Déconfinement: Prérequis et scénarios selon un document interne de la Santé

Médias24 a consulté un document interne au ministère de la Santé, qu’il a pu authentifier et qui circule à grande vitesse sur les canaux digitaux. Ce document de la direction de l’épidémiologie est la version au 5 mai d’un travail intitulé “une feuille de route pour la levée du confinement“. Une feuille de route en termes de santé publique s’entend.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/07-05-2020/testsdiagnostiquesauCHUMohammedVIMarrakechMAP40.jpg-oui
 Déconfinement: Prérequis et scénarios selon un document interne de la Santé Tests au CHU Mohammed VI de Marrakech: l'un des prérequis au déconfinement est l'augmentation de la capacité de tests. (Photo MAP)

Le 07 mai 2020 à 20:18

Modifié le 07 mai 2020 à 20:59

Il confirme la tendance à une sortie progressive qui pourrait survenir plus vite qu’on ne le croit. La lecture du document donne vie à la sortie du déconfinement comme hypothèse concrète, palpable et certaine dans un avenir proche.

Le document non officiel (qui n’engage pas le ministère ni le gouvernement) reflète l’état de la réflexion interne.

Il rappelle des principes ou des conclusions:

-maintenir le confinement strict actuel jusqu’à l’extinction de nouveaux cas est impossible. Le document ne le dit pas ainsi, mais aplatir la courbe signifie aussi retarder l’extinction du virus sur le sol national. Celle-ci n’interviendra pas avant fin juillet (selon un scénario indépendant) ou fin septembre (scénario évoqué comme hypothèse dans le document). Il est impossible, pour toutes sortes de considérations, économiques, sociales, psychologiques, de santé publique même, de maintenir le confinement aussi longtemps.

- L’aplatissement de la courbe a entraîné une baisse du taux d’attaque, de la létalité et des cas en réanimation

-Il a évité la saturation du système de santé.

-Il a évité la phase 3 de la propagation qui aurait vu une diffusion communautaire sur tout le territoire.

 -Le document indique au conditionnel que les mesures de précaution, y compris le confinement et les mesures drastiques qui l’ont précédé, “aurait“ évité au Maroc 300.000 à 500.000 nouveaux cas, 9.000 à 15.000 décès (estimé sur la base d’une létalité de 3%) et 4.650 à 7.750 admissions en soins intensifs (estimée sur la base de 1,55% des cas ont nécessité des soins intensifs).

Il va plus loin en déclarant trois régions en fin d’épisode épidémiologique : l’Oriental (dans ce cas, les quelques dizaines de cas actifs sont considérés comme en bonne voie de guérison) ; Laâyoune Sakia Hamra ; Dakhla-Oued Eddahab.
Sept RT (ou R0, passé dans le langage courant) des régions sont en dessous de 1 (0,5 à Guelmim Oued Noun, Souss Massa et Beni Mellal Khenifra ; 0,6 dans le Drâa Tafilalet et zéro ou fin de l’épisode épidémiologique dans l’Oriental et les deux régions du Sud.
Les autres RT (taux de reproduction) se présentent comme suit au 5 mai :
-National : 1,01
-Casa-Settat : 1,09
-Rabat Salé Kénitra : 0,98
-Fès Meknès : 1,04
-Tanger Tétouan Al Hoceima : 1,06
-Marrakech Safi : 1,07.


Le document estime que le pays a subi 4 vagues jusqu’à présent : une début avril ; une seconde vague vers le 19 avril qui représente le pic ; une troisième vers le 21 avril et une quatrième, la vague actuelle provoquée par différents foyers depuis le 1er mai.

Le document non officiel liste les arguments favorables à la sortie du confinement :

-l’impact socio-économique.

-l’impact sanitaire : “Le confinement pèse lourdement sur les autres morbidités, plus difficilement prises en charge dans le contexte épidémique“. On l’a bien vu d’ailleurs dans le cas des maladies chroniques, de la baisse du nombre de consultations non-Covid et de la baisse du taux de vaccination heureusement vite rattrapé. Ceci sans compter les éventuels troubles psychiques.

