Dossier Cet article est issu du dossier «Spécial Logismed 2019» Voir tout le sommaire

Des infrastructures à la hauteur de la stratégie logistique nationale

Les efforts du Maroc en matière de développement d’infrastructures logistiques sont indéniables. L’accélération de la construction de ports, de réseaux routiers et autoroutiers et de structures ferroviaires consolide les ambitions de la stratégie nationale de la compétitivité logistique. Le point.

Des infrastructures à la hauteur de la stratégie logistique nationale

Le 08 avril 2019 à 18:39

Modifié le 09 avril 2019 à 15:46

“S’il existe bien un domaine logistique dont notre pays peut être fier, c’est celui des infrastructures. Nous disposons d’importantes infrastructures logistiques qu’elles soient routières, portuaires ou encore ferroviaires“, affirme un opérateur du secteur logistique.

Ainsi, sur le plan purement foncier pouvant abriter des zones logistiques, le patrimoine portuaire compte actuellement plusieurs sites destinés à jouer le rôle de nœuds logistiques en complément des services rendus par les infrastructures et les superstructures situées dans les enceintes portuaires.

“Parmi ces sites, figurent le port sec de Zenata s’étendant sur une superficie de 200 ha, une zone industrielle faisant partie de l’assiette du port de Dakhla se déployant sur une surface de 270 ha, une zone industrielle du port de Nador s'étalant sur 60 ha, une zone industrielle du port de Tan Tan qui occupe 28 ha, une zone de stockage du port de Laâyoune de plus de 10 ha et un parking pour stationnement des poids lourds dans la région de Casablanca d’une superficie d’environ 12 ha“, soutient une source autorisée au sein de l’ANP.

Ports. Une demande de 300 millions de tonnes annuellement en 2030

Le projet de la zone logistique de Zenata constitue le noyau dur et l’un des projets structurants de la stratégie de compétitivité logistique. Dans la déclinaison de cette vision, l’ANP continue son action portant sur l’assainissement et l’acquisition du foncier de ladite zone qui devra s’étendre sur environ 200 hectares.

Actuellement, le foncier assaini porte sur environ 146 hectares ce qui représente 74 % de l’assiette globale du projet. Sur le plan financier de l’opération d’acquisition du foncier, l’ANP a déboursé l’équivalent de 700 millions de DH.

“Le programme d’investissement de l’ANP au titre de la période 2019-2021 porte sur une enveloppe globale de 3,1 milliards de DH. C’est le meilleur levier permettant d’illustrer les efforts déployés par l’Agence dans son élan visant le développement, la modernisation et la maintenance de l’outil portuaire national“, nous annonce cette source à l’ANP.

Dans le cadre de la stratégie portuaire à l’horizon 2030, la capacité de l’outil portuaire national est estimée à plus de 40 millions de tonnes annuellement. Cette capacité sera renforcée avec la mise en œuvre des préconisations de cette stratégie qui prévoit une demande potentielle dépassant les 300 millions de tonnes annuellement.

Un large réseau routier

En termes de continuité des investissements pour une autoroute plus accessible et plus fluide, et pour répondre aux attentes des usagers en matière de fluidité de la circulation, l’année 2018 a été marquée par la concrétisation de nombreux projets, dont la mise en service de trois nouveaux échangeurs et l’extension de plusieurs gares de péage sur le réseau, en plus de plusieurs autres aménagements sur les autoroutes en service, pour un investissement global de 400 millions de DH.

Le réseau routier national totalise une longueur de 57.334 km, dont 43.318 km revêtus (76%) et 14.016 km aménagés ou à l’état de pistes (26%).

Le parc d’ouvrages d’art comprend 9.936 unités.

Le réseau autoroutier est d’un linéaire de 1.800 km avec un parc d’ouvrages d’art de 1.374 unités. Le réseau comprend aussi 1.124 km de voies express (3% du réseau revêtu).

Les routes nationales s’accaparent 40,88% du total, les autoroutes 22,43%, les routes régionales 20,53% et les routes provinciales 18,49%.

Les routes assurent 90% de la mobilité des personnes et 75% de celle des marchandises, hors phosphates.

