Congrès des dissidents du PAM : Simple report ou interdiction définitive ?

Annoncée pour le 27, 28 et 29 septembre, la tenue du congrès qui devait renouveler l’ensemble des instances dirigeantes du PAM a finalement été reportée. Selon une source proche de ses organisateurs, ce report est dû à une volonté d’attendre la décision de justice imminente qui départagera les deux clans sur la légitimité. Une explication complètement remise en cause par les fidèles de Benchamach qui évoquent un niet de l’administration à l’encontre d’une instance illégale.

Congrès des dissidents du PAM : Simple report ou interdiction définitive ? Report ou interdiction du congrès des dissidents à Hakim Benchamach ?

Le 17 septembre 2019 à 15:29

Modifié le 17 septembre 2019 à 23:16

Qui faut-il croire ? Les dissidents qui affirment avoir pris la décision, "après mûre réflexion", de reporter le 4ème congrès du parti pour être en conformité avec la justice ou les fidèles de Benchamach, visiblement ravis, qui parlent d’une annulation pure et simple de la part des autorités en charge des partis politiques, à savoir le ministère de l’Intérieur?

"Le congrès est reporté et pas annulé"

Sollicité par Médias24, un proche de Samir Godar, président de la commission préparatoire du congrès, maintient la tenue du rendez-vous qui est juste "reporté". Samir Godar est pour sa part injoignable.

"Sachant que nous n’avons rien à nous reprocher et que nous sommes sûrs d’avoir gain de cause dans l’affaire de la plainte de Benchamach qui espère nous délégitimer, nous avons décidé de reporter de quelques jours le congrès", affirme notre source qui tient à rester anonyme.

Interrogé sur ce revirement qui intervient 24 heures avant la possible décision de justice, prévue pour le 18 septembre, notre interlocuteur coupe court à la conversation.

"Une fin de non-recevoir du ministère de l’Intérieur"

A contrario, Ahmed Touhami, président de la commission préparatoire du congrès adoubé par Hakim Benchamach, manifestement aux anges, se veut très volubile en évoquant "une décision claire et nette d’annulation du soi-disant congrès par l’administration concernée".

"C’est un niet total contre l’intention des dissidents d’organiser le 4ème congrès du PAM. La décision de l’administration est sans appel, ce qui veut dire qu’il n’y aura qu’un seul congrès, à savoir celui des légalistes, et pas deux comme l'espéraient certaines brebis égarées. Il reste à espérer que cela permettra aux égarés de retrouver leur famille", conclut Touhami.

Pour être complètement fixé, il faudra attendre la décision de justice qui sera, peut-être, prise mercredi 18 septembre, mais d’ici là, la direction sortante du PAM semble avoir pris l’avantage sur le clan de ses détracteurs.

Report ou interdiction du congrès des dissidents à Hakim Benchamach ?

Congrès des dissidents du PAM : Simple report ou interdiction définitive ?

Le 17 septembre 2019 à15:29

Modifié le 17 septembre 2019 à 23:16

Annoncée pour le 27, 28 et 29 septembre, la tenue du congrès qui devait renouveler l’ensemble des instances dirigeantes du PAM a finalement été reportée. Selon une source proche de ses organisateurs, ce report est dû à une volonté d’attendre la décision de justice imminente qui départagera les deux clans sur la légitimité. Une explication complètement remise en cause par les fidèles de Benchamach qui évoquent un niet de l’administration à l’encontre d’une instance illégale.

Qui faut-il croire ? Les dissidents qui affirment avoir pris la décision, "après mûre réflexion", de reporter le 4ème congrès du parti pour être en conformité avec la justice ou les fidèles de Benchamach, visiblement ravis, qui parlent d’une annulation pure et simple de la part des autorités en charge des partis politiques, à savoir le ministère de l’Intérieur?

"Le congrès est reporté et pas annulé"

Sollicité par Médias24, un proche de Samir Godar, président de la commission préparatoire du congrès, maintient la tenue du rendez-vous qui est juste "reporté". Samir Godar est pour sa part injoignable.

"Sachant que nous n’avons rien à nous reprocher et que nous sommes sûrs d’avoir gain de cause dans l’affaire de la plainte de Benchamach qui espère nous délégitimer, nous avons décidé de reporter de quelques jours le congrès", affirme notre source qui tient à rester anonyme.

Interrogé sur ce revirement qui intervient 24 heures avant la possible décision de justice, prévue pour le 18 septembre, notre interlocuteur coupe court à la conversation.

"Une fin de non-recevoir du ministère de l’Intérieur"

A contrario, Ahmed Touhami, président de la commission préparatoire du congrès adoubé par Hakim Benchamach, manifestement aux anges, se veut très volubile en évoquant "une décision claire et nette d’annulation du soi-disant congrès par l’administration concernée".

"C’est un niet total contre l’intention des dissidents d’organiser le 4ème congrès du PAM. La décision de l’administration est sans appel, ce qui veut dire qu’il n’y aura qu’un seul congrès, à savoir celui des légalistes, et pas deux comme l'espéraient certaines brebis égarées. Il reste à espérer que cela permettra aux égarés de retrouver leur famille", conclut Touhami.

Pour être complètement fixé, il faudra attendre la décision de justice qui sera, peut-être, prise mercredi 18 septembre, mais d’ici là, la direction sortante du PAM semble avoir pris l’avantage sur le clan de ses détracteurs.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.