Dépistage du Covid-19 en milieu professionnel : La cadence des tests a triplé

La reprise des activités économiques est accompagnée d'un important plan de dépistage à grande échelle en milieu professionnel, pour détecter les asymptomatiques et éviter une nouvelle vague pendant le déconfinement. 

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/29-05-2020/institutpasteurcasablancaphotomap0.jpg-oui
Dépistage du Covid-19 en milieu professionnel : La cadence des tests a triplé

Le 31 mai 2020 à 17:20

Modifié le 01 juin 2020 à 11:36

L'activité reprend en douceur avec le redémarrage progressif de plusieurs pans de l'économie. Cette reprise annonciatrice d'un démarrage officieux du déconfinement est accompagnée d'un important plan de dépistage à grande échelle, opéré par les autorités locales et sanitaires au niveau national.

Médias24 a déjà révélé à travers plusieurs articles que les tests qui étaient réservés aux cas possibles et leurs cas contacts ont été élargis à une cible plus large, notamment les salariés des usines et des grandes surfaces. Ce qui a révélé dans plusieurs cas des foyers de contaminations. Ces foyers se sont multipliés ces dernières semaines et ont créé une vraie crainte chez les autorités sanitaires, une crainte que la situation ne soit plus maîtrisée. 

Plusieurs secteurs ou entreprises ont été déjà dépistés à l'initiative des autorités. Désormais, c'est un plan plus global qui est en cours de préparation entre la CGEM et les autorités dans le cadre de la gestion des risques liés au déconfinement progressif.

Pour ce faire, les membres de la CGEM ont été appelés, via un message envoyé le 29 mai, à répondre à un questionnaire lancé par le patronat pour recueillir les informations nécessaires à la détermination de la stratégie à adopter pour le dépistage des salariés du secteur privé. Les informations recueillies concernent l'effectif et les conditions de travail au sein de l'entreprise.

Tout cela fait partie d'une stratégie expliquée par le ministère de la Santé dans une circulaire datée du 20 mai, annonçant une campagne de dépistage massif jusqu'à fin juillet ou début août. "Le plus juste est de dire une politique de dépistage ciblée à grande échelle, et non de dépistage massif, car nous ne testons pas un citoyen dans la rue comme ce qui est fait en Chine, par exemple", nous explique une source informée. 

En tous les cas, selon la circulaire du ministère de la Santé, l'objectif de ce plan est de détecter précocement le maximum de cas Covid-19 existant au niveau national, le plus rapidement possible par un dépistage des formes asymptomatiques et un diagnostic précoce des formes pauci-symptomatiques (peu de symptômes). Cela permet de réduire la période de transmission et aide à contenir la propagation.

Les directeurs régionaux de la santé ont été appelés à élaborer dans les plus brefs délais des plans régionaux opérationnels de mise en œuvre. Selon cette circulaire, l'objectif chiffré est de 1.790.000 tests de dépistage

Tous les tests réalisés actuellement sont faits en PCR. La circulaire du ministère de la Santé fait également référence à la technique GenXpert. "C'est également une technique PCR, mais elle a la particularité d'être beaucoup plus rapide. Elle donne des résultats en 45 min. Mais le Maroc ne dispose pas d'une grande quantité de ce test, c'est la raison pour laquelle il n'est pas encore généralisé", nous explique une source informée. 

Le test GenXpert est fabriqué par une firme américaine qui dispose de deux usines. "Une, aux Etats-Unis dédiée totalement au marché américain, la seconde est en Suède et c'est celle qui sert le reste du monde. Le Maroc passe des commandes mais il reçoit des quantités au compte-gouttes contrairement aux tests PCR classiques dont il dispose d'un stock important qui suffirait à accompagner les étapes prochaines", nous confie une source sûre. 

Les entreprises ont la possibilité de demander un dépistage

Malheureusement, aucune communication précise ou officielle n'est faite au sujet du plan de dépistage. Médias24 a tenté de reconstituer les actions réalisées dans le cadre de cette circulaire auprès de différentes sources fiables. 