 De plus, 7 régions ont bien maîtrisé l’épidémie ou sont en voie de le faire. Le document ne le dit pas, mais il est probable que le déconfinement commencera dans ces régions.

En gros, la situation marocaine a évolué très favorablement et les seuls problèmes épidémiologiques aujourd’hui proviennent de foyers (et non d'une diffusion communautaire) dans les 5 grandes régions concernées.

Il voit deux scénarios:

1-ou bien les “sources des foyers qui apparaissent dans les unités industrielles ou commerciales ou encore les collectivités fermées sont maîtrisées“ et dans ce cas, il prévoit la “fin de cet épisode épidémique entre le 16 et le 22 mai“, avec persistance de nouveaux cas sporadiques entre 10 et 20 à la fois jusqu’à la fin de l’épidémie.
Dans ce scénario, il faudrait commencer à préparer le déconfinement dès ce jeudi 7 mai  avec un début de déconfinement possible vers le 13 mai si tout se déroule bien. Dans ce cas, il y aurait extinction de l’épidémie vers le 21 mai avec maintien de cas sporadiques.

 

2-ou bien, si on ne maîtrise pas les foyers en question, une évolution en dents de scie, limitée à certaines zones, comme celle que l’on voit maintenant.
Il liste également plusieurs incertitudes à cause de paramètres inconnus rendant une nouvelle vague épidémiologique possible après le déconfinement.
Dans ce cas, il y aurait comme maintenant un plateau en dents de scie.

 


Les prérequis à une levée du confinement sont les suivants selon ce document :

-“Un système de santé en mesure de faire face à une éventuelle nouvelle vague épidémique et répondre aux autres besoins de santé“

- “Un système d’identification rapide et de prise en charge, aussi bien des cas que de leurs contacts“. Ce sera probablement l’appli de traçage des contaminations en cours d’examen à la CNDP.

- “Un système de surveillance épidémiologique capable de suivre les tendances et de détecter une reprise de l’épidémie“. Le document ne le dit pas, mais cela suppose d’énormes stocks et capacités de dépistage, y compris par les tests sérologiques.

- “Disposer de stock en EPI“, équipements de protection individuelle.

- “Mise en place d’une gouvernance territoriale, en charge de la sortie de confinement“.

Le document préconise une levée du confinement, “selon les principes de progressivité, de géographie“ (les régions indemnes avant, maintenir l’interdiction de circulation entre les villes), les secteurs (cafés, restaurants, industrie, transports…) “et les groupes de population“ (les personnes âgées ou malades resteraient confinées plus longtemps).

Pour les régions, les villes et les communes, un scénario suggère les indicateurs suivants à prendre en compte pour une levée du confinement :

-RT > 0,7

-Un nombre de cas actifs inférieur à 5/100.000 habitants/ semaine.

-Un taux de létalité > 3,6%.
-Un taux de formes sévères ou critiques inférieur à 10%.
-Des capacités en réanimation non dépassées.

>Comment le système national de soins sera adapté.

Parmi les éléments préconisés, continuer la prise en charge des malades. Le Maroc a en effet jusqu’à présent pris en charge tous les malades confirmés au Covid-19.
Autres préconisations : une stratégie de vaccination dès qu’un vaccin sera disponible d’une part et d’autre part, la poursuite de l’investigation autour des cas et le suivi des contacts et enfin de renforcer les programmes de santé, en particulier ceux qui ont fonctionné a minima pendant cette période.

Sur le court terme, à la sortie du confinement, on aurait un renforcement de la stratégie de détection précoce du Covid-19 avec “un système de surveillance exhaustif des cas avec confirmation virologique (tests à PCR) ainsi qu’une stratégie de dépistage des formes asymptomatiques et même des enquêtes de séroprévalence. Cela suppose l’acquisition de tests sérologiques en quantité suffisante.