Tanger Med. 30 milliards de DH de chiffre d’affaires en logistique

Le complexe portuaire de Tanger Med s’étend sur 1.000 ha et englobe le port Tanger Med 1, qui comprend deux terminaux à conteneurs, un terminal ferroviaire, un terminal à hydrocarbures, un terminal de marchandises diverses et un terminal véhicules, et le port Tanger Med 2, qui comprend deux terminaux à conteneurs.

En 2017, le port de Tanger Med s’est connecté à 174 ports et 74 pays. Tanger Med est désormais le 1er port à conteneurs en Afrique et la 1ère plateforme d’exportation du Maroc. Le nombre de conteneurs traités sur les deux terminaux du port Tanger Med 1 en 2018 est de 3.472.451 EVP (Équivalent Vingt Pieds).

L’année 2019 marquera l’ouverture du port Tanger Med 2. D’une capacité nominale totale d’environ 6 millions d’EVP, le port Tanger Med 2, qui correspond à un investissement public en infrastructures de l’ordre de 14 milliards DH, portera la capacité totale des terminaux à conteneurs de Tanger Med à 9 millions d’EVP, faisant du complexe l’un des plus importants hubs de transbordement en Atlantique et en Méditerranée.

La logistique à Tanger Med génère un volume d’affaires global de 30 milliards DH. Tanger Med propose une offre complète de prestations qui couvre toute la chaîne logistique pour le traitement des marchandises.

Le terminal ferroviaire de Tanger Med est doté d’une superficie de 10 ha et de 3 voies d’une longueur de 800 ml, ainsi que d’une voie de garage.

Fret ONCF. Une offre diversifiée

En plus des atouts spécifiques du mode ferroviaire, le fret offre une capacité importante d’acheminement de masses : 4.000 tonnes par train, soit l’équivalent de 150 camions d’une capacité de 30 tonnes.

Pour le transport du phosphate et des produits chimiques, OCP et l’ONCF ont signé un contrat pour la période 2016-2021, dans la lignée du partenariat historique liant les deux opérateurs nationaux. En 2016, ce sont 19 millions de tonnes de phosphate qui ont été transportées, pour un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de dirhams, en hausse de 8 % par rapport aux prévisions initiales. La même année, 4,2 millions de tonnes de produits chimiques ont été acheminées de l’usine de Safi vers le port, en hausse de 10 % par rapport à l’année précédente, pour un chiffre d’affaires de 109 millions de dirhams.

Au titre des minerais et matériaux BTP, l’ONCF a transporté 2,41 millions de tonnes dans ce segment en 2016 et a réalisé un chiffre d’affaires de 82 millions de dirhams. Quant au trafic des produits de cimenterie, 1.815.000 tonnes de calcaire ont été transportées et 67.000 tonnes de ciment et clinker ont été acheminées pour le compte de Lafarge Holcim.

Pour le secteur automobile, le transport de véhicules entre l’usine Renault et le port de Tanger Med est en constante augmentation, grâce à la mise en œuvre d’une offre de 6 trains par jour dans chaque sens ayant permis le transport de 1.500 voitures par jour. Ces prestations de transport entre l’usine et le port de Tanger Med sont complétées par une offre de stockage de véhicules à Casablanca Mita et le transport de 20.000 véhicules entre Casablanca et Tanger Med. Fort de cette expérience réussie avec Renault, l’ONCF a déjà signé un contrat avec PSA pour l’acheminement de 100.000 à 200.000 véhicules entre Kénitra et Tanger Med.

L’ONCF Fret dispose également d’une offre pour le transport des céréales ainsi que pour le charbon et les hydrocarbures.

L’offre fret de l’ONCF :

-80.000 tonnes transportées par jour.

-19.000 conteneurs.

-185 clients grands comptes.

-70 trains par jour en circulation.

-5.500 wagons à marchandises.

-35 produits transportés.

-70% du trafic de et vers les ports.

-3 ports secs à Casablanca (Port sec Mita à Ain Sbaâ d’une superficie de 8 ha, Zone industrielle Bensouda à Fès d’une superficie de 5,5 ha et le port sec de Sidi Ghanem à Marrakech d’une superficie de 4,4 ha).