Ainsi, une source informée nous a assuré que la "cadence de dépistage dans le milieu professionnel s'est accélérée depuis le début de cette semaine". "La cadence a plus que triplé. Par exemple, un des laboratoires chargés des tests Covid-19 recevait entre 1.000 et 2.000 prélèvements par jour, il reçoit désormais jusqu'à 6.000 prélèvements."

Plusieurs secteurs d'activité sont ciblés dans le cadre de cette campagne. Hormis le milieu industriel dans lequel les tests ont commencé plus tôt, sont désormais testés l'ensemble des effectifs des banques, les acteurs du transport en commun, les professions libérales, les marchés de gros, les grandes surfaces, les commerçants...

Le choix des secteurs et des entreprises est fait par les autorités locales et sanitaires. Ce sont elles qui décident quel secteur et quelle entreprise se fera dépister en fonction de plusieurs critères. Un planning est ensuite établi en fonction des capacités des laboratoires d'analyse. 

Les entreprises ont la possibilité de demander par elles-mêmes un dépistage pour leur effectifs. Pour cela, elles doivent s'adresser aux autorités locales et sanitaires de leur régions et faire la demande. Ces dernières leur communiqueront un planning et les orienteront vers le lieu où s'effectueront les prélèvements.  

Nous avons cherché à avoir des chiffres précis notamment le nombre de tests réalisés par secteur d'activité, par région ou au moins un chiffre global indiquant le nombre de tests dans le milieu professionnel depuis le début de la campagne. Cette information s'avère être difficile à obtenir. Certaines de nos sources ont malgré tout accepté de partager quelques indicateurs qui nous permettent de mesurer l'ampleur de la campagne.

Sur la région de Rabat par exemple, près de 17.000 prélèvements ont eu lieu en trois jours (du mardi 26 mai à jeudi 28 mai). Sur ces trois jours, 6.000 tests ont déjà été réalisés, alors que ce nombre de tests était habituellement fait en une semaine. 

Ces prélèvements dans la région de Rabat ont ciblé les taxis, une partie des banques, les pharmacies, les poissonniers et les vendeurs des fruits et légumes. 

"Mais chaque région gère les secteurs ciblés en fonction de ses priorités et ses spécificités", nous explique-t-on. En d'autres termes, dans d'autres régions les prélèvements pourraient cibler d'autres secteurs que ceux cités plus haut. 

Les cas covid-19 dans l'industrie ne représentent que 2,8% de l'ensemble des cas

Comme il est difficile de connaitre le nombre exact de tests réalisés dans le milieu professionnel, connaitre le nombre de cas positifs qui en découle l'est davantage.

Cela dit, une étude a été réalisée par les équipes du ministère de l'Industrie sur la base de données collectées auprès des unités industrielles et arrêtées au 28 mai 2020. Cette étude a pour objectif de connaitre la prévalence du Covid-19 en milieu industriel.

"Le taux des cas positifs dans les sites industriels est largement inférieur à la moyenne nationale", nous explique-t-on. Sur toutes les personnes dépistées dans le secteur industriel, les cas positifs représentent 2,46 % alors que la moyenne nationale selon les données du ministère de la Santé est de 4,24%.

Dans le détail, au niveau des industries hors Casablanca qui représentent 67% des emplois, 23.729 tests ont été réalisés au 28 mai. Les cas positifs ne représentent que 1,05% de l'ensemble des cas testés hors Casablanca, soit 250 cas.

A Casablanca, qui concentre 33% des emplois industriels, le taux des cas positifs est de 5,33% de l'ensemble des testés. "En moyenne, pour chaque 412 tests réalisés, il y a 22 cas confirmés".

La majorité des cas diagnostiqués étaient asymptomatiques.

