Covid-19: Renforts et dépistages au tribunal de première instance de Casablanca

Face à l'augmentation des cas positifs et aux plaintes du personnel, le TPI de Casablanca a été contrôlé par une commission du ministère de la Justice. Une opération de dépistage a été lancée et le personnel de la caisse renforcé.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/23-09-2020/TPIcasa.jpg-oui
Covid-19 : Renforts et dépistages au tribunal de première instance de Casablanca

Le 23 septembre 2020 à 15:10

Modifié le 24 septembre 2020 à 09:36

Mercredi 16 septembre, le syndicat national de justice a organisé une manifestation au tribunal de première instance de Casablanca pour dénoncer l'augmentation des cas de contamination et l'absence des mesures préventives

Le jour même, le barreau de Casablanca a publié un communiqué annonçant la création d'une commission chargée du suivi de la situation épidémiologique. 

La réaction du ministère de la Justice ne s'est pas faite attendre. Dès le lendemain, une commission a été envoyée au TPI de Casablanca en vue d'un contrôle. 

Situation exceptionnelle à Casablanca 

Cette commission a constaté "une grande pression" subie par cette instance judiciaire, "surtout au niveau de la caisse qui a enregistré, après une semaine de reprise des activités, environ 1.000 dossiers par jour", lit-on dans un communiqué publié par le ministère de la Justice le 17 septembre.

"Depuis, le personnel au niveau de la caisse a été renforcé sur instruction du ministère", déclare un responsable au sein du syndicat national de justice.

"Cette situation est exceptionnelle et ne concerne que la ville de Casablanca. Les tribunaux des autres villes du Royaume font également face à cette pandémie mais ne rencontrent pas des problèmes de la même ampleur, car la situation épidémiologique de la capitale économique et l'afflux que connaissent ses tribunaux sont extrêmement élevés", poursuit la même source.

Pour rappel, une partie du TPI de Casablanca fait l'objet de travaux. C'est ce qui explique que certains bureaux soient à ras bord et que la distanciation physique ne puisse pas être respectée. Il s'agit notamment du secrétariat-greffe, particulièrement du service d'exécution des jugements contre les compagnies d'assurances. 

Dans ce sens, le ministère a annoncé dans son communiqué "être en train d'étudier la possibilité de transférer les services de l'exécution des jugements contre les compagnies d'assurance vers d'autres espaces de manière à offrir de meilleures conditions pour personnel, les avocats et les justiciables". 

Tests Covid-19 en cours

Selon une source au sein du ministère de la Justice, "13.000 tests ont été effectués dans le secteur de la justice. Un nombre qui va continuer à augmenter, notamment par l'opération de dépistage au sein du personnel du TPI de Casablanca". 

Avant d'organiser son sit-in, le syndicat national de justice a rapporté que le personnel du TPI n'avait fait l'objet d'aucun test de Covid-19 et ce, malgré la confirmation de cas positifs parmi les fonctionnaires. 

Après que la commission du ministère de la Justice ait confirmé ce constat, et suite à une coordination avec les autorités sanitaires, l'opération de dépistage a été lancée en début de semaine. 

Joint par Médias24, un responsable au sein du syndicat national de justice affirme que "les tests ont déjà commencé pour les cas contacts. Vendredi 25 septembre, une vaste opération de dépistage sera effectuée pour tout le personnel, au sein même du tribunal".

Quid des avocats? 

Il convient de préciser que cette action ne concerne que les fonctionnaires du TPI. Les avocats sont pris en charge par le barreau de la ville, spécifiquement par la commission récemment créée pour le suivi de la situation épidémiologique chargée de les accompagner et de les orienter dans les démarches. 

Une source sûre au sein de l'Ordre des avocats de Casablanca explique qu'en fin août 2020, "un accord a été conclu avec la délégation régionale de Santé à Casablanca, afin d'organiser une opération de dépistage pour les avocats".

Dans ce sens, une liste des robes noires qui fréquentent surtout le TPI et le tribunal de la famille et des affaires sociales, sis au quartier Oulfa, a été dressée et transmise à la délégation régionale de Santé dix jours plus tard.

"En parallèle, il a été décidé de créer une commission afin de gérer et suivre les cas positifs ainsi que les cas contacts et ce, dans le but de maîtriser la situation et éviter qu'elle ne s'aggrave en attendant que l'opération de dépistage soit effectuée", poursuit la même source.