Des infrastructures à la hauteur de la stratégie logistique nationale

Le 09 avril 2019 à09:04

Modifié le 09 avril 2019 à 15:46

Les efforts du Maroc en matière de développement d’infrastructures logistiques sont indéniables. L’accélération de la construction de ports, de réseaux routiers et autoroutiers et de structures ferroviaires consolide les ambitions de la stratégie nationale de la compétitivité logistique. Le point.

“S’il existe bien un domaine logistique dont notre pays peut être fier, c’est celui des infrastructures. Nous disposons d’importantes infrastructures logistiques qu’elles soient routières, portuaires ou encore ferroviaires“, affirme un opérateur du secteur logistique.

Ainsi, sur le plan purement foncier pouvant abriter des zones logistiques, le patrimoine portuaire compte actuellement plusieurs sites destinés à jouer le rôle de nœuds logistiques en complément des services rendus par les infrastructures et les superstructures situées dans les enceintes portuaires.

“Parmi ces sites, figurent le port sec de Zenata s’étendant sur une superficie de 200 ha, une zone industrielle faisant partie de l’assiette du port de Dakhla se déployant sur une surface de 270 ha, une zone industrielle du port de Nador s'étalant sur 60 ha, une zone industrielle du port de Tan Tan qui occupe 28 ha, une zone de stockage du port de Laâyoune de plus de 10 ha et un parking pour stationnement des poids lourds dans la région de Casablanca d’une superficie d’environ 12 ha“, soutient une source autorisée au sein de l’ANP.

Ports. Une demande de 300 millions de tonnes annuellement en 2030

Le projet de la zone logistique de Zenata constitue le noyau dur et l’un des projets structurants de la stratégie de compétitivité logistique. Dans la déclinaison de cette vision, l’ANP continue son action portant sur l’assainissement et l’acquisition du foncier de ladite zone qui devra s’étendre sur environ 200 hectares.

Actuellement, le foncier assaini porte sur environ 146 hectares ce qui représente 74 % de l’assiette globale du projet. Sur le plan financier de l’opération d’acquisition du foncier, l’ANP a déboursé l’équivalent de 700 millions de DH.

“Le programme d’investissement de l’ANP au titre de la période 2019-2021 porte sur une enveloppe globale de 3,1 milliards de DH. C’est le meilleur levier permettant d’illustrer les efforts déployés par l’Agence dans son élan visant le développement, la modernisation et la maintenance de l’outil portuaire national“, nous annonce cette source à l’ANP.

Dans le cadre de la stratégie portuaire à l’horizon 2030, la capacité de l’outil portuaire national est estimée à plus de 40 millions de tonnes annuellement. Cette capacité sera renforcée avec la mise en œuvre des préconisations de cette stratégie qui prévoit une demande potentielle dépassant les 300 millions de tonnes annuellement.

Un large réseau routier

En termes de continuité des investissements pour une autoroute plus accessible et plus fluide, et pour répondre aux attentes des usagers en matière de fluidité de la circulation, l’année 2018 a été marquée par la concrétisation de nombreux projets, dont la mise en service de trois nouveaux échangeurs et l’extension de plusieurs gares de péage sur le réseau, en plus de plusieurs autres aménagements sur les autoroutes en service, pour un investissement global de 400 millions de DH.

Le réseau routier national totalise une longueur de 57.334 km, dont 43.318 km revêtus (76%) et 14.016 km aménagés ou à l’état de pistes (26%).

Le parc d’ouvrages d’art comprend 9.936 unités.

Le réseau autoroutier est d’un linéaire de 1.800 km avec un parc d’ouvrages d’art de 1.374 unités. Le réseau comprend aussi 1.124 km de voies express (3% du réseau revêtu).

Les routes nationales s’accaparent 40,88% du total, les autoroutes 22,43%, les routes régionales 20,53% et les routes provinciales 18,49%.

Les routes assurent 90% de la mobilité des personnes et 75% de celle des marchandises, hors phosphates.