Tests au CHU Mohammed VI de Marrakech: l'un des prérequis au déconfinement est l'augmentation de la capacité de tests.

Déconfinement: Prérequis et scénarios selon un document interne de la Santé

Le 07 mai 2020 à20:34

Modifié le 07 mai 2020 à 20:59

Médias24 a consulté un document interne au ministère de la Santé, qu’il a pu authentifier et qui circule à grande vitesse sur les canaux digitaux. Ce document de la direction de l’épidémiologie est la version au 5 mai d’un travail intitulé “une feuille de route pour la levée du confinement“. Une feuille de route en termes de santé publique s’entend.

com_redaction-96

Il confirme la tendance à une sortie progressive qui pourrait survenir plus vite qu’on ne le croit. La lecture du document donne vie à la sortie du déconfinement comme hypothèse concrète, palpable et certaine dans un avenir proche.

Le document non officiel (qui n’engage pas le ministère ni le gouvernement) reflète l’état de la réflexion interne.

Il rappelle des principes ou des conclusions:

-maintenir le confinement strict actuel jusqu’à l’extinction de nouveaux cas est impossible. Le document ne le dit pas ainsi, mais aplatir la courbe signifie aussi retarder l’extinction du virus sur le sol national. Celle-ci n’interviendra pas avant fin juillet (selon un scénario indépendant) ou fin septembre (scénario évoqué comme hypothèse dans le document). Il est impossible, pour toutes sortes de considérations, économiques, sociales, psychologiques, de santé publique même, de maintenir le confinement aussi longtemps.

- L’aplatissement de la courbe a entraîné une baisse du taux d’attaque, de la létalité et des cas en réanimation

-Il a évité la saturation du système de santé.

-Il a évité la phase 3 de la propagation qui aurait vu une diffusion communautaire sur tout le territoire.

 -Le document indique au conditionnel que les mesures de précaution, y compris le confinement et les mesures drastiques qui l’ont précédé, “aurait“ évité au Maroc 300.000 à 500.000 nouveaux cas, 9.000 à 15.000 décès (estimé sur la base d’une létalité de 3%) et 4.650 à 7.750 admissions en soins intensifs (estimée sur la base de 1,55% des cas ont nécessité des soins intensifs).

Il va plus loin en déclarant trois régions en fin d’épisode épidémiologique : l’Oriental (dans ce cas, les quelques dizaines de cas actifs sont considérés comme en bonne voie de guérison) ; Laâyoune Sakia Hamra ; Dakhla-Oued Eddahab.
Sept RT (ou R0, passé dans le langage courant) des régions sont en dessous de 1 (0,5 à Guelmim Oued Noun, Souss Massa et Beni Mellal Khenifra ; 0,6 dans le Drâa Tafilalet et zéro ou fin de l’épisode épidémiologique dans l’Oriental et les deux régions du Sud.
Les autres RT (taux de reproduction) se présentent comme suit au 5 mai :
-National : 1,01
-Casa-Settat : 1,09
-Rabat Salé Kénitra : 0,98
-Fès Meknès : 1,04
-Tanger Tétouan Al Hoceima : 1,06
-Marrakech Safi : 1,07.


Le document estime que le pays a subi 4 vagues jusqu’à présent : une début avril ; une seconde vague vers le 19 avril qui représente le pic ; une troisième vers le 21 avril et une quatrième, la vague actuelle provoquée par différents foyers depuis le 1er mai.

Le document non officiel liste les arguments favorables à la sortie du confinement :

-l’impact socio-économique.

-l’impact sanitaire : “Le confinement pèse lourdement sur les autres morbidités, plus difficilement prises en charge dans le contexte épidémique“. On l’a bien vu d’ailleurs dans le cas des maladies chroniques, de la baisse du nombre de consultations non-Covid et de la baisse du taux de vaccination heureusement vite rattrapé. Ceci sans compter les éventuels troubles psychiques.