Covid-19: Renforts et dépistages au tribunal de première instance de Casablanca

Le 23 septembre 2020 à15:28

Modifié le 24 septembre 2020 à 09:36

Face à l'augmentation des cas positifs et aux plaintes du personnel, le TPI de Casablanca a été contrôlé par une commission du ministère de la Justice. Une opération de dépistage a été lancée et le personnel de la caisse renforcé.

com_redaction-96

Mercredi 16 septembre, le syndicat national de justice a organisé une manifestation au tribunal de première instance de Casablanca pour dénoncer l'augmentation des cas de contamination et l'absence des mesures préventives

Le jour même, le barreau de Casablanca a publié un communiqué annonçant la création d'une commission chargée du suivi de la situation épidémiologique. 

La réaction du ministère de la Justice ne s'est pas faite attendre. Dès le lendemain, une commission a été envoyée au TPI de Casablanca en vue d'un contrôle. 

Situation exceptionnelle à Casablanca 

Cette commission a constaté "une grande pression" subie par cette instance judiciaire, "surtout au niveau de la caisse qui a enregistré, après une semaine de reprise des activités, environ 1.000 dossiers par jour", lit-on dans un communiqué publié par le ministère de la Justice le 17 septembre.

"Depuis, le personnel au niveau de la caisse a été renforcé sur instruction du ministère", déclare un responsable au sein du syndicat national de justice.

"Cette situation est exceptionnelle et ne concerne que la ville de Casablanca. Les tribunaux des autres villes du Royaume font également face à cette pandémie mais ne rencontrent pas des problèmes de la même ampleur, car la situation épidémiologique de la capitale économique et l'afflux que connaissent ses tribunaux sont extrêmement élevés", poursuit la même source.

Pour rappel, une partie du TPI de Casablanca fait l'objet de travaux. C'est ce qui explique que certains bureaux soient à ras bord et que la distanciation physique ne puisse pas être respectée. Il s'agit notamment du secrétariat-greffe, particulièrement du service d'exécution des jugements contre les compagnies d'assurances. 

Dans ce sens, le ministère a annoncé dans son communiqué "être en train d'étudier la possibilité de transférer les services de l'exécution des jugements contre les compagnies d'assurance vers d'autres espaces de manière à offrir de meilleures conditions pour personnel, les avocats et les justiciables". 

Tests Covid-19 en cours

Selon une source au sein du ministère de la Justice, "13.000 tests ont été effectués dans le secteur de la justice. Un nombre qui va continuer à augmenter, notamment par l'opération de dépistage au sein du personnel du TPI de Casablanca". 

Avant d'organiser son sit-in, le syndicat national de justice a rapporté que le personnel du TPI n'avait fait l'objet d'aucun test de Covid-19 et ce, malgré la confirmation de cas positifs parmi les fonctionnaires. 

Après que la commission du ministère de la Justice ait confirmé ce constat, et suite à une coordination avec les autorités sanitaires, l'opération de dépistage a été lancée en début de semaine. 

Joint par Médias24, un responsable au sein du syndicat national de justice affirme que "les tests ont déjà commencé pour les cas contacts. Vendredi 25 septembre, une vaste opération de dépistage sera effectuée pour tout le personnel, au sein même du tribunal".

Quid des avocats? 

Il convient de préciser que cette action ne concerne que les fonctionnaires du TPI. Les avocats sont pris en charge par le barreau de la ville, spécifiquement par la commission récemment créée pour le suivi de la situation épidémiologique chargée de les accompagner et de les orienter dans les démarches. 

Une source sûre au sein de l'Ordre des avocats de Casablanca explique qu'en fin août 2020, "un accord a été conclu avec la délégation régionale de Santé à Casablanca, afin d'organiser une opération de dépistage pour les avocats".

Dans ce sens, une liste des robes noires qui fréquentent surtout le TPI et le tribunal de la famille et des affaires sociales, sis au quartier Oulfa, a été dressée et transmise à la délégation régionale de Santé dix jours plus tard.

"En parallèle, il a été décidé de créer une commission afin de gérer et suivre les cas positifs ainsi que les cas contacts et ce, dans le but de maîtriser la situation et éviter qu'elle ne s'aggrave en attendant que l'opération de dépistage soit effectuée", poursuit la même source.

A lire aussi


Communication financière

SALAFIN: Résultats Semestriels S1-2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.