Tanger Med. 30 milliards de DH de chiffre d’affaires en logistique

Le complexe portuaire de Tanger Med s’étend sur 1.000 ha et englobe le port Tanger Med 1, qui comprend deux terminaux à conteneurs, un terminal ferroviaire, un terminal à hydrocarbures, un terminal de marchandises diverses et un terminal véhicules, et le port Tanger Med 2, qui comprend deux terminaux à conteneurs.

En 2017, le port de Tanger Med s’est connecté à 174 ports et 74 pays. Tanger Med est désormais le 1er port à conteneurs en Afrique et la 1ère plateforme d’exportation du Maroc. Le nombre de conteneurs traités sur les deux terminaux du port Tanger Med 1 en 2018 est de 3.472.451 EVP (Équivalent Vingt Pieds).

L’année 2019 marquera l’ouverture du port Tanger Med 2. D’une capacité nominale totale d’environ 6 millions d’EVP, le port Tanger Med 2, qui correspond à un investissement public en infrastructures de l’ordre de 14 milliards DH, portera la capacité totale des terminaux à conteneurs de Tanger Med à 9 millions d’EVP, faisant du complexe l’un des plus importants hubs de transbordement en Atlantique et en Méditerranée.

La logistique à Tanger Med génère un volume d’affaires global de 30 milliards DH. Tanger Med propose une offre complète de prestations qui couvre toute la chaîne logistique pour le traitement des marchandises.

Le terminal ferroviaire de Tanger Med est doté d’une superficie de 10 ha et de 3 voies d’une longueur de 800 ml, ainsi que d’une voie de garage.

Fret ONCF. Une offre diversifiée

En plus des atouts spécifiques du mode ferroviaire, le fret offre une capacité importante d’acheminement de masses : 4.000 tonnes par train, soit l’équivalent de 150 camions d’une capacité de 30 tonnes.

Pour le transport du phosphate et des produits chimiques, OCP et l’ONCF ont signé un contrat pour la période 2016-2021, dans la lignée du partenariat historique liant les deux opérateurs nationaux. En 2016, ce sont 19 millions de tonnes de phosphate qui ont été transportées, pour un chiffre d’affaires de 1,5 milliard de dirhams, en hausse de 8 % par rapport aux prévisions initiales. La même année, 4,2 millions de tonnes de produits chimiques ont été acheminées de l’usine de Safi vers le port, en hausse de 10 % par rapport à l’année précédente, pour un chiffre d’affaires de 109 millions de dirhams.

Au titre des minerais et matériaux BTP, l’ONCF a transporté 2,41 millions de tonnes dans ce segment en 2016 et a réalisé un chiffre d’affaires de 82 millions de dirhams. Quant au trafic des produits de cimenterie, 1.815.000 tonnes de calcaire ont été transportées et 67.000 tonnes de ciment et clinker ont été acheminées pour le compte de Lafarge Holcim.

Pour le secteur automobile, le transport de véhicules entre l’usine Renault et le port de Tanger Med est en constante augmentation, grâce à la mise en œuvre d’une offre de 6 trains par jour dans chaque sens ayant permis le transport de 1.500 voitures par jour. Ces prestations de transport entre l’usine et le port de Tanger Med sont complétées par une offre de stockage de véhicules à Casablanca Mita et le transport de 20.000 véhicules entre Casablanca et Tanger Med. Fort de cette expérience réussie avec Renault, l’ONCF a déjà signé un contrat avec PSA pour l’acheminement de 100.000 à 200.000 véhicules entre Kénitra et Tanger Med.

L’ONCF Fret dispose également d’une offre pour le transport des céréales ainsi que pour le charbon et les hydrocarbures.

L’offre fret de l’ONCF :

-80.000 tonnes transportées par jour.

-19.000 conteneurs.

-185 clients grands comptes.

-70 trains par jour en circulation.

-5.500 wagons à marchandises.

-35 produits transportés.

-70% du trafic de et vers les ports.

-3 ports secs à Casablanca (Port sec Mita à Ain Sbaâ d’une superficie de 8 ha, Zone industrielle Bensouda à Fès d’une superficie de 5,5 ha et le port sec de Sidi Ghanem à Marrakech d’une superficie de 4,4 ha).

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.