>>Lire aussi : Mohamed Rhajaoui (INH): "Le Maroc va passer à une capacité de 10.000 tests/jour"

Dépistage du Covid-19 en milieu professionnel : La cadence des tests a triplé

Le 31 mai 2020 à17:19

Modifié le 01 juin 2020 à 11:36

La reprise des activités économiques est accompagnée d'un important plan de dépistage à grande échelle en milieu professionnel, pour détecter les asymptomatiques et éviter une nouvelle vague pendant le déconfinement. 

L'activité reprend en douceur avec le redémarrage progressif de plusieurs pans de l'économie. Cette reprise annonciatrice d'un démarrage officieux du déconfinement est accompagnée d'un important plan de dépistage à grande échelle, opéré par les autorités locales et sanitaires au niveau national.

Médias24 a déjà révélé à travers plusieurs articles que les tests qui étaient réservés aux cas possibles et leurs cas contacts ont été élargis à une cible plus large, notamment les salariés des usines et des grandes surfaces. Ce qui a révélé dans plusieurs cas des foyers de contaminations. Ces foyers se sont multipliés ces dernières semaines et ont créé une vraie crainte chez les autorités sanitaires, une crainte que la situation ne soit plus maîtrisée. 

Plusieurs secteurs ou entreprises ont été déjà dépistés à l'initiative des autorités. Désormais, c'est un plan plus global qui est en cours de préparation entre la CGEM et les autorités dans le cadre de la gestion des risques liés au déconfinement progressif.

Pour ce faire, les membres de la CGEM ont été appelés, via un message envoyé le 29 mai, à répondre à un questionnaire lancé par le patronat pour recueillir les informations nécessaires à la détermination de la stratégie à adopter pour le dépistage des salariés du secteur privé. Les informations recueillies concernent l'effectif et les conditions de travail au sein de l'entreprise.

Tout cela fait partie d'une stratégie expliquée par le ministère de la Santé dans une circulaire datée du 20 mai, annonçant une campagne de dépistage massif jusqu'à fin juillet ou début août. "Le plus juste est de dire une politique de dépistage ciblée à grande échelle, et non de dépistage massif, car nous ne testons pas un citoyen dans la rue comme ce qui est fait en Chine, par exemple", nous explique une source informée. 

En tous les cas, selon la circulaire du ministère de la Santé, l'objectif de ce plan est de détecter précocement le maximum de cas Covid-19 existant au niveau national, le plus rapidement possible par un dépistage des formes asymptomatiques et un diagnostic précoce des formes pauci-symptomatiques (peu de symptômes). Cela permet de réduire la période de transmission et aide à contenir la propagation.

Les directeurs régionaux de la santé ont été appelés à élaborer dans les plus brefs délais des plans régionaux opérationnels de mise en œuvre. Selon cette circulaire, l'objectif chiffré est de 1.790.000 tests de dépistage

Tous les tests réalisés actuellement sont faits en PCR. La circulaire du ministère de la Santé fait également référence à la technique GenXpert. "C'est également une technique PCR, mais elle a la particularité d'être beaucoup plus rapide. Elle donne des résultats en 45 min. Mais le Maroc ne dispose pas d'une grande quantité de ce test, c'est la raison pour laquelle il n'est pas encore généralisé", nous explique une source informée. 

Le test GenXpert est fabriqué par une firme américaine qui dispose de deux usines. "Une, aux Etats-Unis dédiée totalement au marché américain, la seconde est en Suède et c'est celle qui sert le reste du monde. Le Maroc passe des commandes mais il reçoit des quantités au compte-gouttes contrairement aux tests PCR classiques dont il dispose d'un stock important qui suffirait à accompagner les étapes prochaines", nous confie une source sûre. 

Les entreprises ont la possibilité de demander un dépistage

Malheureusement, aucune communication précise ou officielle n'est faite au sujet du plan de dépistage. Médias24 a tenté de reconstituer les actions réalisées dans le cadre de cette circulaire auprès de différentes sources fiables. 