 De plus, 7 régions ont bien maîtrisé l’épidémie ou sont en voie de le faire. Le document ne le dit pas, mais il est probable que le déconfinement commencera dans ces régions.

En gros, la situation marocaine a évolué très favorablement et les seuls problèmes épidémiologiques aujourd’hui proviennent de foyers (et non d'une diffusion communautaire) dans les 5 grandes régions concernées.

Il voit deux scénarios:

1-ou bien les “sources des foyers qui apparaissent dans les unités industrielles ou commerciales ou encore les collectivités fermées sont maîtrisées“ et dans ce cas, il prévoit la “fin de cet épisode épidémique entre le 16 et le 22 mai“, avec persistance de nouveaux cas sporadiques entre 10 et 20 à la fois jusqu’à la fin de l’épidémie.
Dans ce scénario, il faudrait commencer à préparer le déconfinement dès ce jeudi 7 mai  avec un début de déconfinement possible vers le 13 mai si tout se déroule bien. Dans ce cas, il y aurait extinction de l’épidémie vers le 21 mai avec maintien de cas sporadiques.

 

2-ou bien, si on ne maîtrise pas les foyers en question, une évolution en dents de scie, limitée à certaines zones, comme celle que l’on voit maintenant.
Il liste également plusieurs incertitudes à cause de paramètres inconnus rendant une nouvelle vague épidémiologique possible après le déconfinement.
Dans ce cas, il y aurait comme maintenant un plateau en dents de scie.

 


Les prérequis à une levée du confinement sont les suivants selon ce document :

-“Un système de santé en mesure de faire face à une éventuelle nouvelle vague épidémique et répondre aux autres besoins de santé“

- “Un système d’identification rapide et de prise en charge, aussi bien des cas que de leurs contacts“. Ce sera probablement l’appli de traçage des contaminations en cours d’examen à la CNDP.

- “Un système de surveillance épidémiologique capable de suivre les tendances et de détecter une reprise de l’épidémie“. Le document ne le dit pas, mais cela suppose d’énormes stocks et capacités de dépistage, y compris par les tests sérologiques.

- “Disposer de stock en EPI“, équipements de protection individuelle.

- “Mise en place d’une gouvernance territoriale, en charge de la sortie de confinement“.

Le document préconise une levée du confinement, “selon les principes de progressivité, de géographie“ (les régions indemnes avant, maintenir l’interdiction de circulation entre les villes), les secteurs (cafés, restaurants, industrie, transports…) “et les groupes de population“ (les personnes âgées ou malades resteraient confinées plus longtemps).

Pour les régions, les villes et les communes, un scénario suggère les indicateurs suivants à prendre en compte pour une levée du confinement :

-RT > 0,7

-Un nombre de cas actifs inférieur à 5/100.000 habitants/ semaine.

-Un taux de létalité > 3,6%.
-Un taux de formes sévères ou critiques inférieur à 10%.
-Des capacités en réanimation non dépassées.

>Comment le système national de soins sera adapté.

Parmi les éléments préconisés, continuer la prise en charge des malades. Le Maroc a en effet jusqu’à présent pris en charge tous les malades confirmés au Covid-19.
Autres préconisations : une stratégie de vaccination dès qu’un vaccin sera disponible d’une part et d’autre part, la poursuite de l’investigation autour des cas et le suivi des contacts et enfin de renforcer les programmes de santé, en particulier ceux qui ont fonctionné a minima pendant cette période.

Sur le court terme, à la sortie du confinement, on aurait un renforcement de la stratégie de détection précoce du Covid-19 avec “un système de surveillance exhaustif des cas avec confirmation virologique (tests à PCR) ainsi qu’une stratégie de dépistage des formes asymptomatiques et même des enquêtes de séroprévalence. Cela suppose l’acquisition de tests sérologiques en quantité suffisante.

A lire aussi


Communication financière

LafargeHolcim Maroc : Nomination de deux administrateurs indépendants

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.