Des médecins soutiennent leur confrère arrêté dans l'affaire Hajar Raissouni

Des médecins signent un communiqué de solidarité vis-à-vis de Mohammed Jamal Belkziz, gynécologue accusé dans l’afffaire de la journaliste Hajar Raissouni. Ils appellent à la révision du cadre législatif régissant les relations entre le médecin et ses patients dans le cadre du secret médical.

Des médecins soutiennent leur confrère arrêté dans l'affaire Hajar Raissouni

Le 14 septembre 2019 à 17:55

Modifié le 14 septembre 2019 à 20:35

 Quatre organisations marocaines de médecins ont publié, ce samedi 14 septembre, un communiqué conjoint pour exprimer leur soutien au docteur Mohammed Jamal Belkeziz, gynécologue obstétrique impliqué dans l’affaire Hajar Raissouni, journaliste jugée pour des accusations d’avortement illégal.

Les signataires du communiqué le Syndicat national des endocrinologues diabétologues libéraux du Maorc, l’Association des médecins cardiologues du privé et la région Rabat et Kénitra, la Fédération marocaine des pédiatres et l’Association des gastroentérologues du privé de Rabat.

Tous se déclarent « être profondément préoccupés par les conditions d’interpellation, d’arrestation et de détention de leur confrère ». Accusé de pratiquer l’avortement de manière « habituelle », M. Belkeziz risque jusqu’à 10 ans de réclusion criminelle.

Les quatre organisations disent accorder leur « totale confiance » aux déclarations leur confrère qui a affirmé avoir « agi dans une situation d’urgence à laquelle tout médecin se doit d’intervenir en favorisant avant toute considération, la préservation de la vie de son patient ».

Dans le même communiqué, on affirme, en outre, « sa totale solidarité » au prévenu « qui jouit d’une réputation honorable, d’une moralité exemplaire et du respect du code de déontologie dans l’exercice de sa profession ».

Les signataires soutiennent par ailleurs la position du CNDH appelant à harmoniser le cadre législatif de pays avec les dispositions de sa constitution et les conventions internationales. A ce titre, ils appellent à « une révision » des dispositions portant sur « les relations entre le médecin et ses patients dans le cadre du secret médical, notamment en situation d’urgence ». L’objectif étant de « préserver » le premier lorsqu’il agit dans « fans le cadre de sa profession tout en lui permettant de protéger la vie privée et l’intimité des malades », conclut le communiqué.

Des médecins soutiennent leur confrère arrêté dans l'affaire Hajar Raissouni

Le 14 septembre 2019 à18:30

Modifié le 14 septembre 2019 à 20:35

Des médecins signent un communiqué de solidarité vis-à-vis de Mohammed Jamal Belkziz, gynécologue accusé dans l’afffaire de la journaliste Hajar Raissouni. Ils appellent à la révision du cadre législatif régissant les relations entre le médecin et ses patients dans le cadre du secret médical.

 Quatre organisations marocaines de médecins ont publié, ce samedi 14 septembre, un communiqué conjoint pour exprimer leur soutien au docteur Mohammed Jamal Belkeziz, gynécologue obstétrique impliqué dans l’affaire Hajar Raissouni, journaliste jugée pour des accusations d’avortement illégal.

Les signataires du communiqué le Syndicat national des endocrinologues diabétologues libéraux du Maorc, l’Association des médecins cardiologues du privé et la région Rabat et Kénitra, la Fédération marocaine des pédiatres et l’Association des gastroentérologues du privé de Rabat.

Tous se déclarent « être profondément préoccupés par les conditions d’interpellation, d’arrestation et de détention de leur confrère ». Accusé de pratiquer l’avortement de manière « habituelle », M. Belkeziz risque jusqu’à 10 ans de réclusion criminelle.

Les quatre organisations disent accorder leur « totale confiance » aux déclarations leur confrère qui a affirmé avoir « agi dans une situation d’urgence à laquelle tout médecin se doit d’intervenir en favorisant avant toute considération, la préservation de la vie de son patient ».

Dans le même communiqué, on affirme, en outre, « sa totale solidarité » au prévenu « qui jouit d’une réputation honorable, d’une moralité exemplaire et du respect du code de déontologie dans l’exercice de sa profession ».

Les signataires soutiennent par ailleurs la position du CNDH appelant à harmoniser le cadre législatif de pays avec les dispositions de sa constitution et les conventions internationales. A ce titre, ils appellent à « une révision » des dispositions portant sur « les relations entre le médecin et ses patients dans le cadre du secret médical, notamment en situation d’urgence ». L’objectif étant de « préserver » le premier lorsqu’il agit dans « fans le cadre de sa profession tout en lui permettant de protéger la vie privée et l’intimité des malades », conclut le communiqué.

A lire aussi


Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.