Coronavirus: malgré l'épidémie, l'UE ne va pas suspendre l'accord de Schengen

L'UE dit non à la fermeture des frontières, même partiellement, malgré l'épidémie dans toute l'Europe. Avec environ 280 personnes touchées par le virus rien qu'en Italie, l'UE estime que la réintroduction des contrôles aux frontières ne contribuera en rien au ralentissement de la propagation du virus.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/26-02-2020/Italie-AFP0.jpg-oui
Coronavirus : malgré l'épidémie, l'UE ne va pas suspendre l'accord de Schengen (Photo AFP)

Le 26 février 2020 à 10:44

Modifié le 26 février 2020 à 12:11

Le contrôle aux frontières, transformerait plutôt les pays en "lazarettos", comme l'a dit le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, lorsqu'on lui a demandé si l'Italie fermerait ses frontières à titre de mesure de prévention. Cité par Schengen visa info, il a déclaré lundi 25 février lors d'une conférence de presse.: "Suspendre Schengen? Mais que voulons-nous faire de l'Italie, un lazaret?!"

"Il s'agit d'une mesure draconienne qui ne répond pas aux besoins des citoyens italiens dans le domaine de la maîtrise des infections", a-t-il ajouté, concernant la suspension de l'accord de Schengen.

Jusqu'à présent, de nouveaux cas ont été détectés en Croatie, en Espagne, en Suisse et en Autriche, aujourd'hui seulement. Malgré le fait que ce dernier avait averti qu'il envisagerait de réintroduire les contrôles aux frontières avec l'Italie, ils n'ont que resserré les contrôles aux frontières des aéroports.

Selon la même source, le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, a annoncé que l'Autriche instaurerait des contrôles plus stricts, ce qui ne reviendrait pas à réintroduire des contrôles aux frontières.

"En ce qui concerne les frontières et le trafic transfrontalier, nous procéderons comme suit: nous resserrerons encore les systèmes d'alerte avec nos voisins; [et] nous ordonnerons immédiatement un arrêt en cas de suspicion de cas, comme cela s'est produit la nuit dernière", a déclaré Kurz.

Alors que lors d'une réunion organisée par la Commission européenne dans le but de renforcer la préparation, la prévention et la maîtrise du virus à l'échelle mondiale, la Commission a décidé d'allouer un montant de 232 millions d'euros à cet égard.

Par ailleurs, le commissaire européen à la gestion des crises et le coordinateur européen des interventions d'urgence, Janez Lenarčič, ont déclaré que le paquet d'aide soutiendra l'Organisation mondiale de la santé et ciblera les financements pour garantir que les pays dotés de systèmes de santé plus faibles ne soient pas laissés pour compte.

Au cours des quatre derniers jours, le nombre de personnes détectées contenant le coronavirus en Italie a dépassé 280. Jusqu'à présent, sept cas ont entraîné la mort, tous des personnes âgées.

Jusqu'à présent, dix villes de Lombardie et une de Vénétie sont fermées à clef, quelque 50.000 habitants étant interdits de départ. Les autorités régionales ont ordonné la fermeture de lieux de rassemblement, tels que des bars, des restaurants et des discothèques.

(Photo AFP)

Coronavirus: malgré l'épidémie, l'UE ne va pas suspendre l'accord de Schengen

Le 26 février 2020 à11:07

Modifié le 26 février 2020 à 12:11

L'UE dit non à la fermeture des frontières, même partiellement, malgré l'épidémie dans toute l'Europe. Avec environ 280 personnes touchées par le virus rien qu'en Italie, l'UE estime que la réintroduction des contrôles aux frontières ne contribuera en rien au ralentissement de la propagation du virus.

com_redaction-56

Le contrôle aux frontières, transformerait plutôt les pays en "lazarettos", comme l'a dit le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, lorsqu'on lui a demandé si l'Italie fermerait ses frontières à titre de mesure de prévention. Cité par Schengen visa info, il a déclaré lundi 25 février lors d'une conférence de presse.: "Suspendre Schengen? Mais que voulons-nous faire de l'Italie, un lazaret?!"

"Il s'agit d'une mesure draconienne qui ne répond pas aux besoins des citoyens italiens dans le domaine de la maîtrise des infections", a-t-il ajouté, concernant la suspension de l'accord de Schengen.

Jusqu'à présent, de nouveaux cas ont été détectés en Croatie, en Espagne, en Suisse et en Autriche, aujourd'hui seulement. Malgré le fait que ce dernier avait averti qu'il envisagerait de réintroduire les contrôles aux frontières avec l'Italie, ils n'ont que resserré les contrôles aux frontières des aéroports.

Selon la même source, le chancelier autrichien, Sebastian Kurz, a annoncé que l'Autriche instaurerait des contrôles plus stricts, ce qui ne reviendrait pas à réintroduire des contrôles aux frontières.

"En ce qui concerne les frontières et le trafic transfrontalier, nous procéderons comme suit: nous resserrerons encore les systèmes d'alerte avec nos voisins; [et] nous ordonnerons immédiatement un arrêt en cas de suspicion de cas, comme cela s'est produit la nuit dernière", a déclaré Kurz.

Alors que lors d'une réunion organisée par la Commission européenne dans le but de renforcer la préparation, la prévention et la maîtrise du virus à l'échelle mondiale, la Commission a décidé d'allouer un montant de 232 millions d'euros à cet égard.

Par ailleurs, le commissaire européen à la gestion des crises et le coordinateur européen des interventions d'urgence, Janez Lenarčič, ont déclaré que le paquet d'aide soutiendra l'Organisation mondiale de la santé et ciblera les financements pour garantir que les pays dotés de systèmes de santé plus faibles ne soient pas laissés pour compte.

Au cours des quatre derniers jours, le nombre de personnes détectées contenant le coronavirus en Italie a dépassé 280. Jusqu'à présent, sept cas ont entraîné la mort, tous des personnes âgées.

Jusqu'à présent, dix villes de Lombardie et une de Vénétie sont fermées à clef, quelque 50.000 habitants étant interdits de départ. Les autorités régionales ont ordonné la fermeture de lieux de rassemblement, tels que des bars, des restaurants et des discothèques.

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

SOTHEMA : Indicateurs Financiers T3 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.