Changes: Des comptes en devises pour les Marocains

D'ici la fin de l'année, les Marocains auront le droit de détenir des comptes en devises ou des comptes en Dirhams convertibles chez les banques marocaines.

Changes: Des comptes en devises pour les Marocains

Le 05 novembre 2019 à 10:03

Modifié le 06 novembre 2019 à 08:16

Dans le sillage de l’opération de régularisation des avoirs extérieurs programmée dans le cadre de la loi de Finances 2020, le ministère de l’Economie et des Finances envisage un assouplissement ou une évolution de la réglementation de changes.

"On va évoluer progressivement vers un système beaucoup plus souple sur la relation du Marocain à la devise", explique Mohamed Benchaâboun.

La principale mesure dans ce changement attendue pour la fin d’année 2019, est d’accorder aux Marocains la possibilité d’avoir des comptes en devises.

Ces comptes en devises seront alimentés "a minima" par les dotations touristiques et davantage dans certains cas.

Comme pour la dotation touristique, le montant qu’il est possible de déposer sur ce compte sera indexé sur le revenu avec un plafond.

Ce plafond permet à l’Etat de garder un œil sur le contrôle de changes car c’est le seul moyen de s’assurer que le Maroc n’aura pas de problème de réserves de changes et donc à payer ses importations à un instant donné.  Benchaâboun a présenté cette décision comme une mesure de confiance qui devrait entre autres encourager les Marocains à rapatrier les avoirs liquides détenus à l'étranger.

"Si on change les règles de base, les comportements changeront. En d’autres termes, la loi vous permet de détenir de la devise, il n’y a plus aucun besoin de recourir à un compte en devises à l’étranger dans l’illégalité par rapport à la réglementation marocaine", explique le ministre de l’Economie et des Finances.

Le ministre donne un exemple concret. "Dans le cadre de la précédente opération, certains Marocains ont régularisé leur situation en déclarant des biens immobiliers à l’étranger. Ces biens peuvent être loués. La réglementation actuelle ne permet à ces Marocains pas de rapatrier les montants de la location sur des comptes en devises au Maroc et à payer à partir de ce montant le syndic ou les charges communes. On leur disait ouvrez un compte à l’étranger. Aujourd’hui, nous allons leur permettre d’avoir un compte en devises, de l’alimenter par ces revenus et de ponctionner dessus pour régler les différentes dépenses", détaille-t-il.

Pour le ministre, avoir un compte en Europe ou au Maroc importe peu "à partir du moment où on la possibilité de faire la même dépense exactement de la même façon. Nos banques sont à un niveau tellement développé dans ce cadre qu’il n’y a vraiment aucune différence", ajoute-t-il.

C’est une mesure qui a double objectif. D’un côté assouplir la réglementation qui est jusque-là restrictive sur la question des devises et ainsi supprimer certaines motivations derrière le contournement de la réglementation marocaine.

De l’autre, permettre à tous ceux les Marocains en infraction de régulariser leurs situations et d'être dans la légalité.

De toute les façons, "à partir de 2021 les choses vont changer", promet le ministre.

"S’ils ne déclarent pas d'eux-mêmes, l’information nous parviendra de façon automatique dans le cadre des échanges de données", insiste le ministre.

Tags : Devises

Changes: Des comptes en devises pour les Marocains

Le 05 novembre 2019 à10:09

Modifié le 06 novembre 2019 à 08:16

D'ici la fin de l'année, les Marocains auront le droit de détenir des comptes en devises ou des comptes en Dirhams convertibles chez les banques marocaines.

Dans le sillage de l’opération de régularisation des avoirs extérieurs programmée dans le cadre de la loi de Finances 2020, le ministère de l’Economie et des Finances envisage un assouplissement ou une évolution de la réglementation de changes.

"On va évoluer progressivement vers un système beaucoup plus souple sur la relation du Marocain à la devise", explique Mohamed Benchaâboun.

La principale mesure dans ce changement attendue pour la fin d’année 2019, est d’accorder aux Marocains la possibilité d’avoir des comptes en devises.

Ces comptes en devises seront alimentés "a minima" par les dotations touristiques et davantage dans certains cas.

Comme pour la dotation touristique, le montant qu’il est possible de déposer sur ce compte sera indexé sur le revenu avec un plafond.

Ce plafond permet à l’Etat de garder un œil sur le contrôle de changes car c’est le seul moyen de s’assurer que le Maroc n’aura pas de problème de réserves de changes et donc à payer ses importations à un instant donné.  Benchaâboun a présenté cette décision comme une mesure de confiance qui devrait entre autres encourager les Marocains à rapatrier les avoirs liquides détenus à l'étranger.

"Si on change les règles de base, les comportements changeront. En d’autres termes, la loi vous permet de détenir de la devise, il n’y a plus aucun besoin de recourir à un compte en devises à l’étranger dans l’illégalité par rapport à la réglementation marocaine", explique le ministre de l’Economie et des Finances.

Le ministre donne un exemple concret. "Dans le cadre de la précédente opération, certains Marocains ont régularisé leur situation en déclarant des biens immobiliers à l’étranger. Ces biens peuvent être loués. La réglementation actuelle ne permet à ces Marocains pas de rapatrier les montants de la location sur des comptes en devises au Maroc et à payer à partir de ce montant le syndic ou les charges communes. On leur disait ouvrez un compte à l’étranger. Aujourd’hui, nous allons leur permettre d’avoir un compte en devises, de l’alimenter par ces revenus et de ponctionner dessus pour régler les différentes dépenses", détaille-t-il.

Pour le ministre, avoir un compte en Europe ou au Maroc importe peu "à partir du moment où on la possibilité de faire la même dépense exactement de la même façon. Nos banques sont à un niveau tellement développé dans ce cadre qu’il n’y a vraiment aucune différence", ajoute-t-il.

C’est une mesure qui a double objectif. D’un côté assouplir la réglementation qui est jusque-là restrictive sur la question des devises et ainsi supprimer certaines motivations derrière le contournement de la réglementation marocaine.

De l’autre, permettre à tous ceux les Marocains en infraction de régulariser leurs situations et d'être dans la légalité.

De toute les façons, "à partir de 2021 les choses vont changer", promet le ministre.

"S’ils ne déclarent pas d'eux-mêmes, l’information nous parviendra de façon automatique dans le cadre des échanges de données", insiste le ministre.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.