Début de rapatriement des Marocains vulnérables bloqués en Espagne dans 48 H

Après Sebta, Melillia et l'Algérie, le Maroc entame dans les 48 heures, le retour des Marocains en situation de vulnérabilité bloqués en Espagne. Après l'Espagne, ce sera le tour de la Turquie, de la France, des pays du Golfe puis des pays africains, a annoncé mardi 9 juin, le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. 

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/09-06-2020/bourita.jpg-oui
Début de rapatriement des Marocains vulnérables bloqués en Espagne dans 48 H (Photo MAP)

Le 09 juin 2020 à 16:00

Modifié le 10 juin 2020 à 11:29

M. Bourita s'exprimait ce mardi à la Chambre des conseillers. Les autres pays seront par la suite concernés, pays par pays.

Le planning détaillé de ces rapatriements est selon Bourita, impossible à finaliser, car il existe des paramètres extérieurs tels que les autorisations de vol.

Dans une première étape qui concerne les personnes en situation de vulnérabilité, le premier vol concernera l'Espagne. Il aura lieu mercredi après-midi ou jeudi (10 ou 11 juin). 

Une quarantaine obligatoire collective de 9 jours sera instaurée pour tous ceux qui seront rapatriés, d'Espagne ou d'ailleurs. L'Etat prend tous les frais de rapatriement et de quarantaine en charge, pour tous les rapatriés de cette première étape qui concernera les personnes ayant quitté le Maroc avec un visa de courte durée, pour des raisons touristiques, familiales, administratives ou médicales et qui se trouvent dans une situation vulnérable.

Le ministre, qui répondait à une question centrale à la Chambre des conseillers, a précisé que pour l'Espagne, la priorité sera accordée aux ressortissants marocains résidant dans le sud de l'Espagne, particulièrement Algésiras, avant d'englober ensuite la Catalogne, le Pays Basque et la capitale Madrid. Le Maroc ne passera à un autre pays qu'après avoir rapatrié la totalité de ses ressortissants bloqués dans le premier pays. Le ministre a cité dans cet ordre: Espagne, puis Turquie, puis France, puis pays du Golfe, puis pays africains...

L'opération de rapatriement bénéficiera uniquement aux personnes disposant de visas de courte durée, a-t-il ajouté. Il n'y a "ni seuil ni plafond", les seules limites sont les moyens sanitaires et logistiques du Maroc. Ceci signifie qu'il ne s'agira pas de groupe de 300 Marocains comme les opérations précédentes: "nous avons rapatrié par groupe de 300 à partir de Sebta, Meillia et l'Algérie", pour bien tester notre système, a-t-il déclaré.

"Les autorités marocains sont engagées à mener à bien le rapatriement de ces citoyens selon une approche globale et responsable conciliant entre leur droit garanti au retour, les exigences de la situation épidémiologique et l'impératif de prise en charge des rapatriés et leur accompagnement dans les meilleures conditions."

Dans une seconde étape, "nous pouvons penser aux meilleures modalités pour le rapatriement des autres catégories de Marocains bloqués dans le cadre d'une relation directe entre eux et la RAM", a ajoute Bourita. Pour les autres catégories, il n'y aura donc pas de prise en charge de l'Etat. Aucune indication de délai n'a été donnée pour ces catégories.

Pour rappel, samedi 30 mai, trois avions de la RAM avaient atterri à l'aéroport d'Oujda avec à leur bord 300 Marocains parmi ceux bloqués en Algérie. Il s'agissait de la deuxième opération depuis ce pays. 1.103 Marocains ont été au total rapatriés à ce jour.

Le rapatriement des Marocains a démarré avec Melillia le vendredi 15 mai puis Sebta le vendredi 22 mai, pour un total de 496 Marocains. Les 30 mai et 4 juin, 306 puis 301 Marocains ont été rapatriés d'Alger, d'Oran et de Sidi Bel Abbès.

Le ministre de la Santé Khalid Aït Taleb a récemment annoncé que le rapatriement des Marocains bloqués à l'étranger devra se faire par groupes de 300 personnes par semaine. Et que le nombre va augmenter progressivement.