Ainsi, une source informée nous a assuré que la "cadence de dépistage dans le milieu professionnel s'est accélérée depuis le début de cette semaine". "La cadence a plus que triplé. Par exemple, un des laboratoires chargés des tests Covid-19 recevait entre 1.000 et 2.000 prélèvements par jour, il reçoit désormais jusqu'à 6.000 prélèvements."

Plusieurs secteurs d'activité sont ciblés dans le cadre de cette campagne. Hormis le milieu industriel dans lequel les tests ont commencé plus tôt, sont désormais testés l'ensemble des effectifs des banques, les acteurs du transport en commun, les professions libérales, les marchés de gros, les grandes surfaces, les commerçants...

Le choix des secteurs et des entreprises est fait par les autorités locales et sanitaires. Ce sont elles qui décident quel secteur et quelle entreprise se fera dépister en fonction de plusieurs critères. Un planning est ensuite établi en fonction des capacités des laboratoires d'analyse. 

Les entreprises ont la possibilité de demander par elles-mêmes un dépistage pour leur effectifs. Pour cela, elles doivent s'adresser aux autorités locales et sanitaires de leur régions et faire la demande. Ces dernières leur communiqueront un planning et les orienteront vers le lieu où s'effectueront les prélèvements.  

Nous avons cherché à avoir des chiffres précis notamment le nombre de tests réalisés par secteur d'activité, par région ou au moins un chiffre global indiquant le nombre de tests dans le milieu professionnel depuis le début de la campagne. Cette information s'avère être difficile à obtenir. Certaines de nos sources ont malgré tout accepté de partager quelques indicateurs qui nous permettent de mesurer l'ampleur de la campagne.

Sur la région de Rabat par exemple, près de 17.000 prélèvements ont eu lieu en trois jours (du mardi 26 mai à jeudi 28 mai). Sur ces trois jours, 6.000 tests ont déjà été réalisés, alors que ce nombre de tests était habituellement fait en une semaine. 

Ces prélèvements dans la région de Rabat ont ciblé les taxis, une partie des banques, les pharmacies, les poissonniers et les vendeurs des fruits et légumes. 

"Mais chaque région gère les secteurs ciblés en fonction de ses priorités et ses spécificités", nous explique-t-on. En d'autres termes, dans d'autres régions les prélèvements pourraient cibler d'autres secteurs que ceux cités plus haut. 

Les cas covid-19 dans l'industrie ne représentent que 2,8% de l'ensemble des cas

Comme il est difficile de connaitre le nombre exact de tests réalisés dans le milieu professionnel, connaitre le nombre de cas positifs qui en découle l'est davantage.

Cela dit, une étude a été réalisée par les équipes du ministère de l'Industrie sur la base de données collectées auprès des unités industrielles et arrêtées au 28 mai 2020. Cette étude a pour objectif de connaitre la prévalence du Covid-19 en milieu industriel.

"Le taux des cas positifs dans les sites industriels est largement inférieur à la moyenne nationale", nous explique-t-on. Sur toutes les personnes dépistées dans le secteur industriel, les cas positifs représentent 2,46 % alors que la moyenne nationale selon les données du ministère de la Santé est de 4,24%.

Dans le détail, au niveau des industries hors Casablanca qui représentent 67% des emplois, 23.729 tests ont été réalisés au 28 mai. Les cas positifs ne représentent que 1,05% de l'ensemble des cas testés hors Casablanca, soit 250 cas.

A Casablanca, qui concentre 33% des emplois industriels, le taux des cas positifs est de 5,33% de l'ensemble des testés. "En moyenne, pour chaque 412 tests réalisés, il y a 22 cas confirmés".

La majorité des cas diagnostiqués étaient asymptomatiques.

>>Lire aussi : Mohamed Rhajaoui (INH): "Le Maroc va passer à une capacité de 10.000 tests/jour"

A lire aussi


Communication financière

SONASID : Effets de la crise sanitaire sur les résultats du 1er semestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.