours des 100 dernières années. En outre, la demande continue d’augmenter, avec l’agriculture, l’industrie et l’énergie représentant 90% du total. Au moins 55% d’eau supplémentaire seront nécessaires d’ici 2050 pour répondre à la demande créée par la croissance économique, l’urbanisation et une population mondiale de près de dix milliards d’habitants.

Il y a déjà beaucoup moins d’eau par personne aujourd’hui par rapport aux deux décennies précédentes. En conséquence, plus de trois milliards de personnes sont confrontées à de graves pénuries d’eau, qui provoquent souvent de violents conflits. D’ici 2050, plus de la moitié de la population mondiale sera en situation de précarité face à l’approvisionnement en eau: dans les zones arides, le changement climatique va aggraver cette pénurie.

Le changement climatique n’est qu’une menace parmi d’autres. La pollution aggrave également la crise de l’eau. L’eau potable insalubre est une réalité potentiellement mortelle pour la population du monde entier. Presque toutes les sources d’eau douce sont à présent contaminées dans une certaine mesure; même les glaciers du mont Everest n’ont pas été épargnés.

90% des zones humides ont disparu

Pourquoi n’y a-t-il donc aucun effort de sauvetage et de protection des zones humides? Leur polyvalence est particulièrement pertinente si l’on considère que la crise de l’eau figure parmi les cinq principaux risques mondiaux du Forum économique mondial en termes d’incidence. Leurs capacités d’exploitation de l’eau en surface et en sous-sol, pour contrer les sécheresses, les inondations et l’incidence de la fonte des glaciers, sont particulièrement importantes. Et pourtant, bien qu’elles fournissent la plus grande partie de notre eau douce, près de 90% de toutes les zones humides ont disparu depuis la Révolution industrielle et cette perte s’accélère parallèlement à la mondialisation. De nombreuses zones humides restantes sont exposées à un risque extrême d’extinction.

Les zones humides sont particulièrement vulnérables parce qu’elles sont souvent considérées comme des terres en friche qui doivent être aménagées pour l’agriculture et le développement, ou parce que des zones ravagées par des maladies doivent être rendues à nouveau cultivables. Cette tendance souligne les idées fausses relativement au rôle essentiel des zones humides, qui sont à l’origine de la crise mondiale de l’eau. Pour assurer un approvisionnement en eau suffisant, salubre et sûr, nous devons nous concentrer sur la relation entre la dépendance humaine à l’eau et notre action sur les zones humides.

Vers un risque extrême d’extinction

Oui, il existe d’autres options pour augmenter notre approvisionnement en eau, mais aucune d’entre elles n’est idéale. Le dessalement de l’eau de mer crée plus de problèmes qu’il n’en résout. L’ensemencement des nuages soulève des questions troublantes. Et la construction en masse d’usines de captage de l’eau nécessite des investissements considérables et bouleverse souvent les économies et les modes de vie locaux. En outre, contrairement aux zones humides, ces options ne peuvent pas simultanément fournir de la nourriture, des médicaments, des revenus pour une personne sur sept, abriter d’innombrables espèces, ni atténuer le changement climatique.

Alors que la moitié du PIB mondial dépend des services écosystémiques, la sauvegarde des zones humides doit être une priorité absolue dans la conception d’une relance verte après la crise de la Covid-19. La revitalisation des anciennes zones humides indiennes de  Chennai pour éviter un nouveau « jour zéro », comme en 2019, quand l’eau de la ville s’est tarie, offre un plan d’action pour d’autres.

L‘industrie doit à son tour intensifier ses efforts et devenir un partenaire dans la conservation et l’utilisation efficace de l’eau. La protection de l’écosystème et un environnement commercial attrayant ont pu autrefois paraître antithétiques. Aujourd’hui, la survie même des entreprises dépend d’un environnement naturel sain. En tenant compte de cette réalité, Danone et d’autres entreprises se sont engagées dans la gestion de l’eau et la protection des bassins versants, tandis que de nombreuses entreprises s’engagent dans des fonds multi-partenaires pour l’eau afin d’utiliser la gestion durable des zones humides en vue de répondre aux besoins découlant de l’urbanisation rapide. Grâce à ce type de fonds pour l’eau, le fleuve Tana de Nairobi a généré 27 millions de litres d’eau par jour en seulement trois ans.

Comment augmenter l’approvisionnement en eau

Les pays en manque d’eau comme l’Afrique du sud sont à présent convaincus. Plus de la moitié de la population du pays et les deux tiers de l’économie dépendent de l’existence d’un petit groupe de zones humides. Les responsables politiques savent que la protection des zones humides et leur intégration dans la gestion de l’eau sont essentielles pour assurer la sécurité des approvisionnements dont dépend le développement économique.

Les zones humides sont les meilleures solutions de la planète à la question existentielle de l’approvisionnement en eau douce. Nous pouvons avoir suffisamment d’eau ici sur Terre sans avoir besoin d’aller en chercher au-delà. Il nous suffit de protéger les solutions naturelles dont nous disposons déjà et de les utiliser judicieusement.

Il est important de repenser et de réorganiser l’agriculture, de loin le plus gros consommateur d’eau, pour obtenir « un rendement accru par goutte d’eau ». Les incitations à une production intensive, qui ne tiennent pas compte des zones humides, de la pollution de l’eau et de la biodiversité, doivent être déprogrammées rapidement. La nouvelle initiative de gestion environnementale des terres du Royaume-Uni (Environmental Land Management) est un exemple de programme qui récompense les agriculteurs qui se concentrent sur la gestion de l’eau et sur la conservation des zones humides, en les considérant comme les fondements de leur gestion des sols. Des programmes similaires doivent être déployés à l’échelle mondiale.

© Project Syndicate 1995–2021

A lire aussi


Les dernières annonces judiciaires
Les dernières annonces légales

Communication financière

CFG Bank : Avis de réunion valant convocation des actionnaires (Erratum)

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.

Le PPS présente sa vision des orientations stratégiques du Maroc pour les 5 prochaines années