(Photo MAP)

Début de rapatriement des Marocains vulnérables bloqués en Espagne dans 48 H

Le 09 juin 2020 à16:04

Modifié le 10 juin 2020 à 11:29

Après Sebta, Melillia et l'Algérie, le Maroc entame dans les 48 heures, le retour des Marocains en situation de vulnérabilité bloqués en Espagne. Après l'Espagne, ce sera le tour de la Turquie, de la France, des pays du Golfe puis des pays africains, a annoncé mardi 9 juin, le ministre des Affaires étrangères, de la coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, Nasser Bourita. 

M. Bourita s'exprimait ce mardi à la Chambre des conseillers. Les autres pays seront par la suite concernés, pays par pays.

Le planning détaillé de ces rapatriements est selon Bourita, impossible à finaliser, car il existe des paramètres extérieurs tels que les autorisations de vol.

Dans une première étape qui concerne les personnes en situation de vulnérabilité, le premier vol concernera l'Espagne. Il aura lieu mercredi après-midi ou jeudi (10 ou 11 juin). 

Une quarantaine obligatoire collective de 9 jours sera instaurée pour tous ceux qui seront rapatriés, d'Espagne ou d'ailleurs. L'Etat prend tous les frais de rapatriement et de quarantaine en charge, pour tous les rapatriés de cette première étape qui concernera les personnes ayant quitté le Maroc avec un visa de courte durée, pour des raisons touristiques, familiales, administratives ou médicales et qui se trouvent dans une situation vulnérable.

Le ministre, qui répondait à une question centrale à la Chambre des conseillers, a précisé que pour l'Espagne, la priorité sera accordée aux ressortissants marocains résidant dans le sud de l'Espagne, particulièrement Algésiras, avant d'englober ensuite la Catalogne, le Pays Basque et la capitale Madrid. Le Maroc ne passera à un autre pays qu'après avoir rapatrié la totalité de ses ressortissants bloqués dans le premier pays. Le ministre a cité dans cet ordre: Espagne, puis Turquie, puis France, puis pays du Golfe, puis pays africains...

L'opération de rapatriement bénéficiera uniquement aux personnes disposant de visas de courte durée, a-t-il ajouté. Il n'y a "ni seuil ni plafond", les seules limites sont les moyens sanitaires et logistiques du Maroc. Ceci signifie qu'il ne s'agira pas de groupe de 300 Marocains comme les opérations précédentes: "nous avons rapatrié par groupe de 300 à partir de Sebta, Meillia et l'Algérie", pour bien tester notre système, a-t-il déclaré.

"Les autorités marocains sont engagées à mener à bien le rapatriement de ces citoyens selon une approche globale et responsable conciliant entre leur droit garanti au retour, les exigences de la situation épidémiologique et l'impératif de prise en charge des rapatriés et leur accompagnement dans les meilleures conditions."

Dans une seconde étape, "nous pouvons penser aux meilleures modalités pour le rapatriement des autres catégories de Marocains bloqués dans le cadre d'une relation directe entre eux et la RAM", a ajoute Bourita. Pour les autres catégories, il n'y aura donc pas de prise en charge de l'Etat. Aucune indication de délai n'a été donnée pour ces catégories.

Pour rappel, samedi 30 mai, trois avions de la RAM avaient atterri à l'aéroport d'Oujda avec à leur bord 300 Marocains parmi ceux bloqués en Algérie. Il s'agissait de la deuxième opération depuis ce pays. 1.103 Marocains ont été au total rapatriés à ce jour.

Le rapatriement des Marocains a démarré avec Melillia le vendredi 15 mai puis Sebta le vendredi 22 mai, pour un total de 496 Marocains. Les 30 mai et 4 juin, 306 puis 301 Marocains ont été rapatriés d'Alger, d'Oran et de Sidi Bel Abbès.

Le ministre de la Santé Khalid Aït Taleb a récemment annoncé que le rapatriement des Marocains bloqués à l'étranger devra se faire par groupes de 300 personnes par semaine. Et que le nombre va augmenter progressivement.

A lire aussi


Communication financière

CFG Bank - Enregistrement note d’information CD

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.