Coronavirus: Toute l'Italie placée en quarantaine

INEDIT. Soixante millions d'Italiens priés de rester chez eux, au moment où la Chine, d'où est parti le coronavirus, semble voir la fin du tunnel: Rome applique mardi 10 mars des mesures sans précédent dans le monde pour lutter contre l'épidémie, tandis que le président chinois Xi Jinping se rend pour la première fois à l'épicentre du Covid-19.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/10-03-2020/cbca5f17dc3cf6dcfe9aad5dfad8614df7c45595.jpg-oui
Coronavirus : Toute l'Italie placée en quarantaine (Photo AFP)

Le 10 mars 2020 à 10:07

Modifié le 10 mars 2020 à 15:39

La maladie, qui a déjà tué plus de 4.000 personnes, est proche de la pandémie, a reconnu l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle a aussi gravement contaminé les places financières, qui redressaient toutefois la tête mardi matin en Asie.

"Tutti a casa" (tous à la maison), "tout ferme": les titres de la presse italienne résument, mardi, le décret signé par le chef du gouvernement Giuseppe Conte qui étend à tout le pays les mesures drastiques de confinement du quart de la population du nord de la péninsule, depuis dimanche.

"Je vais signer un décret que l'on peut résumer ainsi: 'Je reste chez moi'. L'Italie tout entière deviendra une zone protégée", a-t-il affirmé sur un ton grave. Tous les Italiens devront "éviter les déplacements" sauf pour aller travailler, se ravitailler ou encore pour des soins médicaux. Les rassemblements sont également prohibés.

Dès lundi soir, à Rome et Naples, des supermarchés ont été pris d'assaut.

Ces nouvelles mesures ne prévoient pourtant pas "de limiter les transports publics, afin de garantir la continuité" de l'activité économique "et de permettre aux gens d'aller travailler", a assuré M. Conte.

L'Italie, membre du G7, devient ainsi le premier pays de la planète à généraliser des mesures aussi draconiennes pour tenter d'enrayer la progression du coronavirus qui a déjà fait 463 morts et plus de 9.000 cas dans la péninsule.

La Chine a certes confiné elle aussi plus de 50 millions de personnes à leur domicile dans la province du Hubei d'où était partie l'épidémie en décembre, mais aucun pays n'a pris de telles mesures à l'échelle de tout son territoire.

Signe d'un retour espéré à la normale, le président chinois s'est rendu mardi en visite à Wuhan, la capitale du Hubei, placée en quarantaine depuis fin janvier avec ses 11 millions d'habitants.

La Chine semble sortir de l'ornière avec seulement 17 décès en 24 heures et une progression quotidienne de la maladie (19 cas) au plus bas depuis janvier.

Alors que le régime communiste a été accusé d'avoir tardé à réagir après l'apparition du nouveau coronavirus en décembre, la visite du numéro un chinois devrait donner lieu à une débauche de propagande dans les médias.

M. Xi a ainsi échangé avec des malades et du personnel médical par visioconférence, d'après des photos publiées par des médias d'Etat.

Le dernier bilan chinois a fait franchir à la planète le cap des 4.000 morts, selon un comptage établi par l'AFP.

(Avec AFP)

(Photo AFP)

Coronavirus: Toute l'Italie placée en quarantaine

Le 10 mars 2020 à10:48

Modifié le 10 mars 2020 à 15:39

INEDIT. Soixante millions d'Italiens priés de rester chez eux, au moment où la Chine, d'où est parti le coronavirus, semble voir la fin du tunnel: Rome applique mardi 10 mars des mesures sans précédent dans le monde pour lutter contre l'épidémie, tandis que le président chinois Xi Jinping se rend pour la première fois à l'épicentre du Covid-19.

La maladie, qui a déjà tué plus de 4.000 personnes, est proche de la pandémie, a reconnu l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle a aussi gravement contaminé les places financières, qui redressaient toutefois la tête mardi matin en Asie.

"Tutti a casa" (tous à la maison), "tout ferme": les titres de la presse italienne résument, mardi, le décret signé par le chef du gouvernement Giuseppe Conte qui étend à tout le pays les mesures drastiques de confinement du quart de la population du nord de la péninsule, depuis dimanche.

"Je vais signer un décret que l'on peut résumer ainsi: 'Je reste chez moi'. L'Italie tout entière deviendra une zone protégée", a-t-il affirmé sur un ton grave. Tous les Italiens devront "éviter les déplacements" sauf pour aller travailler, se ravitailler ou encore pour des soins médicaux. Les rassemblements sont également prohibés.

Dès lundi soir, à Rome et Naples, des supermarchés ont été pris d'assaut.

Ces nouvelles mesures ne prévoient pourtant pas "de limiter les transports publics, afin de garantir la continuité" de l'activité économique "et de permettre aux gens d'aller travailler", a assuré M. Conte.

L'Italie, membre du G7, devient ainsi le premier pays de la planète à généraliser des mesures aussi draconiennes pour tenter d'enrayer la progression du coronavirus qui a déjà fait 463 morts et plus de 9.000 cas dans la péninsule.

La Chine a certes confiné elle aussi plus de 50 millions de personnes à leur domicile dans la province du Hubei d'où était partie l'épidémie en décembre, mais aucun pays n'a pris de telles mesures à l'échelle de tout son territoire.

Signe d'un retour espéré à la normale, le président chinois s'est rendu mardi en visite à Wuhan, la capitale du Hubei, placée en quarantaine depuis fin janvier avec ses 11 millions d'habitants.

La Chine semble sortir de l'ornière avec seulement 17 décès en 24 heures et une progression quotidienne de la maladie (19 cas) au plus bas depuis janvier.

Alors que le régime communiste a été accusé d'avoir tardé à réagir après l'apparition du nouveau coronavirus en décembre, la visite du numéro un chinois devrait donner lieu à une débauche de propagande dans les médias.

M. Xi a ainsi échangé avec des malades et du personnel médical par visioconférence, d'après des photos publiées par des médias d'Etat.

Le dernier bilan chinois a fait franchir à la planète le cap des 4.000 morts, selon un comptage établi par l'AFP.

(Avec AFP)

A lire aussi


Communication financière

Assemblée Générale Ordinaire LafargeHolcim Maroc : Avis de convocation des actionnaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.