Covid. La ruée vers les concentrateurs d'oxygène provoque une pénurie au Maroc

Comme leur nom l'indiquent, ils produisent de l'oxygène, matière précieuse en ces temps de Covid. Les achats pour un usage personnel se sont multipliés et les concentrateurs sont introuvables, à la vente comme à la location.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/20-11-2020/oxygene0.jpg-oui
Covid. La ruée vers les concentrateurs d'oxygène provoque une pénurie au Maroc FURGOLLE / BSIP / BSIP VIA AFP (Photo AFP)

Le 20 novembre 2020 à 20:00

Modifié le 21 novembre 2020 à 16:15

Comme indiqué par Médias 24 dans un article précédent, l’oxygène est aujourd’hui une ressource importante dans le cadre de la prise en charge des malades Covid grave. Sa consommation a ainsi été multipliée par 15 et son coût par deux.

En plus de la saturation des structures de soins, ces paramètres amplifient l’inquiétude des Marocains, qui se ruent sur les extracteurs d’oxygène, pour usage à domicile en cas de contamination.

L’usage des concentrateurs d’oxygène doit être médicalisé

Un concentrateur d’oxygène est un dispositif qui aspire l’air du milieu environnant et qui le fait passer à travers un tamis moléculaire pour concentrer l’oxygène de l’air ambiant et le délivrer au patient à la pression partielle nécessaire pour le traitement. En d'autres termes, c'est une machine qui fournit de l'oxygène à un patient.

L’hypoxémie, qui est la baisse de l'oxygène dans le sang, est une complication courante observée dans toutes sortes de pathologies, notamment chez les patients Covid. Son traitement par oxygénothérapie consiste à administrer au patient de l’oxygène concentré de manière à améliorer et à stabiliser son taux de saturation sanguine en oxygène. 

Pour les personnes en bonne santé, le taux de saturation du sang en oxygène varie entre 95% et 100%. Lorsque celui-ci est inférieur à 94%, c'est une indication pour l’oxygénation.

Mais ce qu’il faut impérativement savoir, c’est que pour les malades Covid, ces machines "ne sont pas adaptées en début de maladie",  nous indique Ahmed Rhassane El Adib, professeur en anesthésie-réanimation au CHU Mohammed VI de Marrakech et chef de l'un des services de réanimation de la ville ocre.

"Elles sont adaptées dans le cadre du sevrage pour les patients dont l’état de santé s’est amélioré, et qui sont dans une phase descendante de la maladie. C’est pour récupérer, et permettre une réhabilitation à domicile. Ces appareils sont utilisés lorsque la phase critique est dépassée, et que le malade est en convalescence".

"Ces extracteurs d’oxygènes ne dépassent pas un débit de 10 litres par minute, et procurent un certain niveau d’oxygénation par lunettes nasales". Selon lui, ils ne sont pas adaptés aux malades en réanimation ou dont le cas s’aggrave. "Ces personnes en réanimation nécessitent un bon débit d’oxygène, et doivent par conséquent être hospitalisées". 

Un autre point important à retenir, c’est que "les gens atteints du Covid, doivent être médicalisés. Il ne doit pas y avoir une auto utilisation de ces machines. C’est tout un suivi médical et une surveillance, et il faut un oxymètre… Toute utilisation d’oxygène est un risque de mortalité. Le recours à ces concentrateurs d'oxygène ne peut donc être laissé au choix de chacun".   

En effet, il est très important de bien connaître les indications et l’utilisation clinique de l’oxygène. Les recommandations pour l'administrer en toute sécurité diffèrent d’une application à l’autre, et le débit et la concentration nécessaire d’oxygène varient selon l’âge et l’état du patient.

L’usage d’un oxymètre de pouls est donc nécessaire pour identifier les patients hypoxémiques et surveiller l’oxygénothérapie de manière à ce que l’oxygène soit utilisé sans risque et de manière efficace.

Il existe des concentrateurs d’oxygène à divers débit maximum: 3, 5, 8 et 10 l/min. Il est donc indispensable d'évaluer les besoins en oxygène pour déterminer le débit maximum que le concentrateur doit assurer.

Contacté par nos soins, Dr. Zinaoui, réanimateur dans une clinique privée à Rabat, conseille de ne pas dépasser un débit de 5 l/min pour un usage à domicile. "Une concentration d’oxygène élevée entraîne une inflammation des cellules, et donc d’autres complications". S'exposer à une quantité trop forte ou trop faible d’oxygène peut ainsi être nocif.

Un dispositif médical en pénurie

C’est ce qu’a constaté Médias 24 après avoir contacté une dizaine de sociétés spécialisées dans la vente ou la location de dispositifs médicaux. L’une des entreprises nous a même appris que "les concentrateurs d’oxygène sont actuellement en rupture de stock, et ne seront disponibles qu’à partir du mois de janvier".

