Dialogue interlibyen: les parties s’accordent sur les postes de souveraineté

Les délégations du Haut Conseil d'Etat et de la Chambre des représentants libyens se sont mises d’accord, samedi à Bouznika, sur la formation et la nomination d'équipes de travail réduites pour prendre des mesures pratiques au sujet des occupants des postes de souveraineté.

0-https://www.medias24.com//photos_articles/big/24-01-2021/libye-bouznika00.jpg-oui
Dialogue interlibyen : Les parties s’accordent sur les postes de souveraineté

Le 24 janvier 2021 à 10:42

Modifié le 25 janvier 2021 à 09:54

Les équipes de travail veilleront notamment à l’élaboration des formulaires de candidature et inviteront les candidats à présenter leurs dossiers, qui doivent répondre aux critères et conditions convenus, indique le communiqué final sanctionnant les travaux d’un nouveau round du dialogue interlibyen. Ces équipes vont également s’assurer de la conformité des candidatures avec les critères et conditions mis en place, comme elles recevront les formulaires de candidature et les curriculum vitae des candidats à partir du 26 janvier 2021 à midi jusqu’au 2 février prochain (fin de journée).

D’après la même source, les postes de souveraineté concernés sont ceux de gouverneur de la banque centrale et son adjoint, de président de l’autorité de contrôle administratif et son adjoint, de président du bureau d'audit et son adjoint, de président de l’Instance de lutte contre la corruption et son adjoint, outre le poste de président de la Haute commission électorale libyenne.

Le communiqué a aussi mis l’accent sur la nécessité de respecter les critères de compétence et de professionnalisme, et de veiller à l’équilibre géographique à même de garantir une répartition équitable de tous les postes supérieurs dans les institutions de l’Etat (gouvernement, postes de leadership dans les institutions économiques et de services outre ceux de souveraineté).

Les nominations à ces postes prennent fin dès clôture de l’étape préliminaire puisque les prérogatives seront restaurées aux autorités élues et au gouvernement chargé de ces autorités.

Concernant les postes de président de la cour suprême et de procureur général, le communiqué a relevé que les mesures stipulées dans les législations en vigueur y seront appliquées.

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération internationale et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, a souligné de son côté que l’engagement du Royaume dans les efforts visant à mettre un terme à la crise libyenne repose sur quatre déterminants: soutenir les Libyens et les accompagner sans les remplacer dans leurs décisions, rester attacher à la légitimité institutionnelle en Libye et aux institutions légitimes issues de l’accord de Skhirat.

Il s’agit aussi d’oeuvrer dans un cadre clair aux côtés de l'organisation des Nations unies en tant que contributeur au dialogue inter-libyen et facilitatrice et de coordonner avec tous les acteurs régionaux et internationaux sans pour autant s’engager dans des ententes ou participer à des réunions sur la Libye sans la présence des Libyens, a-t-il poursuivi.

Pour leur part, les délégations du Haut conseil d'Etat et de la Chambre des représentants libyens ont salué le soutien du Roi Mohammed VI aux efforts visant à aboutir à des accords à même de contribuer à la résolution de la crise libyenne.

Le Maroc est à la tête des parties qui oeuvrent afin de favoriser des ententes entre les parties libyennes, a relevé Ibrahim Sahd, représentant du Haut conseil d’Etat. Il a ajouté que les Libyens aspirent à recouvrir leur unité pour contribuer positivement à la restitution de l’esprit de l’Union maghrébine pour qu’elle s’érige en modèle d’entente, de fraternité, de coopération et de développement au service des peuples de la région et du continent. M. Sahd s’est en outre dit satisfait de l’entente convenue à la faveur du soutien du Maroc au sujet des postes de souveraineté, estimant qu’il s’agit-là d’une "bonne étape" en prélude à l’unification des institutions en Libye.

(MAP)

Dialogue interlibyen: les parties s’accordent sur les postes de souveraineté

Le 24 janvier 2021 à10:49

Modifié le 25 janvier 2021 à 09:54

Les délégations du Haut Conseil d'Etat et de la Chambre des représentants libyens se sont mises d’accord, samedi à Bouznika, sur la formation et la nomination d'équipes de travail réduites pour prendre des mesures pratiques au sujet des occupants des postes de souveraineté.

com_redaction-20

Les équipes de travail veilleront notamment à l’élaboration des formulaires de candidature et inviteront les candidats à présenter leurs dossiers, qui doivent répondre aux critères et conditions convenus, indique le communiqué final sanctionnant les travaux d’un nouveau round du dialogue interlibyen. Ces équipes vont également s’assurer de la conformité des candidatures avec les critères et conditions mis en place, comme elles recevront les formulaires de candidature et les curriculum vitae des candidats à partir du 26 janvier 2021 à midi jusqu’au 2 février prochain (fin de journée).

D’après la même source, les postes de souveraineté concernés sont ceux de gouverneur de la banque centrale et son adjoint, de président de l’autorité de contrôle administratif et son adjoint, de président du bureau d'audit et son adjoint, de président de l’Instance de lutte contre la corruption et son adjoint, outre le poste de président de la Haute commission électorale libyenne.

Le communiqué a aussi mis l’accent sur la nécessité de respecter les critères de compétence et de professionnalisme, et de veiller à l’équilibre géographique à même de garantir une répartition équitable de tous les postes supérieurs dans les institutions de l’Etat (gouvernement, postes de leadership dans les institutions économiques et de services outre ceux de souveraineté).

Les nominations à ces postes prennent fin dès clôture de l’étape préliminaire puisque les prérogatives seront restaurées aux autorités élues et au gouvernement chargé de ces autorités.

Concernant les postes de président de la cour suprême et de procureur général, le communiqué a relevé que les mesures stipulées dans les législations en vigueur y seront appliquées.

Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération internationale et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita, a souligné de son côté que l’engagement du Royaume dans les efforts visant à mettre un terme à la crise libyenne repose sur quatre déterminants: soutenir les Libyens et les accompagner sans les remplacer dans leurs décisions, rester attacher à la légitimité institutionnelle en Libye et aux institutions légitimes issues de l’accord de Skhirat.

Il s’agit aussi d’oeuvrer dans un cadre clair aux côtés de l'organisation des Nations unies en tant que contributeur au dialogue inter-libyen et facilitatrice et de coordonner avec tous les acteurs régionaux et internationaux sans pour autant s’engager dans des ententes ou participer à des réunions sur la Libye sans la présence des Libyens, a-t-il poursuivi.

Pour leur part, les délégations du Haut conseil d'Etat et de la Chambre des représentants libyens ont salué le soutien du Roi Mohammed VI aux efforts visant à aboutir à des accords à même de contribuer à la résolution de la crise libyenne.

Le Maroc est à la tête des parties qui oeuvrent afin de favoriser des ententes entre les parties libyennes, a relevé Ibrahim Sahd, représentant du Haut conseil d’Etat. Il a ajouté que les Libyens aspirent à recouvrir leur unité pour contribuer positivement à la restitution de l’esprit de l’Union maghrébine pour qu’elle s’érige en modèle d’entente, de fraternité, de coopération et de développement au service des peuples de la région et du continent. M. Sahd s’est en outre dit satisfait de l’entente convenue à la faveur du soutien du Maroc au sujet des postes de souveraineté, estimant qu’il s’agit-là d’une "bonne étape" en prélude à l’unification des institutions en Libye.

(MAP)

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

INVOLYS : Comptes & Résultats au 31 Décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.