L’information nous a été confirmée par un professionnel des dispositifs médicaux. Cette pénurie s’explique par une forte demande au niveau international. "Les prix de ces machines ont également flambé", et peuvent dépasser les 1.000 euros en France et en Chine par exemple.

Le souci du droit d’enregistrement pour l’importation des dispositifs médicaux, que Médias 24 a abordé dans un article précédent, persiste. "Une procédure longue, qui doit être allégée, en particulier en temps de Covid" selon notre interlocuteur.  

En effet, pour pouvoir importer des dispositifs médicaux, un certificat d’enregistrement accordé par la Direction du médicament et de la pharmacie au ministère de la Santé est nécessaire. Donc seuls les importateurs disposant d’un certificat pour l’importation des concentrateurs d’oxygène peuvent en commander, "or, la validité de ce droit d’enregistrement a pris fin pour de nombreuses sociétés, et son renouvellement nécessite beaucoup de temps, et plusieurs documents. Celles-ci ne veulent plus déposer leurs dossiers auprès de la DMP".

"Je suis d’accord sur le fait que la DMP veuille valider des produits de qualité, mais pour cela, elle ne doit pas se baser seulement sur des certificats de conformité que les fournisseurs remettent. Ces personnes peuvent remettre ce qu’elles veulent. Si la DMP veut vraiment faire une évaluation de ces dispositifs médicaux, il faut qu’elle effectue des essais cliniques dans un laboratoire national. Si elle ne veut se baser que sur des supports papiers, il faut alléger la procédure, en particulier dans cette période de crise", poursuit-il.

Quid des prix ?

Les prix des concentrateurs d’oxygène varient selon leur débit. Comme indiqué un peu plus haut, il y a des concentrateurs de 3, 5, 8 et 10 l/min.

"En temps normal, un concentrateur de 5l/min, qui est le plus demandé, coûte entre 5.500 et 8.000 DH", selon notre professionnel des dispositifs médicaux. Actuellement, son prix a pratiquement doublé, "pouvant dépasser les 13.000 DH" selon Dr. Zinaoui, la demande étant très élevée.  

Pour la location, selon différentes sociétés sondées par nos soins, le prix varie selon les caractéristiques de la machine, et démarre à partir de 400 DH par semaine. Mais même à la location, ces machines ne sont pas disponibles actuellement. 

FURGOLLE / BSIP / BSIP VIA AFP

Covid. La ruée vers les concentrateurs d'oxygène provoque une pénurie au Maroc

Le 21 novembre 2020 à15:44

Modifié le 21 novembre 2020 à 16:15

Comme leur nom l'indiquent, ils produisent de l'oxygène, matière précieuse en ces temps de Covid. Les achats pour un usage personnel se sont multipliés et les concentrateurs sont introuvables, à la vente comme à la location.

com_redaction-31

Comme indiqué par Médias 24 dans un article précédent, l’oxygène est aujourd’hui une ressource importante dans le cadre de la prise en charge des malades Covid grave. Sa consommation a ainsi été multipliée par 15 et son coût par deux.

En plus de la saturation des structures de soins, ces paramètres amplifient l’inquiétude des Marocains, qui se ruent sur les extracteurs d’oxygène, pour usage à domicile en cas de contamination.

L’usage des concentrateurs d’oxygène doit être médicalisé

Un concentrateur d’oxygène est un dispositif qui aspire l’air du milieu environnant et qui le fait passer à travers un tamis moléculaire pour concentrer l’oxygène de l’air ambiant et le délivrer au patient à la pression partielle nécessaire pour le traitement. En d'autres termes, c'est une machine qui fournit de l'oxygène à un patient.

L’hypoxémie, qui est la baisse de l'oxygène dans le sang, est une complication courante observée dans toutes sortes de pathologies, notamment chez les patients Covid. Son traitement par oxygénothérapie consiste à administrer au patient de l’oxygène concentré de manière à améliorer et à stabiliser son taux de saturation sanguine en oxygène. 

Pour les personnes en bonne santé, le taux de saturation du sang en oxygène varie entre 95% et 100%. Lorsque celui-ci est inférieur à 94%, c'est une indication pour l’oxygénation.

Mais ce qu’il faut impérativement savoir, c’est que pour les malades Covid, ces machines "ne sont pas adaptées en début de maladie",  nous indique Ahmed Rhassane El Adib, professeur en anesthésie-réanimation au CHU Mohammed VI de Marrakech et chef de l'un des services de réanimation de la ville ocre.

"Elles sont adaptées dans le cadre du sevrage pour les patients dont l’état de santé s’est amélioré, et qui sont dans une phase descendante de la maladie. C’est pour récupérer, et permettre une réhabilitation à domicile. Ces appareils sont utilisés lorsque la phase critique est dépassée, et que le malade est en convalescence".

"Ces extracteurs d’oxygènes ne dépassent pas un débit de 10 litres par minute, et procurent un certain niveau d’oxygénation par lunettes nasales". Selon lui, ils ne sont pas adaptés aux malades en réanimation ou dont le cas s’aggrave. "Ces personnes en réanimation nécessitent un bon débit d’oxygène, et doivent par conséquent être hospitalisées". 

Un autre point important à retenir, c’est que "les gens atteints du Covid, doivent être médicalisés. Il ne doit pas y avoir une auto utilisation de ces machines. C’est tout un suivi médical et une surveillance, et il faut un oxymètre… Toute utilisation d’oxygène est un risque de mortalité. Le recours à ces concentrateurs d'oxygène ne peut donc être laissé au choix de chacun".   

En effet, il est très important de bien connaître les indications et l’utilisation clinique de l’oxygène. Les recommandations pour l'administrer en toute sécurité diffèrent d’une application à l’autre, et le débit et la concentration nécessaire d’oxygène varient selon l’âge et l’état du patient.

L’usage d’un oxymètre de pouls est donc nécessaire pour identifier les patients hypoxémiques et surveiller l’oxygénothérapie de manière à ce que l’oxygène soit utilisé sans risque et de manière efficace.

Il existe des concentrateurs d’oxygène à divers débit maximum: 3, 5, 8 et 10 l/min. Il est donc indispensable d'évaluer les besoins en oxygène pour déterminer le débit maximum que le concentrateur doit assurer.

Contacté par nos soins, Dr. Zinaoui, réanimateur dans une clinique privée à Rabat, conseille de ne pas dépasser un débit de 5 l/min pour un usage à domicile. "Une concentration d’oxygène élevée entraîne une inflammation des cellules, et donc d’autres complications". S'exposer à une quantité trop forte ou trop faible d’oxygène peut ainsi être nocif.

Un dispositif médical en pénurie

C’est ce qu’a constaté Médias 24 après avoir contacté une dizaine de sociétés spécialisées dans la vente ou la location de dispositifs médicaux. L’une des entreprises nous a même appris que "les concentrateurs d’oxygène sont actuellement en rupture de stock, et ne seront disponibles qu’à partir du mois de janvier".

L’information nous a été confirmée par un professionnel des dispositifs médicaux. Cette pénurie s’explique par une forte demande au niveau international. "Les prix de ces machines ont également flambé", et peuvent dépasser les 1.000 euros en France et en Chine par exemple.

Le souci du droit d’enregistrement pour l’importation des dispositifs médicaux, que Médias 24 a abordé dans un article précédent, persiste. "Une procédure longue, qui doit être allégée, en particulier en temps de Covid" selon notre interlocuteur.  

En effet, pour pouvoir importer des dispositifs médicaux, un certificat d’enregistrement accordé par la Direction du médicament et de la pharmacie au ministère de la Santé est nécessaire. Donc seuls les importateurs disposant d’un certificat pour l’importation des concentrateurs d’oxygène peuvent en commander, "or, la validité de ce droit d’enregistrement a pris fin pour de nombreuses sociétés, et son renouvellement nécessite beaucoup de temps, et plusieurs documents. Celles-ci ne veulent plus déposer leurs dossiers auprès de la DMP".

"Je suis d’accord sur le fait que la DMP veuille valider des produits de qualité, mais pour cela, elle ne doit pas se baser seulement sur des certificats de conformité que les fournisseurs remettent. Ces personnes peuvent remettre ce qu’elles veulent. Si la DMP veut vraiment faire une évaluation de ces dispositifs médicaux, il faut qu’elle effectue des essais cliniques dans un laboratoire national. Si elle ne veut se baser que sur des supports papiers, il faut alléger la procédure, en particulier dans cette période de crise", poursuit-il.

Quid des prix ?

Les prix des concentrateurs d’oxygène varient selon leur débit. Comme indiqué un peu plus haut, il y a des concentrateurs de 3, 5, 8 et 10 l/min.

"En temps normal, un concentrateur de 5l/min, qui est le plus demandé, coûte entre 5.500 et 8.000 DH", selon notre professionnel des dispositifs médicaux. Actuellement, son prix a pratiquement doublé, "pouvant dépasser les 13.000 DH" selon Dr. Zinaoui, la demande étant très élevée.  

Pour la location, selon différentes sociétés sondées par nos soins, le prix varie selon les caractéristiques de la machine, et démarre à partir de 400 DH par semaine. Mais même à la location, ces machines ne sont pas disponibles actuellement. 

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

SOTHEMA : Indicateurs Financiers T3 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.